FANDOM




                          Origines de Jeanne d'Arc



Aja.jpg

Maison natale de Jeanne d'Arc à Domrémy.

Pour la plupart des ennemis, ou certains admirateurs de Jeanne, elle est une pauvre fille de ferme qui garde les moutons. Cette légende est plus tenace que les accusations de sorcellerie ou d'hérésie. Pendant des siècles, il va falloir imposer l'image de Jehanne la pieuse bergère correspondant à celle de Jésus le bon pasteur[1]. Un partisan des Anglais la dit chambrière dans une hostellerye et Voltaire reprend cette ânerie[2].

Certains vont jusqu'à écrire qu'elle est la fille d'un serf, car son père se prénomme Jacques et qu'un jacques c'est un serf !!! D'autres affirment que Jehanne est d'une partie de Domremy où les habitants sont des serfs. Ce qui n'implique pourtant en rien que tous les habitants le sont. Autre argument choc : le père de Jeanne, Jacques d'Arc est originaire du petit village de Ceffonds, en Champagne, dont la plupart des habitants sont des serfs de l'abbaye de Montier-en-Der. Cette autre ânerie des Darc esclaves est encore imprimée de nos jours. Autre argument son patronyme est écrit de son temps Darc et pas d'Arc. C'est vrai, mais il en est de même pour les grandes familles de la noblesse (Dalençon, Dorléans, Darmagnac). Au XVModèle:Exp siècle l'apostrophe n'est jamais indiquée[3]. Il est de même pour son origine. Elle naît dans un village à la frontière du royaume de France, ce qui va lui donner très jeune, surtout  en cette période de guerres, le sentiment d'être française. Un habitant de régions non frontalières, de son temps, ne sait guère ce que c'est, comme elle, d'appartenir au royaume de France. Surtout que son père champenois a du fuir les Anglais, mais pour un village qui n'est pauvre que dans les histoires pour enfants.







L'enfance de Jehanne Modifier

.

Aja2.jpg

Jehanne enfant.

Jeanne d'Arc, ou plutôt Jehanne Darc, dite la Pucelle, est née le 6 janvier 1412 (calendrier julien, soit le 15 janvier 1412, dans notre calendrier grégorien). Une notation de Perceval de Boulainvilliers est d'une précision bien extraordinaire pour son temps, car elle naît le jour de l'épiphanie. Les déclarations de Jeanne pendant son interrogatoire semblent confirmer cette date[4].

Jeanne naît dans la demeure familiale du père de Jeanne presque attenante à l'église de Domrémy. Cette maison va être réparée, en 1481, sous Louis XI, comme en témoigne l'inscription de la porte. Elle est à la gauche du ruisseau qui marque la frontière du pays, c'est-à-dire du côté de Greux et de Vaucouleurs, dans le pays français[5]. Au début du XVModèle:Exp siècle, Domremy se trouve imbriquée dans un territoire aux suzerainetés diverses. Sur la rive gauche de la Meuse, elle peut relever du Barrois mouvant, pour lequel le duc de Bar, par ailleurs souverain dans ses États, prête hommage au roi de France depuis 1301. Mais elle est rattachée à la châtellenie de Vaucouleurs, sous l'autorité directe du roi de France qui y nomme un capitaine. C'est pour cela que Jeanne va voir le sire de Baudricourt, qui en est le capitaine de son temps. Certes, l'église de Domremy dépend de la paroisse de Greux, au diocèse de Toul dont l'évêque est prince du Saint-Empire germanique, mais cela est fréquent dans tous les pays frontaliers. Ce village est situé aux marches de la Champagne, du Barrois et de la Lorraine. Jehanne naît pendant la Guerre de Cent Ans (1337-1453), qui oppose le Royaume de France au Royaume d'Angleterre.

Aja4.jpg

Signature de Jehanne Darc.

Jehanne n'est pas une pastourelle, contrairement à sa légende. Lors de son procès de 1431, il semble que Jehanne refuse de continuer à passer pour une pauvre bergère, comme le montrent les extraits suivants :

Quand j’étais chez mon père, je m’occupais des affaires du ménage ; je n’allais pas aux champs avec les moutons et les autres bêtes.

Maître Beaupère : Meniez-vous paître les bêtes ?


Jeanne : Je vous en ai déjà répondu autre part. Quand je fut grande, après l’âge de raison, en général je ne gardais pas les bêtes, mais j’aidais à les mener au pré, et à un château qu’on appelle l’Isle, quand on avait peur des gens de guerre. Je ne me souviens pas si, dans mon jeune temps, je les gardais ou non.

Elle ne veut pas être déguisée en paysanne pauvre, car elle se dit fille de bourgeois[6] : Baillez moi un habit comme une fille de bourgeois, c’est-à-dire une houppelande longue, et je le prendrai ; et même le chaperon de femme, pour aller ouïr la messe[7].

Elle s'occupe donc comme les autres filles de laboureurs ou de notables des tâches ménagères et pas du bétail. Elle sait signer son nom, ce qui à cette époque est rare, même chez les jeunes filles de la noblesse. Son écriture est belle, contrairement aux gens incultes[8]. Chez les Darc Jehanne ne manque de rien et dit aimer le vin[9].

Aja6.jpg

Maison de Jehanne et église de Domremy.

Jeanne d'Arc est-elle Française ou Lorraine ? Si elle est Lorraine, elle n'est pas Française, car la Lorraine est alors pays d'empire. Le duc Charles II est l'ennemi de la France et l'allié des Anglais. Pour les érudits locaux, la maison natale de Jeanne d'Arc est bâtie sur un territoire dont la souveraineté ne réside pas dans la personne des ducs de Lorraine. Le village de Domremy est alors, comme Vouthon, le village de sa mère, divisé en deux parties, dont l'une est française et l'autre barroise. La partie nord, située du côté du village de Greux, avec lequel elle ne fait qu'un, appartient à la Champagne, comme le village de Greux lui-même. L'autre moitié, située au sud, appartient aux seigneurs de Domremy et relève du duché de Bar. Les Elus de Langres, le 8 juillet 1460, décident que les habitants de la partie nord de Domremy, située du côté de Greux, doivent payer les aides et tailles, comme les autres sujets du roi dans l'élection de Langres.

D'ailleurs, au cours de son procès, Jeanne est interrogée par l'évêque Cauchon sur le lieu de sa naissance : Je suis née au village de Domremy, qui ne fait qu'un avec le village de Greux[10]. Jeanne explique que dans sa ville natale tout le monde est armagnac. C'est à dire partisan du roi dépossédé[11]

Son père, Jacques d’Arc Modifier

.

Aja1.jpg

Le château de l'Isle.

Jeanne est fille de Jacob ou Jaquot (= Jacques) Darc, Dar ou Daix. Telle est la forme du nom du père de la Pucelle que l'on rencontre dans les manuscrits du procès de condamnation et qui est confirmé par les actes où il est cité[12].


Jacques est amodiateur (= personne qui loue une terre en échange d'un paiement en nature ou en argent), en 1420, du château située dans une île de la Meuse en face de Donremy. Il s'agit d'une maison-forte, appartenant aux sires de Bourlémont, et ses dépendances. Jeanne n'habite pas par contre, à partir de 1420, au château de l’Isle, puisqu'elle affirme y mener les troupeaux. Cette maison forte, dans une île formée par deux bras de Meuse, est constituée d’une cour avec ouvrages de défense, d’un grand jardin entouré de profonds et larges fossé, et, d’après le testament de Jean de Bourlémont, daté de 1399, d’une chapelle dédiée à Notre Dame, appelée chapelle de l’île de Domremy[13]. Jacques admodie le château et les terres pour neuf ans. Le fermage est de quatorze livres tournois, avec charge d'entretenir toutes les toitures de la forteresse. Jacques d'Arc donne, comme garantie de paiement, ses biens situés au finage de Domremy, c'est assavoir. . . maison, maisières (dépendances de la maison), terres, prés, chenevières, meix (terre ensemencée), et jardin... On voit par là que le père de Jeanne d'Arc n'est pas ce serf, ou ce paysan libre dans la misère, décrit partout.

Un certain Villaumé donne à la Société académique de l'Aube, d'après des documents de famille, un état approximatif de sa fortune qui s'élève à environ 80.000 francs de 1894 et pouvant donner, tant en nature qu'en argent, 4 à 5.000 francs de revenus[14]. Le salaire d'un ouvrier en 1894 est 40 francs par mois. Il faut donc multiplier cette somme par 30 pour avoir son équivalent en euros. Le père de Jeanne a entre 120/150.000 euros de revenus par an. Ce n'est pas vraiment un serf ou Jacquou le croquant malgré son prénom (lol).


Aaj.jpg

Domremy dans la vallée de la Meuse.

Jaques est doyen (chef de la communauté rurale) du village de Domremy[15]. Siméon Luce, dont on ne peut nier la compétence en ces matières, dit qu'on voit, par divers documents, que les doyens sont chargés de la collecte des tailles, rentes et redevances. L'abbé Misset, dans sa Jeanne d'Arc Champenoise, dit très bien, à notre avis, que le doyen est une sorte de percepteur rural[16]. Le doyen commande le guet, surveille et organise la vie communale. Il doit assister aux razzias des seigneurs qui ne sont pas payés. Plus d'une fois le château de l’Isle protège les gens et les troupeaux. Le père de Jeanne est du fait de cette fonction un notable riche et sachant rentrer l'impôt, donc bien compter[17]. Jacques d'Arc est doyen de son village à partir de l'année 1423. C'est à ce titre qu'il est mentionné dans différents documents[18]. Jacques, occupe cette fonction entre 1423 et 1427, donc avant le départ et la célébrité de Jehannette. La considération dont il jouit auprès des villageois et des seigneurs des environs n'est pas avant 1427 due à sa fille.

Le village de Domremy n'est en rien pauvre. Là encore les hagiographes de Jehanne ne tiennent pas compte de la réalité. Ces histoires de paysans miséreux sont des mensonges. La vallée est fertile et la Meuse poissonneuse à cette époque.


Aja5.jpg

Départ de Jeanne de Vaucouleur.

Jacques d'Arc est Procureur de la communauté de Domremy[19]. Un troisième acte, du 31 mars 1427 (nouveau style), nous montre la considération dont Jacques d'Arc jouit à Domremy. Dans un procès que les habitants de Domremy ont à soutenir devant Robert de Baudricourt, seigneur de Vaucouleurs, ils choisissent, pour les représenter et défendre leurs intérêts, trois mandataires : Messire Jacques Flament, prêtre; Jean Morel, de Greux, et Jacques d'Arc, de Domremy[20]. Mon ancêtre, bourgeois en train de s'agréger à la noblesse, Jehan Le Clerc, apparaît dans ce document concernant les proches de Jeanne d’Arc (1412-1431). Le père de cette héroïne, Jacques d'Arc (1380-1440), avec Henry d'Ogevillers, seigneur de Dompremey, bailli de Vosge et maître d'hôtel de Charles II et Robert, seigneur de Baudrecourt, Capitaine, de parle Roi, de Vaucouleur, sont des noms qui ne sont connus que du fait de Jeanne d'Arc. Lors d'un procès entre Guiot Poignant, mareschault d'Aspremont d'un côté et de l'autre Henri d'Ogéviller, seigneur de Domrémy et de Greux, ainsi que des habitants des dits villages. Mon ancêtre est fondé de pouvoirs. Jehan Leclerc de Puligney est comme procureur d'Henri d'Ogevillers et des habitants de Greux et de Domremy[21]. En réalité, Jacques d'Arc et Jean Morel, intelligents défenseurs des intérêts communs dans la première instance ne le sont plus et au même moment disparaissent également du débat judiciaire, et sont donc remplacés par Jean Leclerc de Puligney, nouveau mandataire. Ces incidents simultanés, ne sont justifiés par aucune explication...[22]. Mon ancêtre est donc délégué d'un seigneur et des villages dans la seconde instance, dès le dimanche 6 février 1428, comme le montre un acte daté, ce qui laisse supposer qu’il est considéré comme un homme d’expérience et qu'il en de même pour le père de Jeanne[23]. Le père de Jehanne est un juriste et donc en rien un serf, comme le raconte les romanciers. Jacques d'Arc est connu de Robert, seigneur de Baudrecourt et sa réputation va certainement aider Jehanne à le convaincre de lui fournir une escorte[24].


Aja3.jpg

Maison des D'Arc à Ceffonds

Domremy n'est pas le village où est né le père de Jeanne d'Arc, pas plus que sa mère. Jacques d'Arc naît vers 1375 ou 1380, de bonne et ancienne famille à Ceffonds[25]. Cette localité champenoise dépend de la riche abbaye de Montier-en-Der, au diocèse de Troyes. On connaît encore dans ce village la maison d'Arc, que des titres fort anciens désignent comme ayant appartenu, au XVModèle:Exp siècle, à Jean d'Arc (sans doute le frère de Jeanne), demeurant à Domremy[26]. Une plaque commémorative est placée sur la maison où Jacques d'Arc a peut-être vu le jour. Son père part de Ceffonds du fait des Anglais installés dans la forteresse de Beaufort-en-Champagne qui commettent des exactions contre les Champenois[27].


Jacques d'Arc.jpg

Jacques d'Arc.

Un ancien préfet, le vicomte Oscar de Poli, dans son Annuaire du Conseil héraldique de France, de 1890, publie un article : Notes sur la Famille de Jeanne d'Arc, où il envisage la possibilité que cette famille soit un rameau d'un lignage chevaleresque fort ancien : celui des seigneurs d'Arc-sur-Tille. Sa conclusion est que : dès le XIIModèle:Exp siècle ces derniers provignent dans la direction de la Champagne. A l'aide de quatre ou cinq cents de leurs titres, on les suit, pendant trois siècles, d'Arc-sur-Tille jusqu'auprès de Ceffonds, de 1360 à 1375, date approximative de la naissance de Jacques, père de la Pucelle. Des rameaux de cette très noble Maison sont possessionnés aux environs de Ceffonds.

Dans les années 1940 à 1953, deux érudits, le général Alfred Voiriot et son frère Charles Voiriot, font de leur côté des recherches minu­tieuses aux Archives départementales de la Côte d'Or. Charles Voiriot publie les résultats à Dijon en 1954[28]. Eux aussi aboutissent à la conclusion d'une origine chevaleresque de la famille de Jacques d'Arc[29].

Nous allons étudier ces recherches et essayer de les actualiser.

Selon l'abbé Mandre les parents de Jehanne ont environ 50.000 francs 1812 (= trois millions d'euros) de biens.

C'est certainement à la cour du roi Charles VII que naît la légende de Jehanne, fille de paysans pauvres[30]. Il est vrai que pour les grands seigneurs du royaume elle n'est pas des leurs, mais de là à la faire descendante de serfs, c'est un peu rapide ! Il existe dans chaque village des notables et certains sont parfois d'une branche cadette de famille noble, alors que d'autres vont s'agréger peu à peu à la noblesse.

Jacques d'Arc possède aussi à Ceffonds un bien patrimonial, qui va passer à son fils Jehan, après sa mort. En tant que Doyen et Procureur il est exempté d'impôts, comme un seigneur[31]. Sa maison à Domremy n'est en rien une chaumière. Combien de gentilshommes du XVModèle:Exp siècle, ruinés par les croisades et les guerres n'ont pas les revenus de Jacques Darc et vivent dans une gentilhommière délabrée. Beaucoup deviennent laboureurs ou marins.

Certes la famille de Jacques d'Arc reçoit des lettres de noblesse en 1429, mais cela ne veut pas dire qu'il n'est pas d'origines nobles, car à cette époque il suffit de ne pas aller l'ost[32], ou ne pas payer une grosse somme en échange de l'ost, pour ne pas être maintenu dans sa noblesse. Les descendants de chevaliers sont ruinés par les croisades, les guerres, sans oublier parfois une douzaine d'héritiers. L'aîné hérite, le puîné n'a rien ou presque.

Qu'en est-il pour les ancêtres de Jacques d'Arc ?






Isabelle Romée ou de Vouthon Modifier

.

Aja9.jpg

Jehanne et sa mère.

Isabelle est dite de Vouthon car elle est de Vouthon-le-Bas, de la partie champenoise du village[33]. Son autre surnom de Romée provient d'un pèlerinage effectué à Rome. Mais ce pèlerinage romain est-il celui d'Isabelle ou d'un de ses ascendants ?[34]. Aucun témoin ou historien de ce temps ne parle d'un grand voyage effectué par sa famille avant celui de Jehanne à Chinon.

Isabelle est née vers 1387[35]. Elle meurt le 29 novembre 1448, à Sandillon[36].

Elle épouse Jacques d'Arc vers 1405 et le couple s'installe à Domremy. Ils y possèdent une maison et 20 hectares de terres. Isabelle de Vouthon va en pèlerinage au Puy en mars 1429[37].

Lors d'une visite à Domremy de Jean De Vouthon, couvreur, nous voyons qu'elle est la sœur du curé de Sermaize, l'abbé Henry de Vouthon. Cette famille est dite noble[38] alors que son frère est couvreur et son neveu charpentier. Certains romanciers font d’Isabelle de Vouthon, la fille d’un seigneur de Salm, ce qui la fait descendre des ducs de Basse-Lorraine, d’une tante d’Hugues-Capet et des Carolingiens (Louis IV, Charles III, Charlemagne…).

Dans la réalité se sont des laboureurs et artisans. Un frère est devenu curé. Ce ne sont ni des aristocrates ni des serfs. Jacques d'Arc possède aussi du chef de sa femme quelques morceaux de terre à Vouthon.






Les ancêtres de Jacques d'Arc Modifier

.

Aja7.jpg

Le blason de gauche est peut-être celui des ancêtres Darc-Dailly.

Les ancêtres de Jacques d'Arc ne sont pas d'Arc-sur-Tille, car cette localité, comme les autres du nom d'Arc, ne revendiquent pas d'avoir donné son patronyme à Jehanne.

Jacques a deux frères, Nicolas et Jehan. Jehan sert peut-être dans un compagnie d'arbalétriers et de piquenaires du Roi, en 1405. Il est Arpenteur du Roy pour les forêts de France, en 1439[39]. Mais cette promotion est due à sa nièce.

Le vicomte Oscar de Poli n'en continue pas moins à palabrer sur la noblesse des Darc. Il cite la plupart des notables de plusieurs provinces portant le nom de Darc ou un patronyme approchant. Tout son discours prétentieux n'a rien d'une généalogie, d'une production d'actes ou autres documents, aucune source écrite permettant d'envisager un quelconque lien. Le vicomte Oscar de Poli va jusqu'à imaginer un lien de parenté par des prénoms communs aussi courants que Pierre et Jehan. Après ils nous parlent de la descendance des frères de Jehanne qui est anoblie, essayant de les confondre avec les ancêtres de Jacques d'Arc.

Son article n'est en rien sérieux. Son verbiage prétentieux démontre que les Darc ne sont en rien nobles. A une époque où il existe des tabellions et des notaires il est incapable de produire le moindre document. Certes les d'Arc vont parler de leurs illustres ancêtres, mais de leur temps ils usurpent aussi le titre de marquis.

Quand on demande à Jehanne : N'aviez point écu et armes ?

Elle répond : Oncques n'en eus !

D'ailleurs les blasons des familles citées par Poli sont différents des d'Arc anoblis.

Aja8.jpg

Un sous-préfet imagine Jehanne, fille d'Isabeau de Bavière.

L'ex Préfet, Oscar de Poli, continue de délirer sur Voltaire, les protestants, la Révolution... mais il est incapable de nous dire qui est le père de Jacques Darc.

Un sous-préfet de Bergerac, Pierre Caze, en 1802, est un précurseur dans l'art de l'affabulation, par rapport à son futur collègue. Il voit en Jehanne une demi-sœur de Charles VII, bâtarde de la reine Isabeau de Bavière et du duc d’Orléans (d’où son nom de Pucelle d’Orléans !). Il la voit élevée en cachette par Isabelle Romée, à Domremy. La preuve pour lui c'est que le Dauphin, frère aîné du futur Charles VII, mort prématurément, a parait-il pour gouverneur un certain Guillaume d’Arc. Dans la réalité il existe bien une fille de la reine prénommée Jeanne mais elle est en vie en 1412. Or, en général, dans une famille on ne donne pas le même prénom a deux enfants.


Plus prosaïquement Jacques Darc est le fils de Pierre Dailly, de Ceffonds, qui est arpenteur des forêts. Il est le fils de Jehan Dailly, dont on ne sait rien.





Notes et références Modifier

.

  1. Jeanne d'Arc, Volume 53 de Idées reçues, Marie-Véronique Clin, Le Cavalier Bleu, 2003.
  2. Annuaire du Conseil héraldique de France, Poli, Oscar de (1838-1908). Directeur de publication, 1890 (A3).
  3. Jeanne d'Arc, Régine Pernoud, Marie-Véronique Clin, Fayard/Pluriel, 2011.
  4. Jeanne d'Arc en son siècle, Divers Histoire, Olivier Bouzy, Fayard, 2013.
  5. Jeanne d'Arc, Henri Wallon, Hachette, 1867.
  6. Annuaire du Conseil héraldique de France, Poli, Oscar de (1838-1908). Directeur de publication, 1890 (A3).
  7. Origine sociale de Jeanne d'ARC.
  8. Jeanne d'Arc, Volume 53 de Idées reçues, Marie-Véronique Clin, Le Cavalier Bleu, 2003.
  9. Jeanne d'Arc devant ses juges, COLLECTIF, Bernard Michal, Omnibus, 2013
  10. Mémoires de la Société d'agriculture, sciences et arts du département de l'Aube, Société académique de l'Aube, Imprimerie de Sainton (Troyes). 1894 (T31,SER3).
  11. Jeanne d'Arc devant ses juges, COLLECTIF, Bernard Michal, Omnibus, 2013
  12. Procès De Condamnation De Jeanne D'arc: Traduction Et Notes, Volume 477 de Société De L'histoire De France, Y. Lanhers, P. Tisset, Librairie Droz, 1970.
  13. Domremy ! Jeanne d’Arc ! Comment évoquer l’un sans murmurer l’autre ?
  14. Mémoires de la Société d'agriculture, sciences et arts du département de l'Aube, Société académique de l'Aube, Imprimerie de Sainton (Troyes). 1894 (T31,SER3).
  15. Procès De Condamnation De Jeanne D'arc: Traduction Et Notes, Volume 477 de Société De L'histoire De France, Y. Lanhers, P. Tisset, Librairie Droz, 1970.
  16. Mémoires de la Société d'agriculture, sciences et arts du département de l'Aube, Société académique de l'Aube, Imprimerie de Sainton (Troyes). 1894 (T31,SER3).
  17. René Grisel, Présence de Jeanne D'arc, Nouvelles Editions Latines 1956.
  18. Jeanne d'Arc, Volume 53 de Idées reçues, Marie-Véronique Clin, Le Cavalier Bleu, 2003.
  19. Procès De Condamnation De Jeanne D'arc: Traduction Et Notes, Volume 477 de Société De L'histoire De France, Y. Lanhers, P. Tisset, Librairie Droz, 1970.
  20. Mémoires de la Société d'agriculture, sciences et arts du département de l'Aube, Société académique de l'Aube, Imprimerie de Sainton (Troyes). 1894 (T31,SER3).
  21. Luce, Siméon : Jeanne d'Arc … Domremy : Recherches critiques sur les origines de la mission de la Pucelle, Paris: Champion, 1886.
  22. Mémoires de Société archéologique et historique de l'Orléanais, page 324.
  23. Mémoires, de Société archéologique et historique de l'Orléanais, 1885, page 314.
  24. Jeanne d'Arc devant ses juges, COLLECTIF, Bernard Michal, Omnibus, 2013
  25. Charles du Lys - Traité sommaire - 1628.
  26. E. de Bouteiller et G. de Braux - Nouvelles recherches sur la famille de Jeanne d'Arc - introduction.
  27. Jeanne d'Arc devant ses juges, COLLECTIF, Bernard Michal, Omnibus, 2013
  28. De l'ascendance paternelle au lieu natal de Jeanne d'Arc, Dijon, Bernigaud et Privat, 1954.
  29. Roche de Vercors, Extrait de la lettre n° 87, Les amis de Jeanne d’Arc.
  30. Annuaire du Conseil héraldique de France, Poli, Oscar de (1838-1908). Directeur de publication, 1890 (A3).
  31. Annuaire du Conseil héraldique de France, Poli, Oscar de (1838-1908). Directeur de publication, 1890 (A3).
  32. Annuaire du Conseil héraldique de France, Poli, Oscar de (1838-1908). Directeur de publication, 1890 (A3).
  33. Mémoires de la Société d'agriculture, sciences et arts du département de l'Aube, Société académique de l'Aube, Imprimerie de Sainton (Troyes). 1894 (T31,SER3).
  34. Procès en nullité de la condamnation de Jeanne d'Arc: Traduction Volume 498 de Publications pour la Société de l'histoire de France, Publications pour la Société de l'histoire de France, Procès en nullité de la condamnation de Jeanne d'Arc, Procès en nullité de la condamnation de Jeanne d'Arc, Volume 501 de Société de l'histoire de France série antérieure a 1789 - publications, Saint Joan (of Arc), Pierre Duparc, Librairie Droz, 1986.
  35. Roncey, 1082-1982: 900 ans d'histoire, André Boizard, Guy Poirier, Le Rachinel, 1984.
  36. Jeanne d'Arc, Régine Pernoud, Marie-Véronique Clin, Fayard/Pluriel, 2011.
  37. Procès en nullité de la condamnation de Jeanne d'Arc: Traduction Volume 498 de Publications pour la Société de l'histoire de France, Publications pour la Société de l'histoire de France? Procès en nullité de la condamnation de Jeanne d'Arc, Procès en nullité de la condamnation de Jeanne d'Arc, Volume 501 de Société de l'histoire de France série antérieure à 1789 - publications, Saint Joan (of Arc), Pierre Duparc, Librairie Droz, 1986.
  38.  Rôle de la Prévôté de Gondrecourt, Arch. dép. de la Meuse, B - 1425, t° 72 ; Bibliothèque Nationale, Cabinet des Titres, Cabinet d'Hozier, 297 ; Nouveau d'Hozier, 290 ; Dossiers Bleus, 579 ; Carrés d'Hozier, 550 ; P-O 2537 ; abbé Maurice, Isabelle Romée, Mère de Jeanne d'Arc, Saint-Maixent, Payet, s.d. (1937).
  39. Annuaire du Conseil héraldique de France, Poli, Oscar de (1838-1908). Directeur de publication, 1890 (A3).

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard