Fandom

Wiki Guy de Rambaud

Histoire de Heugnes

338pages sur
ce wiki
Ajouter une page
Commentaires4 Partager



                            Histoire de Heugnes



Ah3.jpg

Oignas-Heugnes (le nord est en bas de la carte)

Aheu0-0.jpg

En 1727 la Paroisse appartient à Madame la Duchesse de Beauvilliers, épouse de Paul-Hippolyte de Beauvilliers, duc de Saint-Aignan (1684 - 1776).

Aheu1.jpg

Le bourg d'Heugnes.

Aheu0.PNG

De La Butte-Montbel on peut voir une partie du nord du Bas-Berry. Dès 12.500 BC des hommes y vivent.

Aheu59.jpg

Avant 1850 les 4216 hectares de communaux d'Heugnes sont des brandes.

Ah1.jpg

Grande bâtisse construite à Mizeray sur l'emplacement de l'abbaye avec ses pierres.

Heugnes est situé aux limites des anciennes provinces du Berry et de la Touraine, dans le département de l'Indre et la région Centre. Avant 1789 les habitants disent en plaisantant qu'ils dépendent du bon Dieu de Bourges et du Diable de Tours. Le comté de Buzançais, dont dépend Heugnes, est en Touraine.

En 1726, selon le Dictionnaire universel de la France ancienne & moderne, et de la nouvelle France... :

Heugnes, Ognia, dans le Berry, Diocèse de Bourges, Parlement de Paris, Intendance de Bourges, Election de Château-Roux, Grenier à sel de Busançois, a 405 habitans. Ce Village est situé à dix lieues d'Iffoudun, trois de Busançois, quatre de Châtillon-fur-Indre, autant de Vallençai & à dix-sept de Bourges. On y fuit la Coutume de Blois & de Touraine. La Cure vaut trois cens trente livres. Elle est à la collation de M. l'Abbé de Miserai, qui s'appelle Barthélemy de la Fleuterie, Docteur de la Maison de Sorbonne. Le terroir est ingrat & ne produit que peu de bleds. Les deux tiers de cette Paroisse font incultes, n'étant que des grandes bruyères & usages. Il y a une forêt nommée la Forêt des Champs d'oiseaux qui appartient, ainfi que la Paroisse, à Madame la Duchesse de Beauvilliers. On adresse ses Lettres à Levroux qui n'en est qu'à trois lieuës de distance, ou à Châtillon - fur - Indre, qui en est éloigné de quatre. Les habitans font la plupart laboureurs & gens de journée[1].

Le Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France, de Louis Alexandre Expilly, confirme en 1764 que :

Ognia, en Berry, diocèse & intendance de Bourges, parlement de Paris, élection de Châteauroux. On y compte 105 feux. Cette paroisse est à 2 lieues. & demie N. de Busançois, autant de Levroux, & 5 et demie N. O. de Châteauroux. Son terroir est peu fertile, & une partie est inculte[2].

Ognia est un anthroponyme employé adjectivement : le nom d'homme gaulois latinisé Onnius, du gaulois Onnio attesté et issu du nom féminin[3]. S'agit-il du nom gaulois onno, cité dans le Glossaire de Vienne, avec le sens de flumen au Ve siècle. Selon une autre source Heugnes vient du gaulois onna (rivière) devenu onia.

On a sur la commune les sources du Nahon et de la Tourmente. L'Indrois prend sa source aux confins des communes de Préaux et de Heugnes, mais dans des bois de Villegouin.

Un groupe de chasseurs-cueilleurs vivent à l'emplacement de La Butte-Montbel, sur le territoire de la commune de Heugnes à la période épipaléolithique (12.500 BC). Du temps de l'Empire romain de rares gallo-romains vivent dans des huttes et une voie romaine passe à Onia.

Les débuts de la christianisation est marquée par l'établissement d'un monastère, à Ognia (Heugnes), au Ve siècle, vers 491, par Ursus de Cahors, connu sous le nom de Saint Ours, ou Ours de Loches. Cet ancien prieuré, dit monastère, relève de l'abbaye de Méobecq, fondée par saint Cyran, sous le règne de Dagobert (628 - 658).

Un ermitage dans la forêt d'Heugnes devient l'Abbaye de Miseray en 1112. Géraud est le fondateur et premier prieur de cette abbaye. Aux temps du Gallia Christiana cette abbaye est occupée par des chanoines réguliers de Saint-Augustin de l'étroite observance.

Le château du Rabry est possédé par les Menou jusqu'en 1651. Elle passe ensuite aux Marolles, par alliance, puis Huet de La Tour du Breuil, par héritage.

La Vendée de Palluau, en mars 1796, est dirigé par un officier, Pierre-Alexandre de Marolles, seigneur du Rabry à Heugnes, puis maire de son village.

En 1856, la commune de Heugnes est l'une des plus pauvres et des moins peuplées du département. Ses habitants ne s'élèvent pas au delà de 602. Les communaux, 4.216 hectares, des brandes, sont défrichés par des paysans venus du nord de la France et de Belgique. Mais Châteauroux interdit le défrichage du bois d'Heugnes. Heugnes devient une commune riche et très peuplée vers 1890.

Au XXe siècle après les problèmes dus à l'école privée de Heugnes, l'existence de la gare et la résistance aux Allemands (1943 - 1944) sont les faits marquants. De nos jours les zones rurales sont oubliées par Paris et l'Europe. Les risques de suppression des mairies, des départements et d'une grande partie des services publics sont grands. Des projets style stockage de métaux lourds ou éoliennes ont échoués, mais le stockage de déchets atomiques ou un centre d'accueil de criminels sont à craindre du fait des deux précédentes tentatives.

UN GROUPE DE CHASSEURS-CUEILLEURS A LA BUTTE (12.500 BC) Modifier

.

Aheu24.jpg

Chasseurs-cueilleurs à la période épipaléolithique.

Ah.jpg

Silex de la station épipaléolithique d'Heugnes.

Ah13.jpg

Autres silex découverts à Heugnes.

À La Butte-Montbel, sur le territoire de la commune de Heugnes des silex taillés et des burins, datant du mésolithique, découverts en 1972, attestent que la présence humaine sur ce territoire est des plus anciennes. En effet, la station de Montbel peut être même qualifiée d'épipaléothique. Nous sommes visiblement en présence d'un groupe humain vivant de la chasse, de la pêche et de la cueillette. Sur plus de 4.000 pièces étudiées, deux seulement sont du néolithique. Les conditions du gisement n'ont pas permis hélas de conserver du mobilier osseux, comme dans le Périgord[4]. Du fait que ces hommes ne connaissent pas l'économie de production, ils ne sont pas vraiment sédentaires.

Sont découverts :

  • Nucleus unipolaires Nucleus pyramidaux Nucleus prismatiques Nucleus prismatiques angulaires. Nucleus à enlèvements croisés.
  • Nucleus discoïdes Nucleus globuleux Nucleus informes
  • Éclats d'avivage Chutes de burins Percuteurs Retouchoir
  • Lames entières Lame raccourcie
  • Lamelles épaisses (courtes lames) Lamelles entières Lamelles raccourcies Corps de lamelles Lamelles à bulbe enlevé Dont utilisées
  • Extrémités proximales de lames . Débris de lames
  • Extrémités proximales de lamelles Extrémités distales de lamelles . . Débris de lamelles
  • Microburins Écaille de microburin
  • Éclats non utilisés (à l'œil nu). Cassons[5].

La composition générale de l'outillage ne permet le rattachement de Monbel ni au Tardenoisien classique ni au Sauveterrien. Nous ne pouvons pas davantage rapprocher ce site du Beaugencien qui est pourtant le groupe humain le plus proche (env. 100 km), en raison notamment des différences dans le groupe des armatures. Quant aux stations publiées par G. Cordier[6], elles comportent malheureusement des mélanges d'industries, nous éviterons donc les comparaisons[7].

L'horizon 5 de Birsmatten est semble-t-il le gisement avec lequel Montbel 7 présente le plus d'analogie, mais l'éloignement des 2 sites gène la comparaison. Le nombre très important d'éclats retouchés, la présence de triangles isocèles et scalènes dans des proportions sensiblement égales et l'absence de trapèze nous amène à placer cette station dans un épipaléolithique moyen, voire ancien. Montbel pourrait être le premier témoin d'un groupe autonome de population qu'il serait prématuré de vouloir dénommer en l'état actuel des recherches[8].


Une station épipaléolithique sur la commune d'Heugnes


Aux Renardières, (Responsable : Gérard Coulon), une hache taillée géante en silex est découverte par M. Kiilich. Les Renardières. Les dimensions sont exceptionnelles : L = 230 mm, ép. — 68 mm, poids 1270 g.[9].

UN TERRITOIRE FAIBLEMENT PEUPLÉ DU TEMPS DE ROME Modifier

.

Ah6.jpg

Hutte biturige.

Du temps de l'Empire romain, le territoire de la commune est presque vide d'hommes et les rares gallo-romains vivent dans des huttes. Donc il reste peu de choses attestant leur présence, contrairement au site gallo-romain des Sablons à Pellevoisin[10].

Une voie romaine, qui va d'Orléans à Poitiers, passe par Luçay-le-Male (Luciacus), et ensuite la paroisse d'Heugnes (Ognia), puis rejoint Jeu-Maloches, Selles-sur-Nahon, et Pellevoisin. Peu après, elle traverse le hameau de Vaux et va à Villegouin[11].

Saint Martin (316 - 397) venant de Valençay passe par Heugnes pour se rendre à l'antique Gabatum (Levroux). L'église de Heugnes lui est d'ailleurs dédiée. Il passe ensuite à Argy[12].

DÉBUTS DE LA CHRISTIANISATION Modifier

.

Aac20.JPG

Un village du temps des Carolingiens.

Ah12.jpg

L'église et le monastère de Heugnes dépendent de l'abbaye de Méobecq.

Les débuts de la christianisation est marquée par l'établissement d'un monastère, à Ognia (Heugnes), au Ve siècle, vers 491, par Ursus de Cahors, connu sous le nom de Saint Ours, ou Ours de Loches. Ursus vient en Berry et fonde trois monastères : Heugnes, Toiselay (Châtillon-sur-Indre), Protactinium (Pontigny). Puis il passe en Touraine où il construit un oratoire et un monastère à Sennevières. C'est le tour de Loches, sur l’Indre, dans le creux d’une montagne au-dessus de laquelle s’élève un château célèbre, qui porte le même nom que le monastère. Là il décide de ne plus aller ailleurs et d’y travailler de ses mains avec d’autres moines.

Les quatre monastères dont la position est certaine, Toiselay, Heugnes, Loches et Sennevières, sont situés dans un rayon de six lieues à partir du point où la rivière d'Indre quitte le diocèse de Bourges pour entrer dans celui de Tours[13].

À sa mort en 508 nous ne savons pas qui lui succède[14], juste qu'il les laisse depuis sous la conduite de personnes recommandables par leur sainteté.

Hors de Tours sont créés les monastères de Saint-Senoch, d'Amboise, de Luynes-Maillé, de Heugnes et de Loches, après la fondation d'un monastère d'hommes dans la ville de Tours par la reine Radegonde (519 - 587). Ils sont crées par des laïcs, à la campagne, ce qui est original[15].

Grégoire de Tours (539 - 594) mentionne plusieurs monastères du diocèse de Première Aquitaine (correspondant à la province ecclésiastique de Bourges), dont Heugnes (Onia), fondé par le saint abbé Ours[16].

Cet ancien prieuré, certainement construit en partie en bois, dit d'une manière abusive monastère, relève de l'abbaye de Méobecq, fondée par saint Cyran, sous le règne de Dagobert (628 - 658). Il ne semble y avoir aucun lien entre ce monastère et l'Abbaye de Miseray, si ce n'est le territoire de Heugnes qui est commun aux deux.

L'ABBAYE SAINT-NICOLAS DE MISERAY (1112-Révolution) Modifier

.

Voir article détaillé : Abbaye de Miseray

HEUGNES DU XIVe AU XVIe SIÈCLE Modifier

.

Foulques.jpg

Foulques IV le Réchin. Le comté de Buzançais et Palluau protègent les comtes d'Anjou des prétentions des Princes de Déols, dans le Berry.

Aheu70.jpg

Paysans au moyen-âge.

Aheu0.jpg

Sceau de René de Prie, Abbé de Miseray (1500 et 1514).

L'église de Heugnes est mentionnée en 1089[17]. Son curé a pour nom Robert. Il signe une charte pour la fondation de l'Abbaye de Miseray. L'Abbaye de Miseray est construite avant que le bourg de Heugnes se développe vraimment sur les bords du Nahon au XIVe siècle.

La seigneurie d'Heugnes dépend du duché et bailliage de Touraine, comme le reste des terres des Seigneurs de Buzançais[18]. Heugnes est une paroisse située dans la mouvance de Tours[19].

Le comté de Buzançais et Palluau protègent les comtes d'Anjou des prétentions des Princes de Déols, dans le Berry.

De Haimon, compagnon d'armes de Charles le Chauve, est issue une famille qui prend le nom de Buzançais. C'est le premier Seigneur de Buzançais et ses environs connu, il vit à la fin du IXe siècle[20]. Heugnes et l'Abbaye de Miseray n'existent mais il y a des serfs, des vilains libres au nord de cette seigneurie de Buzenciacum. On a vu que son petit-fils, Robert, premier du nom, donne, en 989, son consentement à la fondation de l'abbaye de Miseray[21].

Au XIVe siècle quand se développe Heugnes, Philippe de Prie est seigneur de Buzançais, qui est passée dans la Maison de Prie. Il est marié avec Isabeau de Sainte-Maure, qui en est veuve en 1347[22].

Jean de Prie, capitaine de la grosse tour de Bourges, est tué l'an 1427 en défendant cette place contre les Anglais. Avant cela il vend pour une moitié la seigneurie de Heugnes en 1426 à Imbault d'Azay. Un certain Jean de Brizac vend l'autre moitié[23].

Antoine de Prie, frère de Jean, grand-queux de France, seigneur de Buzançais... fait le rachat ou le retrait lignager de Heugnes, car le 5 mai 1432, il délaisse cette terre à ses sœurs[24]. Marie de Parthenay, l'ex-épouse de Louis Ier de Chalon-Arlay (1337-1366), par ailleurs comtesse de Mathefelon et de Durtal, en Anjou, donne à Antoine de Prie, frère d'un des cinq Jean de Prie seigneurs de Buzançais, lui-même seigneur de Heugnes, un don important Saint-Aignan[25].

En 1525, René de Prie (1451-1519), est abbé entre autres de l'Abbaye de Miseray.

HEUGNES DU XVIe SIÈCLE A LA RÉVOLUTION Modifier

.


Du temps des Chabot et leurs descendants Modifier

.

Aabu15.JPG

Philippe Chabot (1492 - 1543), Amiral, Comte de Buzançais.

Ah19.jpg

Françoise de Longwy, comtesse de Charny et de Buzançais, dame de Pagny et de Mirebeau, épouse le 10 janvier 1526, Philippe Chabot, Amiral.

Aheu62.jpg

En 1636 la Paroisse appartient à Madame la Duchesse d'Elbeuf.

Aheu100.PNG

Léon Bouthillier (1608-1652, comte de Chavigny.

Aymard de Prie, chevalier, seigneur de Montpoupon, grand-maître des arbalétriers de France, vend, par acte du 7 juillet 1532, à l'Amiral Philippe Chabot (1492 - 1543) la seigneurie de Buzançais, qui fait partie de la succession de René de Prie, son neveu.

C'est en la faveur de Philippe Chabot (1492 - 1543) que la baronnie de Buzançais est érigée en comté l'an 1533. Il rend hommage au roi deux ans auparavant. Il en est propriétaire vers 1530 ou 1531, moyennant 200.500 livres. Philippe Chabot, comte de Buzançais, amiral de France, ministre d'état, gouverneur de Bourgogne et de Normandie, meurt le 1er juin 1543, laissant plusieurs enfants de son mariage avec Françoise de Longwy. Les Maussabré, et les autres seigneurs locaux rendent hommage au comte de Buzançais. Françoise de Longwy, veuve de l'amiral, est dame entre autres d'Heugnes, Lamp et Écueillé[26].
Léonor Chabot (1525 - 1597), comte de Buzançais, seigneur d'Ecueillé, grand-écuyer de France et sénéchal du duché de Bourgogne, a du premier lit Catherine Chabot qui suit. Il n'a de son second mariage Marguerite Chabot, femme de Charles Ier de Lorraine, duc d'Elbeuf.
Sa fille, Catherine Chabot, comtesse de Buzançais, est première femme de Guillaume de Saulx, vicomte de Tavannes, (1553-1633). Elle est décédée en juillet 1609.
Claude de Saulx, son fils, comte de Buzançais, vicomte de Tavannes, ne laisse pas de postérité, le comté de Buzançais échoit à Charles de Lorraine.
Charles III de Lorraine (1596-1657), duc d'Elbeuf, hérite de ce comté à cause de Marguerite Chabot son aïeule maternelle. En 1636, Heugnes appartient à la duchesse d'Elbeuf (1596-1663[27]. Mais Charles de Lorraine le vend peu de temps après à Jean Phélypeaux de Villesavin.
Jean Phélypeaux de Villesavin, secrétaire du roi, n'a de sa femme, qui lui succède, qu'une fille unique.
Léon Bouthillier de Chavigny (1608-1652), en épousant en 1627 Anne Phélypeaux de Villesavin, en reçoit en dot le comté de Buzançais.


Nous avons la châtellenie d'Heugnes en 1668, qui fait partie du comté de Buzançais. D'après un aveu rendu en 1668, ce comté comprend, outre la ville et les faubourgs de Buzançais, les paroisses de Saint-Étienne et de Notre-Dame du Verger, les châtellenies d'Heugnes, de Lamps et de Lair, les paroisses de Songé, Saint-Pierre, Saint-Martin, Menestreol-sous-le-Landais, Habilly, Saint-Lactencin, La Chapelle-Heurtemale, Chambon; les fiefs des Rosiers, de Montenay, de Labourie et du Petit-Rosier.

Armand-Léon Bouthillier de Chavigny meurt en 1694, maître de requête.
Armand-Jean Bouthillier de Chavigny, fils aîné de Léon, est le dernier de cette famille qui possède le comté de Buzançais.


Le village doit être assez important et riche, car certains contrats de mariage sont passés devant un certain Le Ber, notaire royal, résidant à Heugnes. Beaucoup de villages n'ont même pas un tabellion. Heugnes a deux autres notaires connus :

  • Penin Jacques (Heugnes 28/11/1641-Heugnes 01/01/1714), est notaire de la châtellenie de Heugnes ou de sa seigneurie.
  • Marteau Jean Baptiste André (Heugnes 17/08/1684 - Heugnes 13/04/1752), le gendre et cousin de Pénin Jacques, est notaire de la seigneurie de Heugnes. Aux Archives départementales de l'Indre, quelques-unes de leurs minutes peuvent y être consultées.

Du temps des Beauvilliers (1699-1764) Modifier

.

Ah2.jpg

Duché de Saint-Aignan (le nord est en bas de la carte).

Aheu56.jpg

La Cure (ancien presbytère), propriété ayant appartenu au Duc de Saint Aignan qui la vend à M. Robin, acheteur aussi l'Abbaye de Miseray, qui en fait cession à la commune en 1826.

Plusieurs familles se succèdent après la mort l'Amiral Philippe Chabot (1492 - 1543) jusqu’à l’achat en 1699 pour la somme de 220.000 livres par un puissant personnage, Paul de Beauvilliers (1648 - 1714).

Le duc de Beauvilliers épouse par contrat de mariage du 20 janvier 1671 Henriette-Louise Colbert (1660 - 1733), fille de Jean-Baptiste Colbert, marquis de Seignelay, et de Marie Charron de Ménars. Ce mariage fait de lui le beau-frère du duc de Chevreuse. Les deux beaux-frères sont des amis intimes du duc de Saint-Simon et comptent parmi les personnages importants de ses Mémoires. La duchesse de Beauvilliers donne à son époux treize enfants, parmi lesquelles huit filles, dont sept sont religieuses, et la huitième, Marie-Henriette, épouse le 19 décembre 1703 Louis de Rochechouart, duc de Mortemart. Ses fils étant mort jeunes, le duc de Beauvilliers laisse son duché et comté à son très jeune demi-frère Paul-Hippolyte.
Paul-Hippolyte de Beauvilliers, duc de Saint-Aignan (1684 - 1776) est un diplomate et officier militaire français, chevalier des ordres du Roi et pair de France. La liquidation des droits du duc de Beauvilliers, son demi-frère, sur le comté de Buzançais, n'est terminée qu'en 1755, par un arrêt du Parlement. Sa première épouse est Marie-Anne de Montlezun (morte le 15 octobre 1734). C'est elle qui est Dame de la châtellenie d'Heugnes. En 1726 il y a une forêt nommée la Forêt des Champs d'oiseaux qui appartient, ainfi que la Paroisse, à Madame la Duchesse de Beauvilliers.

Le 9 novembre 1757, Paul-Hippolyte de Beauvilliers, duc de Saint-Aignan (1684 - 1776) épouse ne secondes noces Françoise, fille de Michel-Étienne Turgot, marquis de Sousmont.

Turgot achète le le comté de Buzançais (1764) Modifier

.

Ah17.jpg

Turgot achète le comté de Buzançais (1764).

Aheu72.jpg

Turgot esr un grand économiste et un philosophe.

Le 21 août 1764, après de longues et nombreuses procédures, le comté de Buzançais (dont la châtellenie d'Heugnes avec les bois de Champs d'Oiseaux) est mise en vente et adjugée au Président Turgot (1727 - 1781), moyennant la somme de 534.100 livres. C'est cette somme de 534.100 livres qui, avec les valeurs mobilières de la succession, fait l'objet de la distribution opérée entre les créanciers unis du feu duc de Beauvilliers, par l'acte du 26 octobre 1764. Au nombre des créanciers admis dans cette répartition figurent :

Premièrement.

Dom Jacques Gemonnet, prieur, curé de la paroisse d'Heugnes.

1° Pour 2 boisseaux de blé froment de censives qu'il a droit de percevoir par an, à chacun jour de Saint-Michel, mesure de Buzançais, sur un chezel, où il y avait autrefois une maison et d'autres bâtimens, depuis incendiés, cour et jardin, contenant environ 10 boisselées de terres, actuellement labourables en un tenant, situées au lieu de Theveau, paroisse d'Heugnes, joignant d'une part le chemin de Theveau à Heugnes, et des autres parts aux terres du moulin de Theveau et aux prés des Chanoines, relevant du fief du Grand Hôtel d'Heugnes, appartenant aux prieurs-curés dudit Heugnes.

2° Pour 2 poules de la même censive, à prendre sur le même terrain, à raison de 30 sols par an.

3° Pour ta même censive en argent sur le pied de 5 deniers par an, à prendre encore sur le même terrain.

Les dits cens emportant lôds et ventes, saisines et amendes aux termes de la coutume de Touraine : le tout en conformité de l'arrêt contradictoire de la Cour du 17 mai 1763, qui a jugé la charge des dites censives au profit dudit sieur Gemonnet et de ses successeurs, prieurs-curés d'Heugnes.

Deuxièmement.

- M. Jean-Baptiste Aubepin, prêtre, curé de Pellevoisin...[28].

En 1764 les bois d'Heugnes font 800 arpents, soit environ 400 hectares.

L'ÉGLISE D'HEUGNES Modifier

.

Ah18.jpg

Nouvelle église (style néo-roman).

Aheu35.jpg

Intérieur de l'église.

L'église de Heugnes est mentionnée en 1089[29]. Son curé a pour nom Robert. Il signe une charte pour la fondation de l'Abbaye de Miseray.

Hujus autem Silva nomen est Ognensis dictum ab Ecclesia scilicet que dicta est Ognia in cujus parrochia est, 1112 ;

Nous avons l'Ecclesia Santi Pietri de Ugnia cum pertinentiis suis, en 1174, qui nous mentionne la paroisse qui dépend de Méobecq[30].

Ecclesia de Hugnes, 1204[31].

Hogne, vers 1250[32].

Capellanus de Hugnia, 1327[33] ;

Capellanus de Hugnia, 1351[34] ;

La paroisse Saint-Pierre dépend de Méobecq, puis de Miseray à partir du XIVe siècle. Parochia de Hugnia, patronus Abbas de Miserayo, 1648[35].

Paroisse Saint Martin de Heugnes, de Hugnia vel Onia, patron : l’abbé de Miseray, 5 septembre 1766[36] ;

La Cure vaut trois cens trente livres. Elle est à la collation de M. l'Abbé de Miserai, qui s'appelle Barthélemy de La Fleuterie, Docteur de la Maison de Sorbonne.

Dom Pierre-Hyacinthe Rose. — De l'abbaye de Cherbourg ; appelé en 1711 ; curé de Saint-Satur de 1714 à 1719 ; puis curé d'Heugnes; enfin prieur de l'abbaye de la Vernusse ; meurt en 1742, à Cherbourg dans sa maison professe.

Paroisse Saint Martin d’Heugnes, patron : Abbé de Miseray, 1772 (Pouillé de Bourges, t. 1, fol. 94 v°)[37].

La paroisse Saint-Pierre dépend de Méobecq, puis de Miseray à partir du XIVe siècle. Le patron de la paroisse est aujourd'hui saint Martin.

Dans la première église il y a des autels de la sainte Vierge et de saint Jean à l'entrée du chœur. Il y a dans l'église un autel et une confrérie de Notre-Dame de Bon-Secours dont la fête est l'Assomption.


François de Maussabré est curé à Heugnes. Suspect, comme frère d'émigré, bien que fidel à la Révolution, il est obligé, lui aussi, de payer son contingent à la prison, doublement, et comme prisonnier et comme riche ; car, détenu le 4 décembre 1793, il doit payer 400 francs de contribution. Cherrier le met en liberté, le 2 décembre 1794, l'estimant doux et bienfaisant[38].

LES FAMILLES DES SEIGNEURS LOCAUX D'HEUGNES Modifier

.


Les Maussabré Modifier

.


Les Maussabré avant 1562 Modifier

.

Aheu7.jpg

Les Maussabré sont seigneurs de Chateauvieux en 1380.

Aheu3.PNG

La Sabardière (Nouans-les-Fontaines), en 2015.

Aheu4.PNG

La ferme de la Terre du Bois-Saint-Père, en 2015.

Les premiers seigneurs majeurs d'Heugnes sont les Maussabré. Le nom de Maussabré, provenant d’un ancêtre Chevalier, Gilbert, resté mutilé, pendant les croisades et que ses compagnons n’appellent plus après ce drame que le mau sabré (= mal sabré)[39]

Cette famille est possessionnée dans le Blaifois et la Touraine, dès le XIIe siècle : Chateauvieux, près Saint-Aignan, la Sabardiere, qui relevé de Montrésor, & Heugnes, qui relève du Comté de Bufançois. Après 1380 il ne reste à cette Famille, de la Seigneurie d'Heugnes, que la Terre du Bois-Saint-Père, qui en est un démembrement, un arrière-fief [40].

Le fief et seigneurie du Bois Saint Père consiste en une métairie située dans la paroisse d’Heugnes. Le fief de Bois Saint Pierre, paroisse de Pellevoisin, vaut 40 livres 6 sous 6 deniers, en 1639[41]. L'hommage que Guillaume II de Maussabré rend en 1406 au Seigneur, Baron de Buzançois, pour la seigneurie du Bois Saint Père nous apprend que celle-ci est située à l'époque dans l'étendue des paroisses de Pellevoisin, d'Heugnes, de Préaux et de Villegouin. Il s'agit donc d'un arrière-fief important, même s'il est précisé que ses dîmes ne lui rapportent plus que 5 ou 6 muids de blé, comprenez environ 10 quintaux.


Etienne de Maussabré est père de Guillaume, mariée à Jeanne Basset. Ils sont les parents de :

Guillaume II de Maussabré, écuyer, capitaine du château de Loches, 23e gouverneur de cette ville en 1380, seigneur du Bois-Saint-Père, de La Sabardière, de Vaux et de Châteauvieux. Il est l'époux de Jeanne de La Vernelle, fille de Guillaume de La Vernelle, seigneur de Saint-Martin-de-Lamps et du Bois-Saint-Père et d'Isabeau de Palluau.
Guillaume III de Maussabré, fils du précédent, est Seigneur du Bois-Saint-Père et de la Sabardière. Il achète de différents particuliers la terre et seigneurie de Villablin, qui relève du fief de Bois-Saint-Père. Marié en 1424 à Isabeau de Sorbiers[42]. Ils ont cinq enfants.


La famille de Maussabré va se séparer en cinq branches, dont deux sont possessionnées à Heugnes.

Les Maussabré du Bois-Saint-Père Modifier

.

Ah8.jpg

Bois-Rabry.

Aheu9.jpg

Sceau des Sorbiers.

Jean de Maussabré (1425 - ap. 1480) est auteur de la branche des seigneurs du Bois-Saint-Père. Il partage devant le juge à Loches, en 1470, les terres de la seigneurie du Bois-Saint-Père avec sa famille. Seigneur du Bois-Saint-Père, avec les dîmes, bois, rentes, terrages qui en dépendent. Elles sont sises avec leurs dépendances ès-paroiffes de Pellevoifin, Heugnes, Préaux, Villegouin & Selles-sur-Nahon[43]. Il a deux fils, avec Marguerite du Verdier (x 1480).

François de Maussabré du Bois-Saint-Père (1480 - ap. 1530), coseigneur du Bois-Saint-Père, marié en 1509 à Françoise de Laudière, fille de René de Laudière, escuyer, seigneur du Poirier (Gehée) et de Puy Meunier (Selles-sur-Nahon), succède à son père. François et Françoise de Laudière ont plusieurs enfants dont :
Jean II de Maussabré (1510 - ap. 1543), Seigneur du Grand Hôtel d'Heugnes, de Poiriers de Puy Ménier et du Rabry, Homme d'armes dans la Compagnie de Mr D'Aumont. Il se marie, en 1534, avec Françoise de Riou, fille de François de Riou, escuyer, seigneur du Grand Hôtel d'Heugnes et du Bois-Rabry. La dot est donc L'Hôtel d'Heugnes qui va perdurer au-delà la Révolution et la maison forte du Rabry. En 1535 et 1541, il rend hommage à l'amiral Philippe Chabot. Nous avons aussi l'aveu et dénombrement du fief du Grand Hôtel d'Heugnes, fait en 1543 par Jean Maussabré, écuyer, à cause de sa femme, à messire Philippe Chabot[44].

Les Maussabré du Bois-Saint-Père protestants Modifier

.

Aheu8.jpg

Anne de Cholet est la fille de Charles de Cholet, seigneur du château de la Joubardiere

Du temps des guerres de religion les châteaux des Maussabré, qui sont protestants, sont incendiés[45]. Jean II de Maussabré et Françoise de Riou ont trois fils :

Brice de Maussabré, Seigneur du Rabry et de l'Hôtel de Heugnes, est homme d'armes de la Compagnie de Mr de Lancosme. De religion protestante il doit s'exiler avec sa femme et ses enfants. Leurs biens furent vendus ou donnés par le Roi à Jean de Menou, seigneur du Mée, qui en obtint la confiscation[46].
François de Maussabré, seigneur de La Gentillère et du Puy de Cloué. Il vend à son cousin François, seigneur de Villablin le fief du Puy de Cloué ainsi que sa part des dîmes et arrérages de la seigneurie du Bois-Saint-Père. De religion protestante, il périt au cours d'une guerre de religion et ses enfants fuient à l'étranger.
Denis de Maussabré (ca 1540 - 1614), Seigneur de La Baraterie, de La Maison-Neuve, de La Cour. Il porte les armes pour le parti huguenot, mais réintègre le sein de l'Eglise catholique. Il épouse à Palluau-sur-Indre, le 11 août 1559, Anne de Chollet, fille de Charles de Cholet, seigneur de la Joubardière (Palluau), et d'Olive de Laudière.

Les Maussabré de La Baraterie Modifier

.

Ah7.jpg

Blason des Maussabré.

Aheu50.jpg

Faisan et paysage d'Heugnes.

Denis de Maussabré (ca 1540 - 1614) et Anne de Chollet ont deux fils, dont :

Denis II de Maussabré de La Baraterie (ca 1580 - av 1670). Il y a un partage des biens très modestes entre les deux frères en 1614 (notaire à Buzançais). Il se marie le 5 novembre 1615 (notaire à Buzançais) avec Claudine Riffay (ca 1600 - 5 juillet 1682, Heugnes). Ils ont quatre fils qui font constater leur noblesse d'extraction par jugement rendu en 1669.
Jacques Louis de Maussabré de La Baraterie (1626- 4 mars 1694 La Baraterie) est inhumé le 4 mars 1694 dans l'ancienne église de Heugnes. Escuyer, d'abord seigneur de la Cour il devient seigneur de La Baraterie. Le sept jour de juillet mil six cent soixante et dix a esté solemnisé en Eglise de céans le mariage d'entre Jacques de Maussabré escuyer sieur de la court fils de deffunct Denis de Maussabré vivant esuier sieur de la Borchege et de Damoiselle Claude Riffaz sa femme de la paroisse d'Heugnes d'une part aiant recu le certificat du sieur curé d'Heugnes certifie n'avoir vu aucun empechement des parties et de Dame Marguerite Bonneau fille de deffunct Mathieu Bonneau vivant escuier sieur de la ..... et de la deffuncte dame Jeanne Charaule sa femme de ceste paroisse le tout acec consentement de leurs parens et en présence de .... Marguerite Bonneau (mars 1643, Cléré du Bois - 30 avril 1693, Heugnes) est la fille de Mathieu Bonneau, Sieur de la Pacaudière, et Jeanne Charrault.


Louis II de Maussabré de La Baraterie (8 avril 1671, Heugnes - 17??) se marie le 14 janvier 1696 à Nouans-les-Fontaines avec Louise le Roux (1654 - 21 décembre 1737, Heugnes), dont :
  • Marie de Maussabré (28 mars 1697, Heugnes - av. 31 janvier 1741), mariée le 6 février 1720, Heugnes à Claude de La Motte-Tillou (10 août 1699, Vicq-sur-Nahon - av. 15 mai 1751), Ecuyer seigneur du Cormier.


Son neveu, Louis III de Maussabré de La Baraterie (1720, Cloué - 1???) est écuyer, garde de l'Abbaye de Miseray, marié le 10 janvier 1757, à Cloué, à Catherine Fournier.


Les Maussabré, seigneurs de Heugnes, n'étant plus bien en cour du fait de leurs apostats, non pas pu bénéficier de charges lucratives après les guerres de religion et peu à peu perdent leurs moyens de subsistance. La lecture assidue des registres paroissiaux de Heugnes permet de dire que les Maussabré de Heugnes entre 1640 et 1789 sont mariés de plus en plus avec des paysans et sont parrains, marraines ou témoins lors de mariages, même de domestiques. Il en est tout autre pour les seigneurs de Villablin, de La Mardelle, du Puy de Cloué, terres auxquelles s'ajoutent les dots et héritages de leurs épouses. Ils sont généralement officiers jusqu'à la Révolution. Ces Maussabré, lorsqu'ils sont officiers du roi, vont de garnison en garnison et meurent sur tous les champs de batailles d'Europe et des colonies. Ils se marient parfois en dehors de la région, souffrent des persécutions religieuses, puis des persécutions contre la noblesse en 1789 et ne vont plus être seigneurs d'Heugnes.

Le château du Rabry Modifier

.


Le château du Rabry et les Menou Modifier

.

Aheu6.PNG

Sceaux des Menou.

Aheu5.PNG

Château du Mée à Pellevoisin.

Ah5.jpg

Château du Rabry à Heugnes.

Aheu18.jpg

Charles de Menou, de Charnizay (1604 - 1650), gouverneur de l'Acadie. Son père est un officier de haut rang pour Louis XIII. L'un des nombreux Menou célèbre.

L’ancienne et illustre maison de Menou, originaire du Perche, connue depuis les commencements du XIe siècle, donne naissance aux branches de Menou de Comboulan et de La Faurélie, dont l’auteur s’est fixé en Périgord environ l’an 1500. Si l’on ne peut préciser l’époque de séparation de cette branche, il est du moins certain que par ses alliances et par ses services militaires, qui se sont produits sans interruption depuis 550 ans jusqu’à nos jours, elle a soutenu honorablement le nom qu’elle porte. Ses preuves de noblesse sont établies depuis l‘époque précitée, soit devant les commissaires généraux et intendants de la Généralité de Guienne, soit devant la Cour des Aydes de Bordeaux, en 1754, soit enfin devant les généalogistes des Ordres du Bai pour le service militaire avant la Révolution.

Transplantée en Périgord vers l’an 1500, ainsi que nous venons de le dire, la famille de Menou est aussitôt classée parmi la principale noblesse de ce pays, comme on peut s’en convaincre par la convocation de ban et arrière-ban sous l’année 1542. Cent ans après, cette maison fait constater son antique origine par une enquête judiciaire dans laquelle comparaissent comme attestant les plus anciens noms de la province. Cette enquête contient, notamment au sujet des armoiries de la famille de Menou, des notions d‘autant plus intéressantes et d’autant plus précieuses pour celle—ci, qu’elle mentionne cette famille comme étant en possession, dès les temps les plus reculés, de bannières et de devises. On sait qu’au XVIe siècle, un bien petit nombre de familles avait de semblables attributs héraldiques, signes distinctifs et irrécusables de la plus haute noblesse et de la plus ancienne extraction; on sait aussi que les bannières sont tellement inusitées parmi les familles originaires du Périgord, qu‘à peine si on peut trouver un seul exemple de ce genre d’armoirîes dans cette province. Bien que l’enquête dont nous parlons, et qui est sous la date de l’année 1655, ne spécifie pas en détail le blason de la maison de Menou, on ne peut se méprendre au sujet de ce même blason, si l’on considère que d'anciens cachets de famille, remontant au moins à 200 ans par leur forme et par leur travail, se retrouvent encore en la possession des deux seuls rameaux qui subsistent en Guîenne actuellement. Ces cachets sont absolument identiques à ceux de la maison de Menou du Perche, aujourd'hui fixée en Berry et en Touraine.


Brice de Maussabré du Rabry... De religion protestante il doit s'exiler avec sa femme et ses enfants. Leurs biens furent vendus ou donnés par le Roi à Jean de Menou (1520-1600), seigneur du Mée, qui en obtint la confiscation. Selon une autre version, en 1590, Gilles de Quinault, seigneur de Pellevoisin et abbé commendataire de Saint-Genou partage ses terres. Il donne Le Rabry à son gendre, Jean de Menou. Ce dernier reçoit, le 29 janvier 1590, au nom de sa femme, les fiefs et seigneuries du Bois-Saint-Père, de l'Hôtel d'Heugnes et du Rabry, que son beau-père a acquis de Brice de Maussabré, seigneur des dits lieux[47]. Ce sont de toutes façons des biens certainement achetés une misère à une famille de réformés contrainte à l'exil.


Edmond de Menou du Rabry (1581 - 1651), au début du XVII{e siècle, reconstruit le château du Rabry. Il fait d'une d'une ancienne maison-forte médiévale, un petit château renaissance. Il épouse en premières noces demoiselle Caristie de Mareuil, dame de Treuillaut et de la Ferté-Sainte-Fauste, et fille unique de Jean de Mareuil, seigneur desdits lieux, et de Jeanne de Sauzay. Les Menou possèdent cette propriété jusqu'en 1651. Elle passe ensuite aux Marolles par alliance.

Le château du Rabry et les Marolles Modifier

.

Aheu12.jpg

Claude de Marolles.

Aheu14.jpg

Michel de Marolles (1600-1681).

Ah9.jpg

Saint-Cyr, le film.

Cette ancienne famille apparaît d'abord dans des actes de don à l'Abbaye de Saint Paul de Cormery, en 1130. Selon le document, un certain Raoul de Marolles, Chevalier fait don à l'Abbaye du Domaine de Trian. Helias de Marolles fait un don à l'Abbaye de Beaugerais dans le diocèse de Tours. Depuis plus de 300 ans, la famille de Marolles donné à la France des soldats, de grands serviteurs de l'Etat et des prêtres.

Claude II de Marolles (1663), Sgr. de La Rochère, du Breuil, et Noizay, Gentilhomme ordinaire de la maison du Roi, lieutenant-colonel des Cent-Suisses, maréchal de camp, marié à Agathe de Chastillon (famille possessionnée à Soleillan, en Forez). Ledit Claude est resté célèbre par son fameux duel en champ-clos sous les murs de Paris, le 2 août 1589 ; d'un coup de sa lance qui traverse le crâne de son adversaire, il tue Jean de l'Isle de Marivault. Au XIXe siècle... L'on conserve encore le casque du vaincu au château du Rabry (à Heugnes, départ. de l'Indre), château qui, des Menou, passa par mariage (au XVIe siècle), aux de Marolles, puis en 1827 aux de la Tour du Breuil, qui le possèdent actuellement[48].


Jeanne de Menou, fille d'Edmond, se marie le 15 avril 1630 à Louis de Marolles (1602 - 1651), seigneur du dit lieu et de La Rochère, du Breuil et de Noizay. Il est fils de Claude II de Marolles et le frère de Michel de Marolles (1600 - 1681), abbé de Villeloin de 1626 à 1674, auteur de très nombreuses traductions d'auteurs latins, il est un habitué des salons, notamment de celui de Madeleine de Scudéry. Il constitue un fonds de 123.000 estampes acheté en 1667 par Colbert et à l'origine du Cabinet des estampes de la Bibliothèque royale.
Leur fils, Dieudonné Louis de Marolles du Rabry (1634-1708), est marié à Françoise de Velard (1648 - 1712). Ils sont les parents de :
Gilles Claude de Marolles (1680 - ap. 1719), Chevalier, marié le 21 octobre 1708, à Orléans, avec Françoise d'Ardéan. Ils sont les parents de :
Marie-Françoise de Marolles (1719 - 1768), baptisée 15 mai 1719, paroisse Saint-Martin à Heugnes (Indre), fille de Claude de Marolles et de Françoise d'Ardéan. Novice (23 décembre 1739), religieuse (28 janvier 1742) à Saint-Cyr. Pr. 10 août 1728. Morte à Saint-Cyr, le 5 mai 1768 (mairie de Saint-Cyr). Voyage 25 mars 1739[49].
Pierre Michel de Marolles du Rabry (1710 - 1789), décédé en mars 1789 au château de Rabris, Lieutenant-colonel de Cavalerie, Ordre Royal et Militaire de Saint-Louis (chevalier), marié vers 1770 avec Marie Anne Macquerel de Quémy. Il effectue des modifications sur la demeure, reprise de baies en 1764.
Pierre de Marolles du Rabry (1771 - 1827), l'un des chefs de la Vendée de Palluau, maire de Heugnes[50], marié le 7 février 1804 avec Marie-Charlotte de Boisvilliers, née le 12 mars 1768 au châteay de La Dixme, à Fontenay (Levroux), élève pensionnaire à Saint-Cyr (preuves en 1778), décédée le 25 septembre 1807. Ils n'ont pas de postérité.


Jules Huet de La Tour du Breuil hérite de son oncle Pierre de Marolles le château du Rabry. Marie-Charlotte de Boisvilliers est la soeur de sa mère.

Le château du Rabry et les Huet de La Tour du Breuil Modifier

.

Aheu16.jpg

Jean-Marie Amable Huet de La Tour du Breuil (1750 - 1808).

Leurs successeurs depuis 1827, les Huet de La Tour du Breuil font de nouvelles transformations en 1834 et 1875. Les communs sont agrandis. La couverture du logis est refaite, et celui-ci est prolongé sur ses extrémités par une aile basse d'un côté et une orangerie de l'autre. La tour nord carrée est transformée en chapelle.

Jules Huet de La Tour du Breuil est né le 31 juillet 1803, au château de La Tour du Breuil, à Veuil et décédé le 10 juillet 1877, au château du Rabry, à l’âge de 73 ans. Il est le fils de Jean-Marie Amable Huet de La Tour du Breuil (1750 - 1808), officier au Régiment Bourbon Cavalerie. Résidant à Fribourg (Suisse) il aide les Jésuites traqués lors de la guerre du Sonderbund en les hébergeant. Pie IX le crée comte romain pour services rendus en 1846-47. Jules Huet de La Tour du Breuil est maire de Heugnes en 1828-1831, 1836-1848, 1850-1853, 1870-1877. Il se marie le 4 octobre 1830 avec Elisabeth Fournier de Bellevue, née le 23 mars 1800 à St-Malo , décédée en 1883 à Pleudihen-sur-Rance,à l’âge de 83 ans.
Henri Huet de La Tour du Breuil est maire de Heugnes 1878-1881

RÉVOLUTION FRANÇAISE Modifier

.

La Révolution française est accueillie comme partout en France avec joie à Heugnes. Toutefois, dans ce village les rapports avec les petits seigneurs locaux sont avant la Révolution globalement bons, comme l'attestent les registres paroissiaux, où les nobles sont souvent parrains ou témoins à des mariages, ou même parfois se marient avec des gens du tiers. Pourtant la région n'est pas solidaire de la chouannerie, ni même des Fédéralistes, insurgés présents dans les 2/3 des départements français.

Interrogatoire de Joseph Moreau (1792) Modifier

.

Aheu.PNG

Interrogatoire de Joseph Moreau devant le tribunal du district de Châteauroux, le 11 août 1792[51].

Les ADI ont conservé l'Interrogatoire de Joseph Moreau devant le tribunal du district de Châteauroux, le 11 août 1792. Cet homme est accusé de divers vols et travaux illégaux (fauchage, moissonnage) par François Maussabré, prêtre-curé de la paroisse d’Heugnes :

Aujourdhuy samedy onze août mil sept cent quatre vingt douze, l'an quatrième de la liberté, l'audience publique du tribunal du district de Châteauroux, chef lieu du département de l'Indre, tenante à laquelle siégeaient Messieurs Antoine François Bonnin, président, Jean Gagneron Latouche, Antoine Joseph Le capelain, Guillaume Barthélémy Boëry et Jérôme Legrand, juges ; Louis Turquet Silvain, Prévôt (...) suppléants et Silvain Guerimeau homme de loi ; à l'effet de juger sur l'appel intergeté par Joseph Moreau du jugement contre lui rendu au tribunal du district de Châtillon-sur-Indre le vingt six mai dernier sur une procédure extraordinairement instruite contre lui à la requête du sieur François Maussabré, prêtre curé de la paroisse d'Heugnes. A été mené ledit Joseph Moreau pour être extrait des prisons de cette ville où il est détenu. Lequel était derrière le barreau a été interrogé publiquement, les portes de ladite audience étant ouvertes et en présence du sieur Silvain Pépin homme deloi et François Pacaud avoué...[52].

La Vendée de Palluau (1796) Modifier

.

Ah4.jpg

La Vendée de Palluau : En jaune, les villages hostiles à la république. En vert, les petites villes tenues par les bleus. En rouge, les bourgs attaqués par les chouans. Le cercle bleu correspond à La Montée Rouge où a lieu le massacre.

Aheu60.jpg

Les insurgés vont de village en village, avant le finir massacrer par la troupe sur la route de Clion à Buzançais.

Palluau est un village proche d'Heugnes. En 1796, pendant la Vendée de Palluau, le propriétaire du château du Rabris à Heugnes, M. de Marolles est l'un des chefs du soulèvement. Les gendarmes, le 11 mars 1796 (21 Ventôse An IV) se sont transportés... au Rabry, commune d'Heugnes, maison de la Vieille-Marolle et à la métairie d'Heugnes, appartenant au citoyen Beauvilliers, pour y faire la recherche et arrestation du curé de Saint-Flovier, dans lesquels endroits sus énoncés n'y avons trouvé aucun citoyen suspect. Cela ne plaît pas aux habitants de la paroisse. Une vingtaine de jeunes paysans principalement d'Heugnes attaquent une douzaine de gendarmes à Pellevoisin, retranchés dans le cabaret de la veuve Sarrazin. Ceux-ci doivent fuir sans leurs chevaux à Buzançais. Deux d'entre eux sont blessés, et quatre autres sont faits prisonniers. Après cette victoire les jeunes paysans d'Heugnes avec d'autres insurgés libèrent Palluau, où l'enthousiasme est général, passent à Villegouin et prennent Ecueillé.

Le 15 mars 1796, les royalistes d'Heugnes et des autres villages, environ 800, paysans, journaliers et artisans ruraux, encadrés par quelques nobles, sont décimés en voulant prendre Buzançais. Les insurgés doivent se cacher. Des prisonniers sont fusillés à Buzançais. Mais aucun n'est d'Heugnes. Par contre, le citoyen Robin, acheteur de l'Abbaye de Miseray, est contraint de ravitailler en armes et en vivres les derniers rebelles. L'un des chefs de l'insurrection encore en vie se contente d'une mèche de cheveux de la demoiselle du logis[53].

Gabriel Gérard, demeurant au Rabry, commune d'Heugnes, Charles Moreau, journalier au Rabry, commune d'Heugnes, et Pierre de Marolles, propriétaire dudit lieu du Rabry, font partie des cinquante-trois individus jugés du fait de la Vendée de Palluau[54].


La Vendée de Palluau (M. l'abbé M. Bourderioux).

La Vendée de Palluau, en mars 1796, ne fut pas un événement qui affecta seulement le Berry, mais qui s'étendit encore par delà les confins de la Touraine. Un document, émané de l'un des officiers qui y fut mêlé et qui appartenait à la noblesse de la région, Pierre-Alexandre de Marolles, seigneur du Rabry à Heugnes, puis maire de son village, jette un jour nouveau sur l'affaire. Dans un certificat, fourni en tant que maire au fils de l'une des victimes de ce mouvement insurrectionnel, M. de Marolles déclare le donner comme ayant été nommé, en 1795, capitaine par Stoflet, « officier général de l'armée Vendéenne en Poitou ». M. de Marolles note d'autre part que « l'armée royale formée à Palluau » l'avait été « par les ordres de M. de Pichegru, généralissime de l'armée du Rhin ».
L'insurrection de Palluau se couvrait donc de l'autorité d'un général républicain. La chose, toute singulière quelle paraisse, semble vraie. On sait que Pichegru s'étant abouché avec les émissaires de l'armée de Condé avait commencé un mouvement de recul sur le Rhin qui tendait à ouvrir la frontière de l'Est à l'armée des Émigrés et à provoquer une restauration monarchiste ; c'est exactement à ce moment-là qu'éclata l'affaire de Palluau et celles concomitantes de Morée, de Sancerre et de Salbris.
Des détails inédits sont donnés ensuite sur la prise d'Ecueillé par les insurgés. L'on voit le curé constitutionnel de Nouans, M. Goupy, qui fut administrateur du département, faire le coup de feu contre les assaillants, prendre honteusement la fuite, puis revenir et haranguer hardiment les habitants de la ville réoccupée par les républicains.
Ces détails mettent encore en évidence la grand peur qui saisit les autorités de Montrésor à la nouvelle de la prise d'Ecueillé, l'occupation par les volontaires de la Côte-d'Or du Sud de ce canton — surtout de Loché et de Villeloin — pendant plusieurs mois, occupation dont les habitants gardèrent un fort mauvais souvenir[55].

UN SIÈCLE DE CROISSANCE ECONOMIQUE Modifier

.

Du début du XIXe au début du XXe, Heugnes voit des landes devenir des champs, des fermes, une gare et des écoles être bâties, et même une nouvelle église accueillir les nombreuses paroissiens. Le bourg compte plusieurs commerces et entreprises dynamiques.

Une commune pauvre et peu peuplée Modifier

.

Aheu58.jpg

Bergerie en brande. Avant 1850 les 4216 hectares de communaux d'Heugnes sont des brandes.

Aheu61.jpg

La bruyère la plus élevée, l'erica scoparia est très fréquente dans toutes les brandes d'Heugnes.

En 1829, Faiseau-Lavanne, dans Recherches statistiques sur les forêts de la France... se demande ce qu'est devenue la forêt d'Heugnes, située près de Châtillon-sur-Indre, d'une étendue d'environ 6.000 arpens (= 3.000 hectares), comprise entre les bourgs de Cloué, d'Heugnes, de Villegouin et de Préault. On ne voit plus dans cette contrée, qu'un vaste désert. La majeure partie des bois communaux et usagers encore existans, et qui sont considérables dans cette province, courent à ce néant[56].

Le 13 janvier 1847, la maladie de la pomme de terre provoquent des troubles de grande ampleur dans le Berry. Un chargement de blé est accaparé à Buzançais par le peuple qui tue le meunier. Avant l'arrivée des troupes une partie des insurgés monte vers le nord par Argy, Pellevoisin, Heugnes, d'où la révolte se réactive et s'étend sur la canton d' Écueillé (16, 17 et 18 janvier). Cela se traduit par des pillages, des destructions de moulins, de machines à battre et de charrues, accusés de supprimer des emplois agricoles[57]. Des châteaux sont pillés. Pour calmer les esprits, le conseil municipal à Heugnes encadre des ventes forcées de grain. Ce qui lui vaut d'être suspendu par le préfet[58].

Heugnes est une commune bremalière, passez-moi cette expression berrichonne,comme Jeu-Maloches, Pellevoisin, Le Tranger, Cléré-du-Bois... De bru mâle, c'est-à-dire la bruyère la plus élevée, l'erica scoparia des botanistes des nombreuses brandes. On y meurt pas jeune comme dans la Brenne[59].

Développement de la commune (après 1856) Modifier

.

Aheu45.jpg

La gare d'Heugnes (1902).

Aheu55.jpg

La boucherie d'Heugnes.

Les époux Villemon sont traduits, en 1862, à la requête du sieur Pestel devant le tribunal de simple police du canton d'Ecueillé, pour délit de pâturage commis sur des brandes dont il se prétend propriétaire. Le maire d'Heugnes intervient dans l'instance, et soutient que ces brandes appartiennent à la commune, qui les abandonne au libre parcours des bestiaux des habitants. La commune qui n'en fournit pas les preuves est condamnée tout comme les époux Villemon[60]. Les communaux d'Heugnes sont l'objet de nombreux litiges.

Les communaux possédés par la commune de Heugnes forment la quantité de 4.216 hectares. La commune de Heugnes est des plus pauvres et des moins peuplées du département. Ses habitants ne s'élèvent pas au delà de 602.

Cette commune est on ne peut plus propre à devenir le centre d'une vaste exploitation agricole divisée par sections avec des travailleurs seraient rangés par catégorie, imaginent des théologiens en 1856. La colonie peut recevoir non seulement les travailleurs du département, mais ceux de 4 ou 5 départements du centre, ceux du Cher et de la Creuse. Les théologiens parlent d'une masse d'enfants trouvés, de demi-valides existant dans les hospices, des ouvriers sans ouvrage. Et le bienfait d'une pareille création, si utile à la classe indigente, va peupler la commune d'Heugnes et augmenter la production agricole de l'Indre[61].

Selon Amédée Renault, ancien vétérinaire et élu local, des Belges et gens du nord défrichent les brandes de Heugnes.

Sur le plateau d'Heugnes, vers 1860, les frères Durand, de Soissons (Aisne), défrichent les landes de La Grande et de La Petite Duranderie. Ils font bâtir deux grosses fermes modernes et une dizaine de maisons pour leurs ouvriers agricoles, avec chacune deux hectares de terre, Le Gardon Frit.

Georges Mireveaux, ropriétaire du château d'Argy, en 1885, entreprend le défrichement du lieu dit "les Arpents" ou les "Brandes d'Heugnes", une partie des communaux des brandes d'Heugnes. Ce communal est une plaine de 112 hectares, indivis entre les deux communes voisines d'Heugnes et de Jeu-Maloches et depuis longtemps une source de conflits entre elles.

Les Rohant-Chabot, Maison de Chabot, descendants des Buzançais, lèguent 670 hectares à la commune.

Vers 1865 apparaît une tuilerie-briqueterie à Heugnes, les Produits siliceux de l'Indre, selon l'Annuaire industriel. Répertoire général de la production française.

Au XIXe siècle, l'église Saint-Martin est reconstruite dans le style néo-roman.

Le village compte en 1891, 985 habitants. Et à cette époque le village est relié à la ville du Blanc (Indre) et à Valençay par une liaison ferroviaire et une gare. La gare d'Heugnes est construite dans le style Blanc-Argent, avec un bâtiment voyageur et une halle accolée. Elle est mise en service, le 17 novembre 1902, avec l'ouverture de la voie entre la gare d'Écueillé et la gare du Blanc.

Le défrichage des Bois de champs d'oiseaux refusé Modifier

.

Aheu41.jpg

Mairie et école de garçons d'Heugnes.

Aheu39.jpg

Vanneaux huppés. Bois d'Heugnes (source VIBOINOR.

Aheu51.jpg

La voie ferrée du Blanc et à Valençay passe par les bois d'Heugnes.

Les Rapports et délibérations Conseil général de l'Indre comptent de nombreuses demandes rejetées de les conseillers municipaux qui veulent cultiver les bois d'Heugnes :

En 1871, une demande de la commune d'Heugnes tendant à ce que le Bois lui appartenant soit distrait du régime forestier, montre le Bois appartenant à cette commune ne rapporte rien. Plusieurs tentatives faites pour vendre des coupes restent infructueuses. Le conseil municipal veut en affermer le sol avec obligation, de le défricher. Les Agents forestiers s'associent à cette demande. Ils pensent que le Bois n'est pas susceptible d'aménagement ni d'exploitation régulière.

Un certain Jolivet, Rapporteur de la Commission de l'Agriculture et de l'Assistance, en 1875, déclare que le projet préparé par l'administration des forêts, pour l'aménagement de la forêt d'Heugnes dont la contenance est de 68 hectares a été communiqué au Conseil municipal d'Heugnes.

Dans celte délibération, le Conseil municipal explique que le bois est de mauvaise qualité, que le repeuplement des parties vides serait infructueux par suite des ajoncs et bruyères qui se développent rapidement et qui étoufferaient les jeunes plants.
Dans son rapport du 21 juin 1884, M. l'Inspecteur adjoint des forêts reconnaît que le bois d'Heugnes, loin de dépérir, tend au contraire à s'améliorer, que ce bois est de plus en plus susceptible d'aménagement et d'exploitation régulière, et il conclut au rejet de la demande de la commune d'Heugnes.
...L'Inspecteur des forêts assure que dès que l'aménagement proposé sera appliqué, cet immeuble donnera à la commune d'Heugnes un revenu qui, à la fin de la révolution transitoire, s'accroîtra rapidement et sera égal, sinon supérieur, à celui que pourrait donner le défrichement.
Votre Commission approuve les conclusions de l'administration des forêts et elle ajoute, aux motifs exposés par MM. les Agents forestiers, des raisons tirées du système de culture suivi par les fermiers de la commune d'Heugnes, système qui consiste à prendre au sol toute la richesse accumulée qu'il recèle, sans jamais rien lui restituer, si ce n'est des matières improprement appelées engrais et composées tout exprès pour mettre en jeu la puissance productive d'une terre. Ce mode de culture est, à notre avis, tout simplement désastreux, parce qu'il est susceptible de stériliser le sol des communaux d'Heugnes.

Le Sous-Inspecteur des forêts fait l'historique des 70 hectares incendiés à diverses reprises en partie ou en totalité. Ils sont encore incendiés, dit lé rapport, puis, recépé en totalité en 1857. Il explique que ces nombreux incendies ont pour conséquence fatale de faire périr un certain nombre de souches et de diminuer encore la vitalité des autres.

Aheu36.PNG

Forêt d'Heugnes.

Une commune riche et très peuplée Modifier

.

Aheu33.jpg

Heugnes a une école de filles en mauvais état.

On apprend que la commune d'Heugnes a une population de 796 habitants, 21.000 francs de revenus assurés par des baux authentiques, 850 francs de rente sur l'État, du fait des legs des Rohant-Chabot. Donc ses budgets se soldent tous en excédant de recette. Elle possède une école de garçons et une école de filles; tous ses chemins sont construits, ou à peu près. La Commission conseille à la commune de tenter un reboisement dans les parties défectueuses et conserver ces bois soumis au régime forestier.

Les électeurs de la commune d'Heugnes votent en 1900 pour un maire républicain et catholique. Les électeurs de Heugnes ont fondé aussitôt une école libre, école qui compte 60 élèves environ, alors que l'école laïque ne compte que 5 ou 6 enfants. Le préfet, M. Liegey casse la délibération prise par le Conseil d'Heugnes, sous prétexte qu il est interdit à une commune de subventionner les écoles libres. Ne pouvant toutefois pas interdire l'école des religieuses de Sainte Anne, il interdit leur pharmacie. Les villageois doivent aller chercher des médicaments dans les bourgades[62].

En 1923 Heugnes a 76.037 francs de recettes et n'en dépense que 67.382.

Résistance aux Allemands (1943-1944) Modifier

.

Ah.png

Louis Napoléon Bonaparte

M. Mirveaux, maire de la commune d'Heugnes, est révoqué par le Gouvernement de Vichy en 1940[63]. L'école est fermée. Le maire d'Heugnes est suspendu pour avoir commis le crime de prendre parti en faveur des Sœurs, puis finalement révoqué.

Les terrains constituant le legs Rohan-Chabot qui entourent la ferme de la Pyramide sont situées à une altitude d’environ 200 mètres et sont le point culminant sur une distance de plus de 300 km dans un arc de cercle allant du plateau de Langres jusqu'à Bordeaux. Un tel site devait retenir l’intérêt des forces allemandes qui début 44 y installe une très importante base de radio-télécommunication (repérage des adversaires ou téléguidage des nouvelles armes allemandes). L’installation n’est pas achevée. Les effectifs militaires et ouvriers sont de plusieurs centaines. Il ne s’agit pas d’unités combattantes. A moins de 2 km de cette base une uité de maquisards et réfractaires du STO les surveillent. Ils observent les nazis de la forêt de Champs d’Oiseaux et les champs aux alentours, mais en évitant les accrochages.

A quelque distance de là près de la gentilhommière de La Butte (altitude 204 m), a lieu le 28 août 1944, le drame de La Butte, trois jours après la bataille d’Ecueillé un accrochage dramatique entre des démineurs militaires et une colonne allemande en débâcle. Sur les six occupants du camion, cinq sont tués sur le coup ou achevés dans le fossé. Un seul survit miraculeusement, le lieutenant de Monfort, qui n'est autre que le Prince Louis Napoléon Bonaparte.

L'agonie des communes rurales Modifier

.

Aheu53.jpg

Un train du TBB en gare d'Heugnes le 23 août 2015.

Aheu54.jpg

L'Auberge d'Heugnes et la boulangerie redonne un peu de vie au village.

Après la guerre le village connaît un fort exode rural. Il passe de 919 habitants à 642, puis à 441 habitants.

La gare d'Heugnes est fermée au service voyageurs avec le passage du dernier autorail, le 26 septembre 1980, sur la section Luçay-le-Mâle à Buzançais. Cette même section étant fermée au service marchandises, le 31 décembre 1988. Du fait de l'existence d'un projet d'exploitation touristique, l'ensemble de la ligne entre Luçay-le-Mâle et Argy fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques, depuis le 18 janvier 1993. Depuis 2005, la gare est de nouveau intégrée dans une ligne de chemin de fer en activité, elle devient une des gares de la ligne du Train du Bas-Berry, qui n'a qu'un intérêt touristique des plus limités, mais qui a au moins le mérite d'exister.

Grâce à des élus dynamiques deux commerces ont réouvert. L'Auberge d'Heugnes est désormais considéré comme un bon bistrot de campagne. Les Jardins du Nahon (horticulture) et quelques agriculteurs ou éleveurs vendant leurs productions donnent un peu d'activité à ce village menacé de disparaître comme les écoles du fait des regroupements de communes.

Actuellement le déclin démographique est provisoirement stoppé. Toutefois les menaces sur les conseils départementaux et les services publics en milieu rural font craindre le pire. Espérons que le village sache conserver son caractère bucolique qui attire les habitants des villes. Un projet de parc éolien à côté du village semble abandonné pour le bien du plus grand nombre.

NOTES ET RÉFÉRENCES Modifier

  1. Volume 2 de Dictionnaire universel de la France ancienne & moderne, et de la nouvelle France, Cl. Marin Saugrain, Saugrain, 1726. p.174.
  2. Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France, Louis Alexandre Expilly, 1764.
  3. Les Noms des communes du département de l'Oise, Volume 28 de Collection de la "Société de linguistique picarde", Maurice Lebègue, Jacques Chaurand, Musée de Picardie, 1994.
  4. L'Indre, Le Bas-Berry de la préhistoire à nos jours, p. 44.
  5. SOCIÉTÉ PRÉHISTORIQUE FRANÇAISE, 1981 /TOME 78/10-12, Montbel 7, Une station épipaléolithique, sur la commune de Heugnes (Indre), par Léonard et Philippe Cuffez.
  6. La Roche, Cordier, 1955 ; La Blancharderie, Cordier, 1964 ; Les Chaumeries, Cordier, 1958.
  7. SOCIÉTÉ PRÉHISTORIQUE FRANÇAISE, 1981 /TOME 78/10-12, Montbel 7, Une station épipaléolithique, sur la commune de Heugnes (Indre), par Léonard et Philippe Cuffez.
  8. SOCIÉTÉ PRÉHISTORIQUE FRANÇAISE, 1981 /TOME 78/10-12, Montbel 7, Une station épipaléolithique, sur la commune de Heugnes (Indre), par Léonard et Philippe Cuffez.
  9. Gallia préhistoire, Volume 26, Partie 2, Centre national de la recherche scientifique (France), Ministère de l'éducation nationale, Centre national de la recherche scientifique, 1983.
  10. Pêcherat (D.)- Le site gallo-romain des Sablons à Pellevoisin (Indre). BGHAB, 15, 1983 & Tournaire (J.). Une panne de marteau de forgeron gallo-romain découverte à Pellevoisin (Indre). BGHAB, 15, 1983.
  11. Les voies romaines du Berry
  12. Pages d'histoire sur Valençay et sa région, R. P. Raoul, Le Livre d'histoire, 1968.
  13. Géographie de la Gaule au VIe siècle, Auguste Longnon (1844-1911), Hachette 1878.
  14. Grégoire de Tours, vita patrum, cap. 18.
  15. Hommes de Dieu et fonctionnaires du roi en Gaule du Nord du Ve au IXe siècle (348-817), Histoire et civilisations, Temps, espace et société, Histoire: Presses universitaires de Lille, Jean Heuclin, Presses Univ. Septentrion, 1998.
  16. Les moines de l'ancienne France (période gallo-romaine et mérovingienne), Volume 2 de Archives de la France monastique, Jean Martial Besse, Veuve C. Poussielgue, 1906.
  17. Journal des Savants, Pierre Claude François Daunou, Pierre Antoine Lebrun, Barthélemy Hauréau, Charles Giraud, Gaston Bruno Paulin Paris, Léopold Delisle, René Cagnat, Alfred Merlin, Institut de France, Académie des inscriptions & belles-lettres (France), Jean Cusson, 1994.
  18. Klimrath Henri, Warnkönig Leopold August, Travaux sur l'histoire du droit français,- Recueillis, mis en ordre et précédés d'une... p. 204.
  19. Bulletin de la Société archéologique de Touraine, Guillaud-Verger (Tours). 2000 (T46).
  20. L'héraldique médiévale en Touraine, Page 57, Robert Nussard 1989.
  21. Chalmel Jean Louis, Histoire de Touraine, depuis la conquête des Gaules par les Romains, jusqu'à l'année 1790..., Volume 3. p. 41.
  22. Chalmel Jean Louis, Histoire de Touraine, depuis la conquête des Gaules par les Romains, jusqu'à l'année 1790..., Volume 3. p. 41.
  23. Pages d'histoire sur Valençay et sa région, R. P. Raoul, le Livre d'histoire, 1968.
  24. Pages d'histoire sur Valençay et sa région, R. P. Raoul, le Livre d'histoire, 1968.
  25. De Guy de Chantillon à Marie de Parthenay. Les comtes D'Auxerre et de Tonnerre, seigneurs de Saint-Aignan. (1222 à 1432), Volume 3 de Saint-Aignan, mille ans d'histoire, Renée Guyonnet, 1978.
  26. Coustumes du Duché et Bailliage de Touraine, Jean Baret 1591.
  27. Mémoire pour Jean et Victor de Rochechouart. Paris, 1753, p. 8.
  28. Bulletin de la Société académique du Centre : archéologie, littérature, science, histoire et beaux-arts, P. Langlois (Châteauroux) 1898/10 (A4,T4,N4)-1898/12.
  29. Journal des Savants, Pierre Claude François Daunou, Pierre Antoine Lebrun, Barthélemy Hauréau, Charles Giraud, Gaston Bruno Paulin Paris, Léopold Delisle, René Cagnat, Alfred Merlin, Institut de France, Académie des inscriptions & belles-lettres (France), Jean Cusson, 1994.
  30. Bulletin, Volumes 3 à 4, Académie du Centre, Chateauroux, P. Lanogis et cie., 1897.
  31. Bulletin, Volumes 3 à 4, Académie du Centre, Chateauroux, P. Lanogis et cie., 1897.
  32. A.D. 18-G 3, Pouillé de Bourges, p. 144.
  33. Pouillé de Bourges, p. 43.
  34. Pouillé de Bourges, p.69.
  35. Pouillé de Bourges, p. 131.
  36. A.D. 18-2 F 147, fol. 39.
  37. Église suivi du nom de saint Martin, évêque de Tours, patron de la paroisse, Département de l'Indre.
  38. Bulletin de la Société académique du Centre : archéologie, littérature, science, histoire et beaux-arts, P. Langlois (Châteauroux), 1904/04 (A10,N2)-1904/06.
  39. Mémoires de la Société historique, littéraire et scientifique du Cher, 1901 (SER4,VOL16 (DOUBLE)).
  40. François-Alexandre de La Chenaye-Aubert, Dictionnaire de la Noblesse.
  41. B.N.-Fonds Châtre de Cangé, n° 4835, Rolle des fiefz de Touraine, rolle de Buzançais, fol. 18.
  42. Contrat de mariage notaire de Châtillon-sur-Indre.
  43. François-Alexandre de La Chenaye-Aubert, Dictionnaire de la Noblesse.
  44. Inventaire-sommaire des Archives départementales antérieures à 1790, Indre: archives civiles. titres de famille, notaires et tabellions, M. Desplanque, Théodore Hubert, Archives départementales, Imprimerie et librairie administratives de P. Dupont, 1876.
  45. François-Alexandre de La Chenaye-Aubert, Dictionnaire de la Noblesse.
  46. François-Alexandre de La Chenaye-Aubert, Dictionnaire de la Noblesse.
  47. Preuves de l'histoire de la maison de Menou / par A.-F.-J. Borel d'Hauterive ; sous la direction du Cte Jules de Menou, Borel d'Hauterive, André-François-Joseph (1812-1896) Firmin Didot frères (Paris), 1852.
  48. Le sieur Daudiguier, Le vrai ancien usage des duels, Paris, 1617, chap. 34 ; de Pluvinel, Institution dU Roy en l'exercice de monter à cheval, p. 154 ; les historiens Mezeray, Moreri et de Thou, et enfin les Mémoires — aussi intéressants que finement écrits de Mme du Fay de Choisinet
  49. Les Demoiselles de Saint-Cyr (1686-1793), Vindry, Fleury (1869-1925), H. Champion (Paris), 1908.
  50. Bulletin de la Société archéologique de Touraine, Guillaud-Verger (Tours).
  51. ADI L 1588.
  52. Service éducatif et action culturelle des Archives départementales de l’Indre-Carole Fresneau & Jérôme Descoux-2011/2012
  53. Veillat Just, La Vendée de Palluau, souvenir de l'An IV en Berri.
  54. Revue du Centre : littérature, histoire, archéologie, sciences, statistique et beaux-arts, Gaume et Cie (Paris) 1879-1895.
  55. Bulletin de la Société archéologique de Touraine, Guillaud-Verger (Tours).
  56. Recherches statistiques sur les forêts de la France, tendans à signaler le danger qu'il y aurait pour elles d'ouvrir nos frontières aux fers étrangers, Faiseau-Lavanne, J.-B.-F., A.-J. Kilian (Paris) 1829.
  57. Jean Edmond Briaune, 1798-1885: cultivateur, agronome, économiste, Jean-Pascal Simonin, Presses de l'Université d'Angers, 2006. p.58.
  58. Le prince, le peuple et le droit: autour des plébiscites de 1851 et 1852, Léviathan (Paris), Frédéric Bluche, Presses universitaires de France, 2000. p. 92.
  59. Compte rendu des travaux de la Société du département de l'Indre à Paris, Société du Berry (Paris). 1854 (A2,N2)-1855.
  60. Répertoire de législation et de jurisprudence forestières... , 1864 (T2)-1865.
  61. Troisième et dernière Encyclopédie théologique, ou Troisième et dernière Série de dictionnaires sur toutes les parties de la science religeuse, offrant en français et par ordre alphabétique, la plus claire, la plus facile, la plus commode, la plus variée et la plus complète des ..., Volume 7, Felix Martin-Doisy, J.-P. Migne, 1856.
  62. La Croix, Bayard. 1900/12/29 (Numéro 5432).
  63. Informations générales (Vichy. 1940), Ministère de l'intérieur (Vichy). 1941/11/04 (N62).

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau Fandom

Wiki au hasard