FANDOM


BLASON MAUBUE.jpg

Blason des Maubué.

BLASON VERNOU.jpg

Blason des Vernou.

A272.jpg

L'église Saint-Génitour (Le Blanc).

Amm.jpg

Le Blanc : la rive autrefois poitevine.

Martin Maubué de Vernay est né vers 1540 au Blanc et décédé après 1627

Martin Maubué est écuyer, seigneur de Vernay. Les Maubué sont une famille très ancienne, probablement originaire du Blanc, où elle apparaît dés le début du XVIModèle:Exp siècle. Bien que la filiation ne soit pas suivie, elle semble descendre de Jean Maubué anobli par Louis XI, en 1471. Nous avons aussi Jehan Mobué, garde scel sur 43 fiefs à Melle, dans le Poitou, en 1392. et se répartit en trois branches :

  • les Boiscoutault,
  • les de la Touche,
  • les des Ageons.

Leur blason est D'azur à 3 roses d'argent, 2 et 1, selon N. Gouget, dans son Armorial du Poitou, Paroisse par Paroisse dans toutes les élections de la Généralité (Election de La Rochelle). René Petiet, dans Familles nobles et d'ancienne bourgeoisie, habitant ou ayant habité le Poitou, Edit. Clouzot, Niort (1911), tout comme Beauchet-Filleau, leur donne 3 vases d'argent en lieu et place des roses. Leurs armoiries sont donc identiques à celles des Bion de La Rhève.


Au Blanc, au XVIModèle:Exp siècle (selon le Beauchet-Filleau), un Génitour (comme la paroisse de ville basse du Blanc) Maubué (1512-1596), son père, est élu pour le Roi en la ville du Blanc.

La mère de Martin Maubué, Jeanne Vernou (1515-1602), de Poitiers, est certainement descendante d'Armand, seigneur de Vernou, qui fonde une église, le 6 juin 1026. Il est aussi l'ancêtre de la femme de Kennedy, Jacqueline Bouvier[1]. Son grand-père, Maurice Vernou de la Rivière-Bonneuil, est présent à l'assemblée du 3 août 1519, comme maire de Poitiers, et préside en ce titre jusqu'au 29 juin 1520. Il porte d'or au chevron de gueules à trois croissans d'azur, deux en chef, un en pointe.

Martin semble être la même personne que Mathurin Maubué, sieur de la Touche et de Vernay, contrôleur général des finances, à la même époque, en 1582 et 1589[2].


Martin Maubué a plusieurs frères et sœurs :

  • Claude est seigneur des Ageons et receveur ordinaire des gages des officiers du présidial de Poitiers, marié à Françoise Fumé de La Perrière, fille de Nicolas Fumé de La Perrière, en 1540.
  • Pierre est seigneur de la Touche, de Lipaudière, de la Voulpaudière (au Blanc, en direction de Saint-Aigny) et de Boiscoutault (Deux-Sèvres) du fait de sa femme Barbe Forest.
  • Jeanne mariée avec François Roatin, avocat au siège de Poitiers.
  • Claude mariée au Blanc (Huet et Salvert, notaires) avec Pierre Mangin, écuyer, seigneur de Chizé.

Ces alliances montrent bien que la région blancoise est dans la mouvance de Poitiers au niveau de ses notables. C'est le cas aussi des Le Proust.






Mariage et descendance Modifier

.

Fumé hotel.jpg

Hôtel des Fumé à Poitiers.

Jeanne, fille de Nicolas Fumé de La Perrière, née le 26 novembre 1541 ∞ vers 1560 à Martin Maubué.

Nicolas Fumé de La Perrière, marié à Héliette Caluau, en 1538, est Enquêteur en Poitou, Maire de Poitiers en 1546, écuyer, Seigneur de La Perrière et Boisferrant. Famille originaire de l'Anjou, établie en Poitou au XVModèle:Exp siècle, qui est confirmée dans sa noblesse en 1475, 1384 et 1666 et qui comparaît aux bans des nobles du Poitou de 1473, 1703 et 1758. Plusieurs de ses membres figurent dans l'échevinage de Poitiers et dans la magistrature. D'après une note, c'est François Fumé, maire de Poitiers en 1520, qui fait élever ou achever le bel hôtel dit de la Prévôté, sur la porte duquel on voie pendant un temps un blason écartelé Aubert, Herbert, Fumé et Rat. Il fait élever une chapelle à N.-D., où l'on voit son blason. (Chapelle St-Joseph.) Blason : d'argent à 6 losanges de sable posés 3, 2 et 1[3].


Leur fille, Françoise Maubué se marie en 1578 Joseph Le Proust de La Sellounière. Il est conseiller du Roy et élu de Poitiers, seigneur de La Sellounière, selon l'Inventaire analytique des archives du château de La Barre, d'Alfred Richard.



Maison de Calhau
│ ???
│
Étienne Caluau, prévôt d'Angoulême, en 1463
│ ???
│
Arnaud Caluau de l’Oisellerie
   ∞ ??? 
   │
   ├── André Caluau, échevin en 1518
   │  ∞ ???
   │  │
   │  ├── Jean Calueau (1500-1584)
   │   
   ├── Jean Caluau (1467-1522)
   │
   ├── Guillaume Caluau de l'Oisellerie
      ∞ 1516 Héliette de Lambertye
      │
      ├── François Caluau (1518-1574)
      │  ∞ 1565 Marguerite Royer de La Roque
      │  │  
      │  ├── René de Caluau, vicomte
      │    ∞ Marguerite de Lamarthonie
      │    │  
      │    ├── Gaston de Caluau 
      │      ∞ N des Ruaulx
      │      │  
      │      ├── Jean de Caluau, vicomte
      │        ∞ 1642 Anne du Tillet
      │         
      ├── Héliette de Caluau 
      │ ∞ 1538 Nicolas Fumé de La Perrière
        │
        ├── Jeanne Fumé 
          ∞ Martin Maubué de Vernay   
          │
          ├── Françoise Maubué 
            ∞ 1578 Joseph Le Proust de La Sellounière
            │
            ├── François Le Proust de La Sellounière 
              ∞ 1608 Françoise Barbarin (branche des Barberini)
              │
              ├── Estienne Le Proust de La Varenne 
                ∞ 1646 Marguerite Vergne (1622-1702)
                │
                ├── Jean Le Proust des Varennes (1654-1738) 
                   ∞ 1675 Catherine Michel
                   │
                   ├── Pierre Le Proux de La Rivière (1676-1735) 
                     ∞ 1712 Claude Elisabeth Chamion
                     │
                     ├── Pierre Éloy Le Proux de La Rivière 
                       ∞ 1741 Marie Agathe Mora (1720-1802)
                       │
                       ├── Agathe Le Proux de La Rivière
                         ∞ 1763 Louis Melchior Mottet
                         │
                         ├── Agathe Mottet (1764-1853)
                           ∞ 1785 Benoît de Rambaud






NOTES ET RÉFÉRENCES Modifier

.

  1. THE TALK OF THE TOWN
  2. Mémoires de la Société des antiquaires de l'Ouest, Société des antiquaires de l'Ouest, 1884.
  3. Dictionnaire historique et généalogique des familles du Poitou. Tome troisième, Dabadie-Gautreau (Seconde éd. entièrement refondue, considérablement augmentée et publiée par H. Beauchet-Filleau et Paul Beauchet-Filleau avec le concours des RR. PP. H. et G. Beauchet-Filleau,... et la collaboration pour la partie héraldique de M. Maurice de Gouttepagnon), Société française d'imprimerie et de librairie (Poitiers), 1905, p.627.

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard