Fandom

Wiki Guy de Rambaud

Marie Ursule Rambaud

333pages sur
ce wiki
Ajouter une page
Commentaire0 Partager

brouillon



Aapl6.jpg

Marie Ursule Rambaud figure dans l'Annuaire de la noblesse de France et des maisons souveraines de l'Europe, de 1900, avec ses enfants.

Marie Ursule Rambaud est née le 21 octobre 1735, à Martigues (paroisse de Ferrières) et décédée le 6 novembre 1780 paroisse Saint-Ferréol. Elle est enterrée à Marseille, dans le cimetière de la paroisse de Saint Ferréol.


Marie Ursule Rambaud descend des Ra(y)mbaud d'Aix-en-Provence (1364-1564).

Georges Pléville Le Pelley, son mari meurt dans une quasi misère, le 2 octobre 1805, après avoir été un des responsables du comité de marine de la Convention, contre-amiral, ministre de la marine (juillet 1797 - avril 1798), vice-amiral en 1798, sénateur en 1799. Toute sa vie, il refuse l'argent qu'on lui attribue.

Marie Ursule Rambaud figure dans l'Annuaire de la noblesse de France et des maisons souveraines de l'Europe, de 1900, comme épouse de Pléville et dans le Dictionnaire des famille françaises de Chaix d'Est Ange comme ancêtre des Couret-Pléville.

Aalp50.jpg

Frégate s'échouant à côté de Marseille.

Sa famille et sa jeunesse Modifier

.

Marie Ursule Rambaud est née le 21 octobre 1735, à Martigues (paroisse de Ferrières). Son parrain Jean-Pierre Bertrand est maître-charpentier de la marine, et sa marraine Magdeleine Vidal, la femme d'Antoine Eymin, capitaine de barque. Elle est le premier enfant du capitaine Jean II Rambaud (1703-1762). Le grand-père paternel Jacques Rambaud (1675 Saint-Chamas - après 1730) aépousé une certaine Catherine Chapus. C'es déjà un capitaine de la marine marchande (de "barques ", ces navires de 1.000 à 1.200 quintaux qui font la navigation le long des côtes de la Méditerranée occidentale). Au niveau des registres paroissiaux, l'on remarque sa belle écriture, qui le démarque des autres paroissiens de Saint-Chamas. Jean, le père de Marie a épousé Marie Magdeleine Lieutaud le 24 octobre 1730, à Martigues (Paroisse de Ferrières), une fille de capitaine de barque, elle aussi.

Marie Ursule Rambaud descend des Ra(y)mbaud d'Aix-en-Provence (1364-1564).

Matelot sur une barque de son père, en 1730, il est peu après son mariage écrivain de barque. Puis, le port de Martigues connaissant un déclin économique, il va résider à Marseille, près de Notre-Dame des Accoules, en 1742 à deux pas du port. C'est là qu'il élèvera ces deux enfants, Marie et Jean Michel Rambaud (1738-1792) et que naît son deuxième fils Benoît de Rambaud, le 14 octobre 1750.

Capitaine de vaisseaux marchands et négociant, Jean, son père arme des navires corsaires comme la corvette " le Colibry ", un beau trois-mâts de douze canons, avec un équipage de quatre-vingt hommes, tous étrangers, les Français étant tous au service.

Jean Rambaud porte : d'azur à un lion d'or lampassé de gueules rampant contre un rocher d'argent et regardant un soleil d'or mouvant de l'angle dextre du chef[1].

Apr11.jpg

Les Rambaud habitent rue Près du Petit Mazeau (entre l'ancien palais de justice et l'hôtel de ville).

Georges Pléville Le Pelley Modifier

.

A733.jpg

Les Mémoires de Georges Pléville Le Pelley, éditées par Les Cahiers culturels de la Manche.

A 21 ans, Marie Ursule Rambaud rencontre l'homme de sa vie, Georges Pléville Le Pelley. L'historien Georges Fleury nous précise les circonstances dans le corsaire, Pléville le Pelley, nous sommes après la victoire de Port-Mahon (20 mai 1756) :

… il sympathise surtout avec le capitaine Rambaud, établi à Marseille et père d'une jeune fille prénommée Marie. S'étant jusque là refusé d'envisager le mariage, Georges Pléville Le Pelley ne résiste pas longtemps au charme latin de cette jeune femme brune. Lui qui n'a jamais parlé d'amour, corsaire allant toujours droit aux buts qu'ils s'étaient fixés, il hésite pourtant à exprimer ses sentiments. Ce n'est qu'une fois certain que d'être épris de manière sérieuse qu'il demande la main à son ami Rambaud, qui la lui accorde bien volontiers. On cherche une date propice pour les noces, lorsque le maréchal de Richelieu vient de lancer une opération sur la Corse… L'affaire de Corse rondement menée, Pléville épouse Marie Rambaud… et décide de s'installer à Marseille.

Son mariage Modifier

.

Aapl4.png

La statue de Georges Pléville Le Pelley à Granville (photo Sandra G.)

Georges Pléville Le Pelley écrit dans ses mémoires :

Dans l'automne de 1755, j'épousais à Marseille Demoiselle Marie Ursule Reimbaud, fille d'un capitaine comme moi. J'en eu un fils et deux filles.

En réalité, on retrouve ce mariage daté du 17 octobre 1757, dans les registres paroissiaux de la paroisse Notre Dame des Accoules, à Marseille. Les archives de l'état civil de Marseille[2] ne laissent aucun doute. On peut lire sur l'acte de mariage qu'il a déjà deux enfants René et Marie Thérèse qui sont légitimés lors de cette cérémonie nuptiale[3].

Une enquête est faite pour savoir si Georges est marié, catholique, le nom de ses parents par Maître Revel, vicaire général de l'évêque. Georges est dit capitaine de vaisseaux et marchand. Il réside depuis 8 ans à Marseille. Marie Ursule depuis 15 ans et depuis trois ans rue près le petit Mazeau (petite rue près de la place du Palais de justice dans l'ancienne ville Basse et place du petit Mazeau).

Le vicaire écrit :Sr George René Lapelley. Le marié signe George René Lepelley, sans s à Georges comme sur son acte de baptême[4]. Acte de mariage :

1757 du dit jour dix sept. après une publication dans notre paroisse avec dispense des deux autres insinuée. Le doute du courant, vu l’enquête prise par Mre Ravel vicaire général de monseigneur l’Évêque qui prouve l’état libre de l’époux, sa catholicité et la mort de ses père et mère. nous avons marié par paroles de présent Sr George René Lapelley, âgé de trente ans, capitaine de vaisseaux, marchand, fils majeur de feu Sr hervé Lapelley vivant aussi capitaine, et de feue dlle jeanne julienne Belliard, du lieu de Granville diocèse de Coutances, résidant en cette ville depuis huit ans sur notre paroisse actuellement rue près le petit mazeau, d’une part, et de dlle Marie ursule Rambaud âgée de vingt deux ans fille mineure de Sr jean Rambaud capitaine de vaisseaux et de dlle Marie Madelaine Lieutaud, de cette ville résidante sur notre paroisse depuis quinze ans, et depuis trois a la rte rue près le petit mazeau, d’autre. …? la présence des pere et mere de l’épouse et des témoins requis savoir Me jean Leu? prêtre, françois Liotard accolite diacre, et soudiacre de notre Eglise, jean Michel Rambaud frère de l’épouse, et françois Dumas …? vue que les parties devant lesquels les dtes parties ont déclaré que par René baptisé sur leurs noms le dix huit octobre de l’année derniere à la Cathédrale de cette ville, et marie therese baptisée aussi sur leurs noms dans notre Eglise le quatorze du courant sont leur véritables enfants; nous requérons de les légitimer ainsi que nous les légitimons par le présent mariage après lecture a eux faite du présent acte signés Excepté la mère de l’Epouse qui ne dit le savoir de ce enquis par nous vicaire soussigné] signé : marie rambaud, J Rambaud, J Dumas, George René Lepelley, M Rambaud, Leu…?, Liotard …?, …? vicaire[5].

Le témoin, François Dumas est un maître relieur habitant dans la même rue. René Pléville Le Pelley, leur fils, est baptisé le 18 octobre 1756, à la cathédrale de Marseille.


Georges Fleury écrit encore d'elle qu'il " ne se lasse pas d'écouter son verbiage coloré ". Après la mort de Montcalm le 14 septembre 1759, il lui confie ses craintes. Mais Marie Pléville n'aime pas parler de la guerre. Elle ne répond pas à son mari sauf quand elle comprend le but de cette conversation. " Et bien entendu mon mari, vous espérez faire partie de l'une de ses expéditions. Vous oubliez votre fils, il a besoin de vous et tout autant le bébé que j'attends ! ".

Georges Pléville Le Pelley est corsaire avec le Colibry, en Méditerranée, il n'est pas souvent dans sa famille. Il renseigne la marine française sur les mouvements des vaisseaux anglais. Tout cela est dangereux. La corvette est malmenée lors de plusieurs combats.

Marie-Thérèse Pléville Le Pelley, sa première fille est baptisée le 14 octobre 1757 à la cathédrale de Marseille. Donc, comme le remarque l'historienne Monique Le Pelley-Fonteny, Fleury et Pléville nous donne des dates fausses. En réalité, Pléville rencontre Marie en 1755. Ils ont un enfant en 1756, qu'il baptise Pierre en l'honneur de son glorieux grand-père et c'est seulement trois jours après la naissance de sa fille qu'il se marie le 17 octobre 1757.

Georges Pléville Le Pelley est promu lieutenant de vaisseau à titre temporaire à cette époque. Il se fait confectionner un tailleur militaire et se voir dans la glace le rend gai. Le caractère enjoué de son épouse déteint sur lui de manière heureuse. Toutefois, le côté précaire de son grade lui donne des soucis pour l'avenir de ses enfants et l'empêche d'assurer à son épouse un train de vie digne d'elle. Enfin nommé en septembre 1762, lieutenant de frégate, il part en 1763 pour la Martinique. Marie est depuis son enfance habituée à l'absence des hommes. Son grand-père, son père, ses oncles étaient des marins. Elle ne peut que le laisser partir en essayant de ne pas pleurer.

Promu capitaine de port, Georges Pléville Le Pelley retrouve là-bas son jeune beaux-frère, Jean Michel Rambaud (1738-1792). Celui-ci, sous-lieutenant au bataillon de mouillage, s'étant porté au siège de Fort royal par les Anglais a été le 24 janvier 1762, blessé à la poitrine, en défendant un poste avancé. Benoît de Rambaud, le plus jeune des enfants de son ami le capitaine Rambaud, les rejoint. Il a 14 ans, et est aide de Port de 1764 à 1767. Pléville lui fera dessiner des cartes de la région et remettre en état le port de Fort Royal.

Quand Georges revient en France, un accueil triomphal lui est réservé suite à ses exploits. Il y retrouve Marie Ursule, ses deux enfants et un bébé Jean-Pascal, qui hélas ne vit que quelques mois (30 mars 1766 - 20 août 1767).

En 1767, je fus employé en ma qualité au port de Marseille, écrit Georges Pléville Le Pelley dans ses Mémoires. Mais, il se fait des illusions sur la nature humaine en voulant enseigner l'honnête à son personnel. Sa Femme s'en inquiète :

Faites tout de même attention mon cher mari. On parle en effet de plus en plus dans votre dos. Ce que j'ai entendu ne me dis rien de bon. Vous n'êtes pas ici dans votre port granvillais où d'après ce que j'en sais tout le monde crie très haut ce qu'il veut dire. Chez nous à Marseille, les choses se font comprendre à demi-mot.

En 1770, naît leur dernière fille Thérèse Joséphine Ursule Pléville Le Pelley baptisée le 26 décembre 1770 à la paroisse de Saint-Ferréol. Son parrain se nomme Honoré Joseph Montagne, il est négociant, sa marraine, Marie-Jeanne de Fanien.

Sauvetage de la frégate anglaise Modifier

.

Ap1.jpg

Georges Le Pelley de Pléville et son cadeau des Anglais.

En 1770 toujours, Georges Pléville Le Pelley empêche à une frégate anglaise de s'écraser sur les rochers du port de Marseille au péril de sa vie. Il rentre à la maison pour se changer et réconforter son épouse qui le croyait mort. Il fait réparer le bâtiment anglais que les Anglais pensaient ne pas pouvoir remettre à flot. En 1772, le Granvillais reçoit du Gouvernement anglais une lourde soupière en argent massif. Sur une face est gravé en latin :

Georges Pléville Le Pelley, noble Normand de Granville, capitaine de navire de guerre et du port de Marseille a sauvé de la destruction un navire royal qui allait se perdre sur la côte française.

Marie Ursule et ses enfants demeurent bouche bée et demande si ce cadeau est vraiment pour eux. Pléville écrit au Roi pour lui demander ce qu'il doit faire de son présent. Il en profite pour lui plaider l'avenir de son fils, âgé de 16 ans. Celui-ci est aide de port. Il l'envoie comme mousse sur la Marie-Julie, un Terre-neuvas appartenant à son cousin Eustache Le Pelley-Fonteny. Marie se fâche :

Le contraire m'aurait étonné ! Alors que tous ceux que nous connaissons n'ont cesse de réclamer pour eux et pour leurs proches, des prébendes qu'on leur accorde le plus souvent, vous mon ami, même lorsque vous adressez au ministère vos travaux personnels concernant les conditions d'emploi des marins que vous rêvez de rendre toujours plus humaines, des croquis de matages nouveaux ou des codes de signaux destinés à faciliter la communication des navires en mer, vous ne demandez jamais rien en échange… Certes, le Roi vous a décerné la croix de chevalier de Saint-Louis cinq ans avant les autres. Mais oui, mon mari, je sais cela et je suis aussi fière que vous de cette attention. Mais croyez-vous que l'honneur suffise toujours dans la vie… Je suis heureuse Monsieur de Pléville avec vous. Je pense seulement à nos enfants. A notre grande fille, surtout qui est en âge de se marier et qu'il faudra doter.

En 1774, Pléville confie à sa Femme et es trois enfants, les espérances qu'il place dans le nouveau Roi. Marie Ursule s'étonne un peu que le Roi soit féru de travaux manuels, notamment de serrurerie. Georges s'en réjouit y voyant un respect pour les artisans et les ouvriers du royaume.

En 1776, il est promu lieutenant de vaisseau. Son fils est confirmé dans son grade d'enseigne de vaisseau. Georges Pléville Le Pelley marie aussi sa fille aînée et aide son gendre Claude Laugier à acquérir une charge d'Inspecteur général de douanes, puis des domaines et il s'engage à l'entretenir sous son toit pendant 8 ans.

Le 11 avril 1778, il part pour aider les " Insurgents " avec son fils. Marie et ses filles pleurent, car la guerre s'annonce longue et meurtrière .

Elle sera longue, en effet, Georges Pléville Le Pelley écrit : " Nous sommes le 10 juillet 1779, je décapèle mon pilon, il y a donc un an, deux mois et dix-huit jours que je n'ai pas vu ma famille. Une éternité… ". Sa petite-fille, Marie Thérèse Laugier-Pléville est née en 1779 à Marseille. C'est Marie Ursule qui doit s'en occuper. Elle n'a guère d'argent pour le faire. Pourtant son mari refuse les 300 00 francs que d'Estaing lui attribue pour ses négociations avec les Américains.

Gouverneur du port de Marseille Modifier

.

A106.jpg

Le quartier où habite sa belle-famille à Marseille.

En 1767, Pléville rédige aussi un traité sur la mâture et est nommé capitaine de port à Marseille, où il recrée des registres, applique les dernières ordonnances, stoppe la corruption et recrée une unité de police efficace. Il dit :

la police fut établie ; je fus la bête noire de tout le monde, mais on finit par m'estimer.

Comme l’écrit Fleury, sa femme s’effraie de toutes ses mesures et s’attend à une réaction très vive des Marseillais. Néanmoins ses réformes à la longue plaisent et il est fait lieutenant de vaisseau et du port de Marseille en 1770[6].

Fin 1779, il revient à Marseille comme capitaine de vaisseau et du port de Marseille, car il a été grièvement blessé dans une émeute anti-française à Boston. Marie Ursule a le visage amaigri et les yeux soulignés de cernes. Elle toussote et s'excuse presque :

Je dois avouer que je suis un peu lasse ces temps-ci, mon ami. C'est sans doute la saison qui veut cela. Maintenant que vous êtes revenu parmi nous, vous verrez que j'irai de mieux en mieux.

Elle s'inquiète toutefois et d'une voix brisée elle implore : Mon ami, allez vous repartir bientôt ? Georges la rassure lui parle de son âge et de sa charge nouvelle à Marseille.

Son fils a été fait prisonnier. Embarqué sur une frégate, Pierre est pris à la suite d'un combat (en 1780). Aussitôt que l'amirauté anglaise en est instruite et des ordres furent donnés pour son renvoie en France, sans échange, et il eut la faculté d'emmener avec lui trois de ses camarades, à son choix.

Décès Modifier

.

Pléville Le Pelley (Versailles).jpg

Georges de Pléville, capitaine de vaisseau du roy.

Mais, Georges Pléville Le Pelley est à peine installé dans sa nouvelle vie que Marie, son épouse, la mère de ses enfants meurt d'une anémie pernicieuse, ainsi que lui expliquent les médecins de la marine, comme les collègues civils incapables de cerner les véritables causes de son décès d'après Georges Fleury. Aujourd'hui, on les connaît :

Elle est liée à une carence en vitamine B12. La vitamine B12 n'est présente que dans les aliments de source animale (viande, poisson, produits laitiers) et dans les extraits de levure. Une bonne alimentation fournit un apport plus que suffisant de vitamine B12. Toutefois, l' anémie pernicieuse a une tendance à être familiale. Elle débute généralement à un âge moyen et affecte davantage les femmes que les hommes.

Marie souffrit certainement de privations. Pléville ne se soucie pas des problèmes d'argent et Marie veut à tout prix doter ses filles.


Son fils, Pierre est décédé en 1783 à allant à Toulon de fièvre. Il meurt en six jours d'une fièvre ardente dont aucun médecins n'est capable de déceler l'origine. Son mari est le parrain du fils de son frère, Benoist de Rambaud le 12 janvier 1786 à Versailles.

Sa fille cadette, Thérèse a épousé après sa mort François de Viefville (1750 Malzy - 1828), fils de Pierre de Viefville et de Marie Marguerite Carlier, le 23 janvier 1788 à Marseille (paroisse Saint Ferréol.l). C'est un officier de marine revenant des Indes en juillet 1787. Un temps commandant du port de Marseille, après son beau-père, il fut major de vaisseaux du Roy. C'était aussi l'ami de son fils.

Ses deux filles auront de nombreux petits-enfants. Georges Pléville Le Pelley meurt dans une quasi misère, le 2 octobre 1805.

Références Modifier

  1. d'Hozier Provence I, p. 652, texte - Provence II, p. 1246, armorié).
  2. AD 13, Notre-Dame des Accoules - 1757 p.102.
  3. Georges René Le Pelley de Pléville (1726-1805), par Bertrand Mayeux
  4. Georges René Le Pelley de Pléville (1726-1805), par Bertrand Mayeux
  5. Georges René Le Pelley de Pléville (1726-1805), par Bertrand Mayeux
  6. Dictionnaire des ministres de la marine: 1689-1958, Volume 58 de Kronos (Paris, France), Jean-Philippe Zanco, L'Harmattan, 2011.

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau Fandom

Wiki au hasard