FANDOM


BROUILLON



Laugier

Seigneur et dame noble, au XIe siècle.

Aaaa16

Le fort de Mévouillon.

Aaaa20

Abbaye de Cluny.

Laugier d'Arles est né en 984, en Provence, et porte le patronyme Mevouillon, en 1057[1].


En 1011, Pons III d'Arles et ses deux fils, Isnard et Laugier[2], héritent de la précaire de Nyons et c’est sans doute d’eux que descendent les sires de Mevouillon, dont les possessions correspondent au plus ancien alleu familial[3].

x Percipia, ! 1060 (St Victor, II-71, Regeste I-1953).

Laugier et ses frères font don de la moitié du castrum d'Altonum à l'abbaye de Cluny, en Bourgogne, plusieurs sites, villae ou castri de la région de Nyons sont cités la villa de Pupianne, ainsi que le castrum de Pictavis (aujourd'hui Peytieu), situé sur le territoire de Chateauneuf-de-Bordette en limite avec le territoire de Benivay-Ollon.

Cette charte de donation montre surtout que le territoire de Chateauneuf-de-Bordette est intégré, au début du XIe siècle, dans un ensemble plus important, appartenant à une même famille appelée Mirabel, et qui comprend une bonne partie des terres situées au sud et à l'est du cours de l'Eygues, depuis Les Pilles jusqu'à Mirabel.

Un groupe familial de quatre générations, issu d'un certain Pons, marié à Blismodis, apparaît dans la seconde moitié du Xe siècle dans la région d'Arles et forme, d'après J.P. Poly, les premiers chaînons de la dynastie des Mevouillon. D'autre part, une fratrie composée de huit sujets dont deux évêques de la région, se révèle en 1023, dans une importante donation autour de Vaison et de Nyons, dans la Drôme[4]. Les historiens modernes ont tendance à faire des huit frères précités les descendants de Poncius d'Arles et Blismodis et les ascendants des Mevouillon.

Percipia, établit la Baronnie (son nom reste attaché à l’un des minuscules villages voisins, le Poët-en-Percip. L’un de ses quatre fils, Ripert, assoie ce pouvoir (il est évêque de Gap). Marié, et joueur, il est révoqué en 1063 ; il s’autoproclame Baron de Methulensis. Son fils, également appelé Ripert, est à l’origine d’une généalogie compliquée où plusieurs enfants (jusqu’à seize !) sont appelés Raimond/Raymond, lesquels ont souvent pour épouse de nombreuses Galburge.

Aaaa17

Le premier ancêtre des Mevouillon dont on est sur est Viguier d'Arles.

Sur les Mevouillon, voir article détaillé.


BIOGRAPHIE Modifier

.


Mariage et descendance de Laugier d'Arles Modifier

.

Son mariage Modifier

.

Laugier d'Arles (984 - avant 1060) épouse Percipia, veuve en 1060[5].

D'après le marquis de Ripert-Montclar, Percipia, mère de Ripert Methulensis, est nièce de l'évêque Féraud de Gap, fille probable de Raimbaud. Elle a épousé Geoffroi ou Isnard, fils d'Isnard de Volonne et de Dalmace[6].

J.-P. Poly propose un autre rattachement ; selon lui, Percipia épouse Laugier, fils de Pons III d'Arles et neveu de l'évêque Féraud. Aucune de ses hypothèses ne peut être confirmée par la documentation, mais il est presque certain, d'après le recoupement des domaines, que les Mévouillon sont apparentés à l'évêque Féraud et à sa famille.

Sa descendance Modifier

.

¤ Ripert Methulensis


¤ Le patronyme Mevouillon apparaît dès 1057, porté par Laugier II, frère supposé par divers recoupements de Ripert Methulensis dans une charte de Geoffroy, marquis de Provence : Leodegarius de Medillone Firmavit[7]. Il est cité en 1087 et marié vers 1060 à Dalmatia. Laugier (Leodegarius) apparaît comme un très grand seigneur auprès des comtes de Provence[8].


¤ Raimbaud est cité en 1060.


¤ Hugues Metullionis

Aaaa5

Les ancêtres de Pontius Rayembaldi, la tige des Raimbaud-Rambaud[9].

Notes et références Modifier

.

  1. Cartulaire Saint-Victor de Marseille, n° 184.
  2. St Phalle, d’ap. Poly.
  3. CGNN t III Arles n° 307.
  4. Recueil des chartes de l'abbaye de Cluny, désormais CLU.
  5. St Victor, II-71, Regeste I-1953.
  6. Cartulaire de la commanderie de Richerenches, p. LVII et ss.
  7. CSV [18] n° 184.
  8. Origine de la famille des Mévouillon
  9. Châteaux, villages, terroirs en Baronnies Xe-XVe siècle, Hors collection, Marie-Pierre Estienne, Presses universitaires de Provence, 2013.

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard