FANDOM


Blason lanux

Blason des Lannux (ancien).

Blason lannux

Blason des Lannux.

Noël Lannux de la Chaume est natif de Jago ou Jagou, hameau important de Garos[1] (Soubestre, terroir du nord du Béarn). Sa date de naissance peut être fixée en 1626, ses parents s’étant mariés en 1624 et il a un frère aîné. Il décède entre 1708 et 1709.

Membre de la famille Lannux, Noël de Lannux est le fils aîné de Jean de Lannux (1590 - 1674), négociant de Garos, et de Jeanne de Cauhapé. Il apparaît sur un document d’inventaire des biens de son père fait le 5 juillet 1691.

Lannux est l'homme de confiance d'un marquis, général et gouverneur souvent absent de son château. C'est Noël Lannux de la Chaume qui y vit avec sa femme et la seconde épouse du propriétaire. Le 12 mai 1686, par acte[2], le seigneur de Langallerie, Henry François de Gentil (1628 - 1693) demande des comptes à Noël de Lannux, sur la gestion des fermages dont il a la charge, pour la période allant de 1678 jusqu’à 1684, et notamment sur la récolte de l’année 1677.


Voir article détaillé : Lannux


Voir article détaillé :Descendance de Marie Catherine Saulnier de Cugnon


BIOGRAPHIE Modifier

.


Sa jeunesse Modifier

.

Aala6

Garos est l'ancien chef-lieu du Soubestre.

Aala15

Le logo de la communauté de commune du canton d'Arzacq semble inspiré par le blason des Lannux.

Aala14

Digue d'alimentation du moulin de Garos.

Aala4

Un des frères de Noël de Lannux est Écuyer Ordinaire d'Anne d'Autriche (1601-1666).

Aala3

Un autre frère de Noël de Lannux hérite de la garde-robe et la vaisselle d'argent du Duc de Foix.

Noël de Lannux est natif de Garos (nord du Béarn), le fils aîné de Jean de Lannux (1590 - 1674) et de Jeanne de Cauhapé (1610 - 1691), fille d'un Arnaud. On a Jean de Cauhape, Navarrais, qui dirige une entreprise en Espagne vers 1588, avec des travailleurs venant de France[3]. Elle descend certainement de la famille d'Arnaud de Cauhapé qui reçoit six écus et teste en 1517[4]. Il existe depuis au moins depuis 1352 un fief de Cauhapé dans la commune de Castetner.

Comme rocii moreu de P. de Lannux, de Garos, fo liurat au capperan de Gaston, cité dans un Rôle de achats faits à Orthez pour l'armée du Comte de Foix, le 26 janvier 1389[5] est de Garos, on peut en conclure que les Lannux vivent depuis des siècles à Garos. Il est chapelain du Prince Gaston III de Foix-Béarn, dit Gaston Fébus (1331 - 1391).

Le bourg castral de Garos est un de ces villages entièrement vidés de leur substance. Sans l’étude régressive de l’habitat il aurait été impossible de visualiser les contours et l’importance de ce castelnau déserté. À considérer le village actuel – soit moins d’une dizaine de maisons réparties irrégulièrement de part et d’autre d’une rue centrale, rien ne subsiste en effet des structures médiévales si ce n’est une imposante motte arasée au nord de l’église[6].

A Garos les Lannux vivent à Jagou, paroisse disparue. Ce quartier, appelé Jagou, bien qu’intégré à la juridiction de Garos dès la fin du XIVe siècle au moins, y a toujours une place à part. Ainsi, jusqu’à l’époque contemporaine, la mention de Jagou est bien souvent la seule employée pour désigner, dans les actes notariés, tel ou tel habitant du lieu[7]. C'est le cas de son père

Noël est élevé avec ses frères et sa soeur à Garos :


  • Agnès de Lannux, la fille de Noël est femme de chambre de la duchesse de Foix. Elle se marie à Dominique de Sans, médecin de Garos. Ils ont quatre enfants.


  • Jehan de Lannux (1629 - 1709) va se marier avec la fille d'Adam Philippon, menuisier et ingénieur du roi, Professeur de dessin. Il est le professeur de Jean Lepautre (1618 - 1682), qui est son beau-frère. Jehan de Lannux quitte Garos jeune. Il est valet de chambre ordinaire, depuis 1644, puis Écuyer Ordinaire d'Anne d'Autriche (1601 - 1666), femme du Roi Louis XIII, Reine-mère et Régente de France[8]. Il est après 1680 valet de chambre ordinaire de Marie Anne de Wittelsbach (1660 - 1690), princesse de Bavière, épouse du Grand Dauphin, fils de Louis XIV. Puis il est le valet de chambre ordinaire après 1697 de Marie Adélaïde de Savoie, duchesse de Bourgogne, mère de Louis XV. Son fils Henry François de Lannux est Valet de Chambre Ordinaire de - Marie Adélaïde de Savoie, Duchesse de Bourgogne, mère de Louis XV et de Marie Lezcinszka, Princesse de Pologne, femme de Louis XV, Reine de France [9]. Jehan de Lannux est le grand-père du marquis François de Lanux, qui est l'arrière-grand-père maternel de Suzanne-Marguerite Elysée de Lanux, épouse de Leconte de Lisle. Elle appartenait à la société aristocratique de l'île. Elle descendait d'une vieille famille du Languedoc, dont un représentant, le marquis François de Lanux, avait, au dire de Leconte de Lisle, pris part à une conspiration contre le Régent[10].


  • Dominique de Lannux (1624 - 1718), sieur de Castel, inhumé le 22 septembre 1718 à quatre-vingt-quatre ans[11]. D'abord Valet de chambre ordinaire d'Anne d'Autriche (1601-1666), en 1644, il devient le Premier valet de chambre de Monseigneur le Duc Henri François de Foix de Candalle (1640 - 1714). Celui-ci lui fait remettre à sa mort sa garde-robe ainsi que toute sa vaisselle d'argent (extrait du testament du Duc de Foix). Présent au mariage de sa nièce le 4 septembre 1710. (sources : contrat de mariage de Dominique de Lannux et Françoise Piau du 26/04/1681, passé chez Clément et le Normand, notaires au Châtelet de Paris). Il laisse l'héritage de leur père à son frère Noël[12].

L'Angoumois (1651) Modifier

.

Aala4-0

Eglise de Roullet.

Noël de Lannux quitte Garos en 1641, pour émigrer vers l'Angoumois, au lieu-dit La Chaume paroisse de Roullet. Roullet est une seigneurie qui appartient à Henry François de Gentil (1628 - 1693).

Il revient à Garos quelquefois dans sa jeunesse, jusqu'en 1657. Puis il reste 17 ans sans y revenir.

Le 19 août 1680, il apparaît comme témoin au mariage d’Antoine Gaudin et Michèle Lambert, peut être son beau-frère.

Le 25 novembre 1687, par contrat passée par-devant Ordonneau Notaire[13] Noël de Lannux reçoit quittance de M. Gibert et Mme Berrion sa femme, d’une somme de 200 livres dont il etait tenu par leur contrat de mariage du 13 juillet 1682 par-devant le même notaire[14]. Il demeure au château de La Mothe.

Son mariage (1670 / 1675) Modifier

.

Aala

Les Lannux de La Chaume sont originaires de Garos (Béarn). Au XVIIe s. ils s'installent dans l'Angoumois puis de là ils émigrent à Morlaix (Bretagne) au XVIIIe s..

Aala5

Eglise de Nersac.

Acalu31

Eglise de St-Jean de la Palue (La Couronne).

Aadm3

Dominique de Lannux, son fils, est Maître chirurgien à La Chaume et à Angoulême.

Entre 1670 et 1675, Noël de Lannux épouse Elisabeth Gaudin, fille d’Antoine Gaudin et de Marie Chaignau, née vers 1640, soit à la Couronne, soit à La Fuye, paroisse de Nersac où l’on retrouve pas mal d’individus portant ce patronyme.

Nous ne sommes pas sur que Marie Chaignau est la mère de Elisabeth Gaudin, en effet son père se marié deux fois et a trois enfants du premier lit, Elisabeth et deux Jean et du second lit un seul enfant, Michel Hubert. Nous avons trouvé la trace de Marie Chaignau dans un acte passé le 28 octobre 1673[15]. Sur cet acte, Antoine Gaudin est dit maître charpentier, demeurant au village de Lafuye, paroisse de Nersac. Il donne en fermage pour cinq années consécutives, une maison située au village de Flouanceau.

C’est peut être la raison pour laquelle nous ne trouvons pas son mariage dans l’état civil du Roullet, le patronyme Lannux n’apparaissant qu’en 1680 dans un acte de mariage entre Antoine Gaudin et Michèle Lambert, mariage ou Noël de Lannux est témoin.

Le 19 aout 1680 ont reçu la bénédiction nuptiale dans l’église de Roullet, Antoine Gaudin et Michèle Lambert de cette paroisse... témoin à ce mariage Lannux. Signé Lannux.

Nous avons trouvé la trace des frères Elisabeth dans un acte du 25 mai 1687[16], concernant un consentement que donne Noël de Lannux à ses beaux-frères sur la succession pour régler les frais de l’enterrement de leur père :

  • Jean l’aîné maître cordonnier demeurant au village de La Fuye, paroisse de Nersac
  • Jean le second, maître ?, demeurant également au village de La Fuye
  • Michel Hubert Gaudin, demi-frère demeurant à Claix, paroisse de St Estèphe, encore mineur enfant d’un second mariage d’Antoine Gaudin.

Dans l’état civil de Roullet nous n’avons pas trouvé ni la naissance ni le mariage de Elisabeth Gaudin. Elle est déjà décédée avant 1709 car Noël de Lannux et sa femme apparaissent comme décédés sur le contrat de mariage de leur fille le 4 octobre 1710, et sur le contrat de mariage de leur fils le 24 octobre 1709.

Noël de Lannux est né en 1625 et que, s’il s’est marié en 1670, il a 45 ans. Le 19 août 1680, Noël de Lannux est témoin au mariage d’Antoine Gaudin et Michèle Lambert, peut-être son beau-frère, mariage qui se déroule au Roullet.

Il doit notamment une somme de 300 livres prêtée lors de son mariage à Elysabeth Gaudin, sa femme, par Judith de La Motte-Fouqué, la mère du Marquis Henry François de Gentil (1628 - 1693).

Donc son mariage a du avoir lieu à Nersac et ses deux enfants sont peut être nés dans cette paroisse, puisque nous n’avons pas retrouvé ni le mariage ni les naissances dans l’état civil du Roullet.

Lannux, sieur de La Chaume (1670/1675) Modifier

.

Aala5-0

Ancien domaine à Roullet.

Il est dit sieur de La Chaume le 22 novembre 1684 dans un acte de transaction avec un nommé Louis Jean Briand[17].

D'après les recherches que nous avons faites en Charente, dans les minutiers des notaires, il ressort que Noël figure comme sieur de La Chaume (paroisse du Roullet). Il a une terre à La Chaume, raison pour laquelle il est dit sieur de La Chaume, mais vit à Nersac au château de Lamothe.

Le 25 avril 1685, dans un acte[18], Noël de Lannux achète au sieur Jean de Latour et sa femme Catherine Normand, demeurant au Roullet, trois pièces de pré situé au lieu appelé La Préderie du Roullet, qui est bordé d’un côté du pré de feu Jacques Jolly et sur les deux autres côtés au pré de Jean Tiffon pour 600 livres. Sus cet acte Noël de Lannux est domicilié au château de La Mothe.

Intendant du premier baron de Saintonge Modifier

.

Aala

Noël de Lannux est Fondé de procuration du Gouverneur Henry François de Gentil (1628 - 1693) et vit au château de la Mothe, à Nersac.

Aala1

Le fils du Marquis de Langallerie, Philippe de Gentil, général de cavalerie.

Aala16

Le salon du château de la Mothe.

Aala8

Manifeste De Philippe De Gentil, Marquis De Langalerie, Cy-devant Lieutenant Ge....

Entre 1673, date à laquelle nous trouvons le premier document le concernant, et 1687, Noël de Lannux demeure au château de La Mothe, paroisse de Nersac, appartenant à Messire Henry François de Gentil (1628 - 1693), marquis de Langalerie, baron de Tonnay-Boutonne, premier baron de Saintonge, Lieutenant général des armées du roi (10 mars 1690), gouverneur de Provence et du comté de Nice.

L'ancien châtelain de La Mothe, Thomas Géraud a tenté de prendre la ville d’Angoulême, en 1586, dans le contexte troublé des guerres de la Ligue et de la religion, poussé par le roi de Navarre, Henri IV. Pris par les catholiques, Géraud est tué et ses biens, dont Lamothe, confisqués. Henri IV, devenu roi, redonne à Anne Géraud, sa fille, tous ses droits et possessions. Celle-ci épouse, en 1598, Yvriex de Gentils, gouverneur du château de Cognac.

Par acte du 17 juin 1675 Noël de Lannux est nommé Procureur général et spécial de Monsieur de Lagenebrière, représenté par Louis Roy, sieur du Chaterault, du bourg du Perat en la Valette, cavalier dans la compagnie de M. de Langallerie en Angoumois, lequel lui donne pouvoir de comparaître pour lui par-devant tous juges ou notaires. Dans cette acte, Noël de Lannux est cité comme demeurant au château de La Mothe et l’acte est signé au château de Langallerie[19].

Lannux transige avec la demoiselle Julienne de La Boissière, veuve de defunt Geoffroy Mouger, vivant sieur de La Buseguine, comparante pour elle et ses enfants et feu Mathurin Mouger, demeurante en la ville d’Angoulême. Noël de Lannux doit payer une somme d’argent pour le compte du seigneur Langallerie.

Le 22 novembre 1684 on le retrouve toujours au château de La Mothe dans un acte de transaction avec un nommé Louis Jean Briand[20]. Il est alors sieur de La Chaume et il agit comme étant chargé par le seigneur de Langallerie auprès d’un de ses métayers Louis Jean Briand, à la métairie de Nantillac.

Le 12 mai 1686, par acte[21], le seigneur de Langallerie demande des comptes à Noël de Lannux, sur la gestion des fermages dont il a la charge, pour la période allant de 1678 jusqu’à 1684, et notamment sur la récolte de l’année 1677.

Le 20 juin 1686, il y a une transaction entre le seigneur de Langallerie, Henry François de Gentil (1628 - 1693), et Noël de Lannux sur les comptes de la gestion faite par ce dernier des biens appartenant au seigneur. Gestion faite entre 1677 et 1678, et également pour l’année 1680 où le seigneur guerroyait pour le roi.

En 1687, Noël de Lannux règle définitivement ses comptes avec le seigneur de Langallerie dont un prêt qui lui a été fait le 7 mai 1670, un autre le 7 avril 1677 et un autre par la seconde épouse du seigneur le 2 juillet 1671, à la date de cet acte, Noël de Lannux est toujours domicilié au château de La Mothe.

Ce logis, où château fait partie d’une série de belles demeures, sur la commune de Nersac, qui donnent sur les rives Sud de la Charente. Au centre de la construction est un logis sans doute des années 1700[22].

Sur les actes notariés que nous avons indiqués ci-dessus, il s’agit de Henry François de Gentils seigneur de Langallerie. Philippe de Gentil de Langallerie (1661 - 1717), Chevalier, maréchal des camps du Roy, est son fils. En 1686, sa seconde épouse est encore vivante et vit en compagnie de la femme de Noël de Lannux au château de La Mothe.

Héritage Modifier

.

Noël de Lannux revient à Garos, en 1674, décès de son père Noël Lannux de La Chaume vit encore en 1691. Il se rend à Garos pour faire l’inventaire des biens de ses parents, au décès de sa mère, après avoir reçu un acte de donation de ses frères Jean Baptiste et Dominique, passé chez Lenormand notaire à Paris. Le 5 juillet 1691 il fait l’inventaire de la succession de sa mère. Il loue tous les biens en terres et maisons à son cousin Jean de Sans pour 998 F bourdalois.

Noël de Lannux est dit sieur de Castel et de la Chaume, mais ne semble guère riche, car ses frères, serviteurs de la famille royale, lui cèdent leur part d'héritage. Son père ne l'est pas non plus car il n'accepte l'héritage que sous réserve d'inventaire et la succession est peu importante 998 L et quelques meubles paysans.

La fin de sa vie Modifier

.

Il décède entre 1708 et 1709, en effet, le 20 août 1709, nous retrouvons sa trace dans un acte de renonciation d’héritage de Marie de Lannux sa fille, en faveur de son frère Dominique de Lannux, sieur de La Chaume, maître chirurgien, demeurant à Roullet en Angoumois. Dans cet acte de renonciation, les parents nommés sont défunts Noël de Lannux, sieur de La Chaume et Elisabeth Gaudin. En octobre 1709, la succession (s’il y en a eu une) n’est pas encore faite.

Sa fille Marie Anne quitte La Chaume vers 1701 pour Paris où elle vivra auprès de ses deux frères. Elle épouse un conseiller du Roi originaire d’Auvergne, et va s'installer à Morlaix où elle finit ses jours sans postérité. Son fils Dominique reste à la Chaume où il fait souche et a une grande descendance.

Certains enfants de Dominique, vont rejoindre leur tante à Morlaix où ils font souche et où ils sont d'importants notables.

Sa descendance Modifier

.

De son mariage avec Elysabeth Gaudin nous avons retrouvé la naissance de deux enfants. Nous ne savons pas s’il a eu d’autres enfants que ceux cités ci-dessus, mais en 1709, son fils Dominique reçoit de sa sœur Marie Anne un acte de renonciation de l’héritage de ses parents, en sa faveur et fera de ses seuls enfants ses héritiers. Il ne doit donc pas y avoir d’autres héritiers.

I.A Dominique de Lannux

I-B Marie Anne de Lannux


Marie de Lannux ne semble pas avoir eu de descendance, ou tout au moins de descendance vivante à son décès, par contre son frère en a comme ont peut le voir dans la généalogie des Lannux.

DOCUMENTS CONCERNANT NOEL DE LANNUX Modifier

.

Aala10

Histoire de Garos et Bouillon.

Aala5

Jagou : le couple église/abbaye laïque.

Aala4

Garos : restitution du bourg castral.

Aala7

Garos6: fonts baptismaux.

Aala3

Garos : les composantes de l’histoire de l’occupation du sol.

Aala6

Garos.

Aala8

Paysage depuis Garos.

Aala9

Autre vue de Garos.

Aala11

A Garos et Bouillon, dans le nord du Béarn, des femmes pratiquent l'art de la poterie. Leurs pots très renommés sont largement commercialisés dans tout le Sud-ouest de la France et à l'étranger. Les Lannux font le négoce entre autres de ces poteries.

Adb10

La famille de Joseph Dubernad est en partie originaire de Morlanne dans le Béarn.

Le 5 juillet 1690 : Première réunion de Noël de Lannux avec les notaires qui sont cités dans ces documents. La localisation de plusieurs maisons nous échappe puisque nombre d’entre elles ont disparu entre la fin du XVIe siècle et aujourd’hui [23].


4 mai 1691 : Donation Jean et Dominique de Lannux à Noël de Lannux.

10 juillet 1691 : réquisitions et inventaire de Noël de Lannux :

Furent présents Jean de Lannux, valet de chambre de feue madame la Dauphine, demeurant à Paris, rue Tramosi, paroisse saint Roch, et Dominique de Lannux, bourgeois de Paris, y demeurant rue Sainte Anne, susdite paroisse, lesquels ont donné, cédé, transporté et délaissé par les présentes, donation entière pure, simple ? en la meilleure forme que donation se puisse faire et avoir ? sans toutefois aucune garantie en quelques sorte et manière que ce soit à Noel de Lannux leur frère ainé demeurant à La Chaume en Angoumois, absent, les notaires soussignés comptant pour luy en tant que peut se pourra et à condition que la présente donation sera par luy instamment acceptée pour la validité d'icelle tout ce qui peut revenir et appartenir aux dits donateurs en succession de défunt Jean de Lannux marchand d'effets, habitant de Garos et de Jeanne de Cauhapé, leurs père et mère, tant en meubles qu'immeubles pour en jouir par le dit donataire, ses hoirs et ayant cause en pleine propriété, transportant, dessaisissant, voulant procureur le porteur, donnant pouvoir. Cette donation faite pour la bonne amitié que les donateurs portent au dit donataire leur frère et parce que telle est la volonté de luy.
Faite la présente donation à la charge néanmoins par luy d'acquitter les dettes et charges de la succession en sorte que le dit donataire n'en soit aucunement inquiété. Et pour faire insinuer ces présentes par tout auquel il appartiendra dans le temps de l'ordonnance, les partyes ont constitué leur procureur le porteur, donnant pouvoir, promettant obligeance.Fait et passé à Paris en l'étude, l'an 1691, le quatre may après midy et ont signé.

De Lannux D., Lannux, Lenormand.

Liste des noms cités :

De Cauhapé Jeanne Épouse de Jean de Lannux, mère de Noël, Jean, Dominique, Ange et Castel de Lannux

De Lannux Dominique Bourgeois de Paris, frère de Jean de Lannux et de Noël de Lannux et fils de Jean de Lannux et Jeanne de Cauhapé

De Lannux Jean Marchand d'effets de Garos, décédé, père de Noël, Jean, Dominique, Ange, et Castel de Lannux

De Lannux Jean, valet de chambre de feue madame la Dauphine, frère de Dominique et Noël de Lannux et fils de Jean de Lannux et Jeanne de Cauhapé

De Lannux Noël, frère aîné de Jean et Dominique de Lannux, habitant La Chaume en Angoumois, et fils de Jean de Lannux et Jeanne de Cauhapé

Lenormand Notaire au Châtelet de Paris. 5 juillet 1691


Réquisition et inventaire du sieur Noël de Lannux, de Garos[24] :

Le cinq de juillet 1691, à Garos, justiciable en cour ordinaire devant les sieurs du Prat de Moilanne, Daubin, Depibain, de Laforcade, jurats au nom de Jean de Lalanne, bayle, présit d'office, par-devant lesquels a comparu M. Noël de Lannux depuis demeurant à la Chaume, paroisse de Roulet en Angoumois qui a dit aux notaires à la ? que depuis cinquante ans au plus qu'il s'en alla en Saintonge et au dit lieu d'Angoumois où il a habité et a été marié, jamais être revenu en cette paroisse depuis la mort de Jean de Lannux son père, dont il y a dix sept ans achevés, jusque à la fin du mois de may dernier qu'il arriva au dit présent lieu pour recueillir l'hérédité du dit feu de Lannux son père, la succession de laquelle luy appartient comme estant son fils ainé.
Néanmoins appréhendant le dit Pasquier dont la dite hérédité pouvoir être chargée, il déclare par ce présent acte qu'il en fait expédition et ne prétend le porter ni montrer rien du dit feu de Lannux, son père, qu'au bénéfice d'inventaire en ces effets par forme d'un inventaire pour ôter aux créanciers tous sujets de reproche et d'incidents. Il déclare aussy que tous les biens délaissés par feu son dit père consistent en la maison Bordere, jardinet y joignant appelé de Castubert, plus un droit de rachat de la terre vigne appelée la Fauxine, que le défunt de Lannux avait vendue au pacte de rachat au feu sieur de Sans médecin, il y a quarante ans, plus la piesse de terre vigne champ et taillis Lou Fique, appelée de Courtiade et la piesse de terre taillée avec quelques châtaigniers, appelée de Freussine et Fiorale, la piesse de terre et taillis appelée Le Castaignou, le tout situé au présent lieu, et à l'égard des meubles qu'il a trouvé en la dite maison, iceux consistent en ? et fort usés, table en la chambre du bas, un fontrieu, cabinet et un coffre presque complet et deux petits chaises de bois et aux deux chambres du haut il a trouvé une table de noyer et deux chaises avec deux bancs, un vieux châlit à la vieil, un grand coffre et un petit fermant à clé, deux vieux tabourets dont l'un est ? et en la galerie sur les selies, un grand et long coffre, sans clé, et un petit coffre fermant à clé, et dans la chambrette du bas il y a le châlit d'une couchette vieux plus, et dans la borde et il y a le pressoir avec grande cuve et une petite avec les outils pour la coupe du raisin, quatre forts petits plats et dix petites assiettes d'étain le tout pesant quatre livres et demi, trois linceuls d'estoupes fort vieilles, neuf serviettes de lin aussi fort usées, et quant au chaudron, une poêle, un houyan et marre qui aurait été acquis par feu de Lannux, frère du comparant, avec une vieille serpe, une grande ? et une petite pour sarcler la vigne, il y est en outre trouvé une hache et un petit chandelier de laiton, tous biens tant meubles qu'immeubles, le dit comparant a manifesté et protesté les inventorier en sa dite qualité d'héritier bénéficiaire et pour les dots de ses père et mère.
Encore pour des sommes notables par luy payées à la décharge de son père quelques années avant sa mort de quoy il a requis le présent acte qui luy a été octroyé pour ce faire de ce que de besoin, et adjoutant a déclaré n'avoir trouvé dans les dits papiers que le contrat de mariage du dit feu de Lannux et de défunte Jeanne de Cauhapé ses père et mère et daté du 24 février 1624 retenu par M. Jacques Daubin notaire, plusieurs promesses octroyées au dit feu de Lannux père, par Jean Gaston et M. Jean François Lubielle, fer….. d'une somme de 12 L, daté du 16 mars et de tous les autres papiers estant inutiles et ne servant à rien, desquels a esté aussi requis à la demande des sieurs Jean du Plaa et Arnaud Delarisle, regen.. qui ont signé avec le dit de Lannux et le dit sieur jurat et avec moy Jacques du Lau notaire public du dit lieu.

Liste des noms cités :

Daubin Jacques, notaire de Garos

Daubin, notaire et jurat de Garos

De Lalanne Jean) jurat de Garos

De Cauhapé Jeanne, épouse de Jean de Lannux et mère de Noël de Lannux

De La Forcade, jurat de Garos

De Lannux Jean, marchand de Garos, père de Noël de Lannux

De Lannux Noël, demeurant à La Chaume en Angoumois

Delarisle Arnaud, témoin

Depibain, jurat de Garos

Du Plaa Jean, témoin

DU Prat, de Morlanne, jurat de Garos

Gaston Jean

Lubielle Jean François


1641 : Achat de terre par Jean de Lannux à Jean de Sans

10 juillet 1691 : Vente de terres par Noël de Lannux à un autre Jean de Sans[25] :

Estum fit que M. Noël de Lannux, de Garos, habitant à la Chaume, paroisse de Roulet en Angoumois, héritier au bénéfice testamentaire de feu M. Jean de Lannux, marchand au dit lieu de Garos, son père, de son bon gré a baillé et engagé et à titre de principal et rachetable en tous temps en faveur de M. Jean de Sans, son cousin, du dit lieu de Garos, habitant en la maison de Loustau de Loumignes, à ce que toute icelle maison et borde joignant l'une à la dite ferme de murailles courant de treille et replis de paille avec la terre, sol, place à celler sous batre et la terre jardin en la dite terre labourable qui est entre le dit jardin et le jardin de sauniose appelé le tour de Castelbard, tout en un enclos contenant tout ce qui s'y trouvera, situé au dit lieu de Garos, commençant au chemin ou rue publique de midi au dit jardin de sauniose touchant à la terre du sieur Delarisle et appelée la vigne du lin et au nord aussi la terre à jardin du Piu. Plus le mesme sieur de Lannux a engagé et baillé à titre de peingr au sieur de Sans, stipulant au dit de Sans la piesse de terre taillée appelée au Pachera de Courtiade et aux dites piesses de terre taillées quelques châtaigneraies appelées Falu de Sausine joignant par le bas à la dite tour Pachera de Courtiade contenant toutes les deux ? trois arpents un quart ou ce qui se trouvera, situé au dit Garos, sont ? joignant à la terre champ aussi appelée de Courtiade acquise depuis peu par Jean de Brancé du Prine, des mains du dit de Lannux, de terre du Puech à la terre champ des man.. de Lascouaia du midi à la terre champ des Prunudanes enregistré de Ste Catherine et aux terres taillées de Marescau et du Sabatte douidant, aux terres du Plaa et au nord à la terre Dannamont aussi achetée au mesme titre de peignr au dit de Sans le droit de passage qui a esté réservé pour aller et venir au dit taillé de Coutriade et en retirer l'extratelate brucherya. La dite terre champ de Courtiade appere par le contrat de vente passé en faveur du dit de Brancé le mois de juin dernier, plus a baillé et engagé au dit titre de peign au même de Sans, la piesse de terre taillée appelée Le Castaignou contenant un arpent et demi neuf escazar ce qui procèdera bordé par le chemin public d'un côté et une partie par le bout au chemin oublié et à la terre taillée du Priou et pour tout au dit Garos avec tour du Plaa de Dugdes du Salatte et au dit confr. ? à savoir aux dites terres existantes, lequel engagement de peignr est fait pour et moyennant le prix de 998 L 12 sols, somme en déduction, et ? de laquelle somme le dit de Lannux a déclaré et accordé avoir reçu des mains du dit de Sans, 158 £ 12 sols ? d'où reste 200 £, que le dit de Sans lui a fait compter par le sieur Jean de Lannux, habitant à Paris, frère du dit sieur Noël, ensuite le dit mois de juin dernier faisant le tout 248 L 12 sols, et les 650 L restantes pour parfaire la dite somme de 998 L 12 sols, telle susdite de froi….. restante du dit complément, le dit de Lannux a reconnu et confessé l'avoir reçue au moyen de ? que le dit de Sans luy en a octroyé sur les ? après accepté de quoy en a réellement payé.

Au moyen de quoy le dit de Lannux s'est tenu pour content et satisfait et passé de tout le dit sieur de Sans, et les 998 L 12 sols, le dit sieur de Sans en a acquitté et consenti qu'il jouisse et possède la dite maison, bout de jardin, terre labourable et taillée et qu'il en prenne et perçoive les fruits, rentes et émoluments faisant luy puissant et être propriétaire sur le fond capital, aussi le dit de Lannux luy en fait donation luy tenir lieu de la rente au ? de la dite somme et d'autant qu'il n'a voulu stipuler le présent contrat de peignr qu'à condition que dans un an le dit de Lannux en fera Lannux racheptera, et faudra le dit pour peignr pendant le dit terme d'un an passé. L'acte de le faire il sera tenu et cédé. Il a promis de luy passer vente pure et simple de la maison jardin, terre taillée pour le même prix et somme de 998 L douze sols à Capesan d'icelle et s'il ne vient pas du jour lieu pour passer la vente au dit temps il promet le passer au dit prix d'Angoumois dans le dit temps et par-devant un notaire et de l'en copier au dit de Sans, du présent lieu, signé en bonne forme.

Faute par luy de satisfaire, il veut et consent que le dit de sans puisse vendre et aliéner purement et simplement la dite maison et biens à qui bon luy semblera pour la solidité du plus ? de quoy il luy donne plein pouvoirs, le veut et entend parce que la dite vente ay ? même efficace et valeur que icelle estoit passée par le dit de Lannux mesme de laquelle pouvoir ratifier si est besoin, ce dont est déjà en tout que besoin serait, il la ? et ratifie à la charge néanmoins que le dit de Sans vende les dites maison et jardins à plus haut prix que 998 L 12 sols et ? terme recevoir et rendre le surplus d'icelle au dit de Lannux ou si le dit de Sans ne trouvait pas parti pour vendre le dit bien en gros ou en détail, il pourra démolir s'il luy semble la dite maison passé le dit terme d'un an et faire à son plaisir des ? et dépouiller, et ainsi se sont demeurés d'accord sous condition encore que le présent acte en fait par compromis ou par peign et que le dit de Lannux colloquera les 150 L quand il les recevra pour pouvoir rembourser le dit de Sans en cas qu'il serait troublé et si querelle du présent peignr sous prétexte de la dot de la mère du dit de Lannux ni autrement et pour plus grande assurance du même par peignr il fera délivrance au dit de Sans d'un extrait du contrat de donation passé à Paris les dernier en faveur de Noël de Lannux par sieurs Jean et Dominique de Lannux, ses frères, de tous leurs droits paternels et maternels, retenu par Lenormand et Clément notaires royaux, accepté par le dit Noël, enregistré et insinué à Garos le ? juin dernier et à ce fait copie du dit acte de donation et ? sera remis avec le présent contrat de peignr en mains du dit sieur en vue des notaires du dit présent lieu et pour l'entendement et l'exécution du contrat et pour tenir bonne et valable la vente qui pourra être faite par le dit de Sans des dits biens le sieur de Lannux est obligé a hypothéquer tous et chacun des biens et en fournir récépissé.
Fait au dit lieu de Garos le dix juillet 1691 pour en ? témoins du présent, Pierre de Bergeron du dit lieu de Garos qui ont signé avec leur ? et Guillaume Daubin, jurat du dit lieu qui a rapporté par le dit jurat le susdit jour dix juillet au dit an et par moy Joseph de Lau notaire.

Liste des noms cités :

Daubin de Pibain Jacques Notaire de Garos

Daubin Guillaume Jurat de Garos

De Bergeron Pierre Habitant de Garos témoin à l'inventaire de Noël de Lannux

De Brancé Jean Habitant de Garos

De Laforcade Jurat de Garos

De Lannux Dominique Bourgeois de Paris, fils de Jean de Lannux et de Jeanne de Cauhapé

De Lannux Feu (Ange ?) Frère de Noël de Lannux

De Lannux Jean Baptiste Fils de Jean de Lannux et de Jeanne de Cauhapé

De Lannux Jean Marchand de Garos époux de Jeanne de Cauhapé

De Lannux Noël Fils aîné de Jean de Lannux et de Jeanne Cauhapé et frère de Jean, Ange, Castel et Dominique de Lannux

De Prat de Morlanne

De Sans Jean Cousin de Noël de Lannux, habitant Garos en la maison de Loustau de Loumignes

Delarisle Arnaud

Du Lau Jacques Notaire public de Garos

Du Plan Jean

Gaston Jean Débiteur de Jean de Lannux père

Luvielle Jean François Débiteur de Jean de Lannux père

Pasier


Une location de 998 deniers bourdelois c’est le prix de huit vaches en 1650. Cet héritage est donc relativement peu important comparativement à la fortune de ses descendants.

En juin 1691, nous avons aussi le Contrat de vente du champ de Courtiade, par Jean de Brancé à Noël de Lannux. Et le mars ?, une dette de 12 L due par Jean Gaston et Jean François Lubielle de Larrare.

Les de Laforcade et de Lalanne, se retrouvant dans la généalogie des frères Dubernad, mariés avec deux arrières-petites-filles de ce Noël. Morlanne est le village le plus proche de Garos. Les ancêtres de la mère des frères Dubernad habitent Morlanne.

~~~~~


NOTES ET RÉFÉRENCES Modifier

.

  1. Revue historique et archéologique du Béarn et du pays basque, G. Lescher-Moutou, 1935.
  2. AD Angoulême 2 E 4855.
  3. Spain in the Later Seventeenth Century, 1665-1700‎ - Page 80, Henry Kamen - 1980.
  4. Archives des Basses-Pyrénées. E 1467.
  5. Archives historiques du département de la Gironde, Volume 12, Société des archives historiques de la Gironde (Bordeaux, France), Chez Aug. Aubry, 1870. p.282.
  6. Berdoy Anne. Des abbayes laïques, fossiles d’un peuplement per casalem intégrés dans des castra. In: Annales du Midi : revue archéologique, historique et philologique de la France méridionale, Tome 120, N°263, 2008. Le parcours de Guilhem Rainard, chanoine d’Agde. pp. 337-358.
  7. Berdoy Anne. Des abbayes laïques, fossiles d’un peuplement per casalem intégrés dans des castra. In: Annales du Midi : revue archéologique, historique et philologique de la France méridionale, Tome 120, N°263, 2008. Le parcours de Guilhem Rainard, chanoine d’Agde. pp. 337-358.
  8. État de la maison du roi Louis XIII, de celles de sa mère, Marie de Médicis, de ses sœurs, Chrestienne, Élisabeth et Henriette de France...: comprenant les années 1601 à 1665, Documents d'histoire, Griselle, Éditeur P. Catin, 1912.
  9. L'État de la France, contenant tous les princes, ducs et pairs et maréchaux de France, les évêques, les juridictions du Roïaume, les gouverneurs des provinces, les chevaliers des trois ordres du Roy, les noms des officiers de la Maison du Roy..., Trabouillet, L. (Abbé), p.32.
  10. Leconte de Lisle: L'Homme et l'Oeuvre, Edmond Estève-Ligaran, Primento, 2015.
  11. Revue nobiliaire historique et biographique, Volume 9, Louis Sandret, Éditeur J.B. Dumoulin, 1874.
  12. Notes prises aux archives de l'état-civil de Paris, avenue Victoria, 4, brûlées le 24 mai 1871, par le Cte de Chastellux, Henri-Paul-César (1842-....), Éditeur : J.-B. Dumoulin (Paris), 1875, p.364.
  13. 2 E 4856.
  14. voir Ordonneau 2 E 4853 AD Angoulême
  15. 2E 4369 AD Angoulême Nre Gambier.
  16. 2E 4854 AD Angoulême Nre Ordonneau.
  17. AD Angoulême 2E 4855.
  18. AD Angoulême 2 E 4855 Nre Ordonneau.
  19. AD 2E 4369 Nre Gambier.
  20. AD Angoulême 2E 4855.
  21. AD Angoulême 2 E 4855.
  22. Vigier de la Pile, Histoire de l’Angoumois, Montaigut de M.B. Philippe de Gentils, S.A.H.C 1865. p.157.
  23. Berdoy Anne. Des abbayes laïques, fossiles d’un peuplement per casalem intégrés dans des castra. In: Annales du Midi : revue archéologique, historique et philologique de la France méridionale, Tome 120, N°263, 2008. Le parcours de Guilhem Rainard, chanoine d’Agde. pp. 337-358.
  24. A.D. des P.A. - E. 1317 - pages 118 V° et 119 R° et p. 118 V°.
  25. Source A.D. des P.A. - E. 1317 - pages 119 R°et V°.

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard