Fandom

Wiki Guy de Rambaud

François Caluau

333pages sur
ce wiki
Ajouter une page
Commentaire0 Partager

brouillon

Blason lambertie.jpg

Blason des Lambertie.

François Caluau est né en 1518 au château de l'Oisellerie (Angoulême) et y est décédé le 31 mai 1574[1]. Il repose, comme tous ceux de sa famille, dans la chapelle septentrionale de l'église Saint-Jean-de-la-Pallud[2].


Nobililatio loci du Maine de Lis ou du Plessis in Castelliana d'Angoulesme pour le sieur Calueau ou Calveau, en 1549-1550[3].


1572 échevin François de Voyon maire

  • Échevin en 1558[4].

29 octobre 1570 et 2 avril 1574 échevin




Maison de Calhau
│ ???
│
Etienne Caluau, prévôt d'Angoulême, en 1463
│ ???
│
Arnauld Caluau de l'oisellerie
   ∞ ??? 
   │
   ├── André Caluau, échevin en 1518
   │  ∞ ???
   │  │
   │  ├── Jean Calueau (ca1500-1584)
   │   
   ├── Jean Caluau (1467-1522)
   │
   ├── Guillaume Caluau de l'Oisellerie
      ∞ 1516 Héliette de Lambertye
      │
      ├── François Caluau (1518-1574)
      │  ∞ 1565 Marguerite Royer de La Roque
      │  │  
      │  ├── René de Caluau, vicomte
      │    ∞ Marguerite de Lamarthonie
      │    │  
      │    ├── Gaston de Caluau 
      │      ∞ N des Ruaulx
      │      │  
      │      ├── Jean de Caluau, vicomte
      │        ∞ 1642 Anne du Tillet
      │         
      ├── Héliette de Caluau 
      │ ∞ 1538 Nicolas Fumé de La Perrière
        │
        ├── Jeanne Fumé 
          ∞ Martin Maubué de Vernay   
          │
          ├── Françoise Maubué 
            ∞ 1578 Joseph Le Proust de La Sellounière
            │
            ├── François Le Proust de La Sellounière 
              ∞ 1608 Françoise Barbarin (branche des Barberini)
              │
              ├── Estienne Le Proust de La Varenne 
                ∞ 1646 Marguerite Vergne (1622-1702)
                │
                ├── Jean Le Proust des Varennes (1654-1738) 
                   ∞ 1675 Catherine Michel
                   │
                   ├── Pierre Le Proux de La Rivière (1676-1735) 
                     ∞ 1712 Claude Elisabeth Chamion
                     │
                     ├── Pierre Éloy Le Proux de La Rivière 
                       ∞ 1741 Marie Agathe Mora (1720-1802)
                       │
                       ├── Agathe Le Proux de La Rivière
                         ∞ 1763 Louis Melchior Mottet
                         │
                         ├── Agathe Mottet (1764-1853)
                           ∞ 1785 Benoît de Rambaud



François fut aussi seigneur de l'Oisellerie et du Plessis et maître-d'hôtel ordinaire de la reine; il épousa Marguerite Royer, demoiselle du pays bourdelois, dont il eut René.

Engagement pris par François Dufoussé, d’indemniser François Calueau, écuyer, seigneur du Plessis, valet de chambre du roi, de ses frais pour l’obtention des lettres de rémission accordées à Hélie de La Place, poursuivi « pour raison des troubles et séditions advenues pour le faict de la Religion ou autrement tant en ce pays d’Angoulmois qu’aultres endroictz de la Guyenne » ; moyennant le paiement de 150 écus par François de Livenne, « l’un des centz de la maison du roy », beau-frère dudit de La Place (8 décembre)

1565 :

Construction de l’aile Nord. C’est une période pendant laquelle la famille Calluau s’enrichit (prêtant même de l’argent au roi). Elle augmente notamment les revenus de son fief en y ajoutant différentes terres appartenant aux abbés de La Couronne.

6 juillet 1565 Bail à rente par François Calluau, sr du Plessis et de L’Oizellerie, et y demeurant, paroisse de La Couronne, à Hélion (alias Hélie) Lamy, papetier, et Françoise de Guin, sa femme, du moulin à papier appelle le grand et petit moulin de Breuty, autrement dit de Boulet, maison, grange, ouche, jardin et leurs appartenances, moyennant 40n tournois, 2 rames de grand papier, bon et marchand, et 6 chapons de rente foncière, annuelle et perpétuelle, payable à la S’-Michel, et en outre de payer et servir à l’infirmier de l’abbaye de La Couronne les rentes seigneuriales et foncières à lui dues sur lesd. lieux. (Fonds de l’abbaye de La Couronne ; extrait de l’inventaire de ladite abbaye.)

Le château devient alors très imposant de part sa structure.


François Calluau avait utilisé des éléments d’un bâtiment préexistant pour ses nouvelles restaurations. Il subsiste cependant quelques traces de cet ancien bâtiment. Cette aile nord a subi de nombreuses transformations :

- aménagements intérieurs totalement refaits au XVIIIe

- transformation des ouvertures du rez-de-chaussée de la façade sud

- et celles de la façade Nord. (jardin)

Les traditions régionales disent que la reine Catherine de Médicis visite la belle maison de son maître d'hôtel François Caluau, et que son aumônier ordinaire, Jean Calueau, l'y reçoit en grande pompe et cérémonie. Si Catherine de Médicis passé à l'Oisellerie, ce doit être vers 1565, époque où se elle rend à Bayonne pour conférer avec le duc d'Albe et Isabelle de France, sa fille, femme de Philippe II.

En 1578, son père est mort. Selon une copie collationnée en 1633, d'un arpentage fait au nom et autorité du sr abbé de Notre-Dame de la Couronne, Jean Caluau est tuteur et curateur des enfants mineurs de Guillaume Caluau, écuyer, son neveu, seigneur Duplessis et de Loizellerie, des biens, terres, bois, près, etc. situés dans le duché d'Angoumois, appartenant aux dits mineurs[5].


Hélie de la Place. Réception du roi de France Charles IX et de sa mère la reine Catherine de Médicis en 1565. Peinture de François Clouet, 1561.






NOTES ET RÉFÉRENCES Modifier

.

  1. Bulletin de la Société archéologique et historique de la Charente, 1887 (SER5,T9)
  2. Bulletin de la Société archéologique et historique de la Charente, 1887 (SER5,T9)
  3. Annuaire du Conseil héraldique de France 1901 (A14), p.159.
  4. Histoire de l'Angoumois. Suivie du Recueil en forme d'histoire de ce qui se trouve par écrit de la ville et des comtes d'Angoulême, François Vigier de la Pile, François de Corlieu, Jean Hippolyte Michon, 1846.
  5. Bulletin de la Société des lettres, sciences et arts de la Corrèze, 1909/01 (A21,T21)-1909/12.

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau Fandom

Wiki au hasard