FANDOM




                               FAMILLE ZOUDE


Azo8

Très beau catalogue d'Anna Cassano sur la cristallerie Zoude.

AZO

La famille de Louis Zoude au château des Épioux, en 1885[1].

AZO-0

Servants de verrerie au XVIIIe siècle.

Azs1

Le quartier de la Porte de Gravière où l'impératrice Marie-Thérèse d'Autriche donne à Sébastien Zoude un terrain pour installer sa manufacture.

Zoude à Namur ca 1760

Corbeille et son plateau et petite corbeille en vannerie de cristal de Sébastien Zoude à Namur ca 1760 (Source : Patrimoine verrier en Namurois).

Azo4

Le château du député et industriel Léopold Zoude (1771 -1853).

Cette importante famille de la bourgeoisie namuroise vit à Moustier-sur-Sambre au XVe siècle. Les Zoude exercent la batellerie sur la Sambre. Ils partent de la Basse-Sambre et s'illustrent bientôt à Namur, dès le XVIIe siècle, dans différentes fonctions publiques : huissier, notaire, échevin[2]. Ils figurent dans La Noblesse belge, de 1923[3], car ils sont souvent alliés à des familles nobles ou qui vont être anoblis. L'Armorial général de Janssens et Duerloo nous parle de l'anoblissement, le 14 juillet 1938, d'Ernest Zoude, et de la concession personnelle pour le titulaire du titre de chevalier.

Ses armoiries sont un écusson d'azur. L'oiseau est certainement une mouette ou un goéland d'argent et non de sable[4]. Les Zoude portent : d'azur au cormoran ravissant d'argent, blason visible sur la voûte de la chapelle de Libois, et sur une pièce de vers imprimée sur soie blanche, hommage au chanoine de Namur Michel Zoude[5], et selon l'Armorial de Rietstap's. La devise de la famille se traduit ainsi : Il se rit de la tempête[6] Dum stridet ridet[7].

Les origines de la famille Zoude sont controversées[8]. Les premiers Zoude connus sont maîtres bateliers, constructeurs de mignoles (= péniches), et armateurs à Moustier-sur-Sambre, ou bourreliers harnacheurs, ou bien encore notaires, avocats, huissiers, procureurs...

Avec le mariage de Frédégond en 1635 on peut parler de tradition industrielle familiale venant des Zoude et des Hubert de Saint Hubert. Mais, le fait que son beau-frère et ses descendants soient gentilshommes de la maison du Roi va ouvrir bien portes.


La réussite économique des Zoude, qui se comporte comme un clan contribue à élever et à maintenir toute la famille dans les rangs des notables sociaux et politiques du Namurois. Toutefois, les Zoude sont pendant deux siècles de grands dirigeants d'entreprises. Il convient certainement de rendre justice aux efforts considérables qu'ils déploie à chaque génération pour bâtir et, ensuite, développer une industrie qui prend une place si importante dans l'économie de la Belgique[9].


Cette famille Zoude après ce mariage se divise en deux branches :

Article détaillé : Les Zoude de Tournai, puis de Valenciennes

Voir article détaillé : Adolphe Zoude


Avec ses sous-branches :

¤ Michel Zoude (1665 - 1759), échevin de Namur, maître de forges, est l'auteur de la sous-branche des Zoude de Ferooz et de Courrière.

¤ Gilles de Zoude (1668 - 1740), est l'auteur de la sous-branche des Zoude de Saint-Hubert.


Voir article détaillé : Les sous-branches des Zoude


Voir aussi :


Article détaillé : Sébastien Zoude (1707 - 1779)

Article détaillé : Descendance de Sébastien Zoude

Article détaillé : Louis Zoude (1787 - 1854)


AZO1

Bernard de Barsy devient maître de la seigneurie de Courrière, et du Trieu d'Avillon, en 1725. Avec sa seconde épouse, Anne-Barbe de Give, ils les vendent, en 1737, à Georges Zoude, maître de forges. Vers 1750, Georges Zoude rénove l'ensemble et donne au château-ferme son aspect actuel.

LES PREMIERS ZOUDE Modifier

.


Des origines controversées Modifier

.

Blason zoude

Blason des premiers Zoude.

Le cormoran est rare en héraldique, il désigne les voyages d'outre-mer. La devise : Il se rit  de la tempête, fait elle-aussi penser à une famille de marins.

Par contre, la légende d'une famille, originaire d'Irlande, qui aurait fui la persécution du roi Henri VIII, et aurait abordé en Flandre malgré une tempête, grâce à l'invocation de saint Funigan, dont elle rapportait les reliques[10] est fausse.

Henri VIII vit de 1491 à 1547. On trouve des Zoude dès la fin du XVe siècle dans ce pays où ils exercent la profession de bateliers. Les échevins de la cour du Faix parlent d'eux dès 1480[11]. On trouve beaucoup de membres de cette famille portant le prénom de Funigan car ils sont bateliers à Moustier-sur-Sambre, dont le patron est saint Funigan[12].

Si les Zoude sont des exilés originaires d'Irlande, c'est avant 1480, et donc bien avant les persécutions datant du règne d'Henri VIII. C'est possible, car ils se marient parfois avec des familles nobles alors qu'ils ne sont que des bateliers, mais en rien certain. Toutefois le très sérieux Dictionnaire des noms de famille en Wallonie et à Bruxelles parle de Zouth irlandais[13].

Des bateliers et armateurs Modifier

.

Azo0

Dans cette vue de Huy au XVIe siècle par le peintre flamand Lucas van Valkenborg, apparaît toute une activité liée à la rivière : forges, moulins à eau, déchargement de bateaux…[14].

Azo

Paul Lauters nous présente ici des rives de la rivière. Ses mignoles ardennaises sont très finement observées avec tous leurs éléments caractéristiques. Au premier plan, il nous montre un chantier. Un bateau en réparation semble être un coche, au vu de sa longue cabine percée de quatre fenêtres latérales[15].

Les premiers Zoude connus sont de riches maîtres bateliers, constructeurs de mignoles (= péniches), et armateurs à Moustier-sur-Sambre, à côté de Jemeppes, au XVe siècle.

La Sambre, la Meuse et la Moselle sont des affluents du Rhin qui a une embouchure presque commune avec l'Escaut. Les transports à faire par voie fluviale sont nombreux. L'agriculture est florissante, mais aussi l'export de l'extraction du grès et du calcaire des communes de Spy, en 1336, Balâtre, en 1340, et Onoz, vers 1700, sans oublier le bois de chauffage. Le charbon, le fer et la houille sont également extraits en masse aux XVe et XVe siècles. La Sambre est un atout commercial énorme pour cette région et fait la fortune des bateliers. Ce sont des rivières de plaine, qui ont connu de tous temps une très intense navigation.

Nous sommes là dans une des régions les plus riches du monde au point de vue de l'architecture navale, tant fluviale que côtière. La Meuse et la Sambre ont donné naissance à une architecture spécifique, celle de la mignole, qui a connu des formes fluviales et des formes de canal. Les Zoude sont aussi constructeurs de mignoles ardennaises.

Des Zoude habitent à Temploux - de nos jours section de la ville belge de Namur - dès 1482, selon les archives de la Cour du Faix[16].

On retrouve aussi des Zoude à Bouvignies en 1587[17], de nos jours Bouvignes-sur-Meuse et à Dinant.

Les premiers Zoude Modifier

.

Azo4-0

Moustier-sur-Sambre.

Azo12

Château de Seilles, vers 1900.

Azo3

Blason de Marguerite Labar(be) sur sa pierre tombale.

Azo13

Namur, le confluent de la Sambre et de la Meuse.

Azo11

Namur en 1577.

Azo10

Namur vers 1600 (par Adrien de Montigny).

Azo18

Ernest Zoude récupère la censé de la ferme fortifiée de Berlacomine, à la mort de son beau-frère, Jean de Brabant de Perwez, en 1844.

Blason hubert

Blason des Hubert de Saint Hubert.

Hubert

Jeanne de Saint Hubert épouse de Frédégond II Zoude (1603 - 1641) est descendante de saint Hubert, selon le Roi Louis XIV.

Azo10-0

Louis XIV touchant les malades des écrouelles. Jeanne de Saint Hubert a paraît-il le don de guérir les malades[18].

¤ Le premier Zoude connu, Jean Zoude est Bourgeois de Moustier-sur-Sambre, en 1515, certainement maître batelier[19]. Les Zoude s'illustrent bientôt à Namur, dès le XVIIe siècle, dans différentes fonctions publiques : huissier, notaire, échevin[20]. Il est le père ou l'oncle d'un Jean II Zoude (1510 - ap. 1594), notaire. Celui-ci a au moins trois enfants :

¤¤ Les premiers Zoude ne sont pas tous des maîtres bateliers. Les maîtres bateliers comme les propriétaires terriens et les mines utilisent des chevaux. François Zoude (° ca 1545) est fabricant de harnais, un gorlier, comme on dit en wallon et picard. Le nombre d'employés de son atelier n'est pas précisée. Il est le père :

¤¤¤ Georges, fils de François et époux d'Anne Lange de Rouvroy, en 1586[21]. Il est père d'un Georges II Zoude, bourgeois de Moustier-sur-Sambre, marié à Élisabeth, puis à une certaine Maria et qui a des enfants de 1612 à 1640. Anne Lange est apparentée à Floris de Lange producteur de pétrole, marchand et armateur à Jisp, plus tard à Zaandijk, échevin de Zaandijk (1666), bourgmestre de la juridiction de Westzaan et le Waterboard du polder Enge Wormer (1669). Compte tenu des dates, il ne peut être son frère.

¤¤¤ d'un autre François (ca 1565 - 1629), lui-aussi gorlier et père de :

¤¤¤¤ Marguerite Zoude (1585 - 1630) qui se marie à Jean La Barbe (1575 - 1641), fermier propriétaire de la ferme du Vieux Raucourt, à Meux. Il est le fils de François La Barbe et Olivette de Seilles (1545 - 1601). Olivette est la descendante de Bauduin, Chevalier de Seilles, qui, en 1260, possède un tiers de la dîme d'Yvoir en fief de Thibaut, Comte de Bar et de Luxembourg[22]. Cette famille au XIVe siècle est propriétaire du Château de Seilles, près d’Andenne, d’où son nom.


¤¤ Le prénom de Georges se rencontre dans cette famille, dès 1579.


¤¤ De Jean III Zoude (1555 - ap. 1617), le Dictionnaire généalogique et héraldique des familles nobles du Royaume de Belgique nous dit qu' : Aujourd'hui 7 mai 1617, par-devant moi Jean Zoude, notaire apostolique et royal, admis au conseil provincial des archiducs nos souverains seigneurs et princes ordonné à Namur[23]. Il est le père de :

¤¤¤ Jean IV Zoude (ca 1580 - 1636) est huissier adjoint en 1609[24]. Il est notaire admis, figure en 1627 dans le Cartulaire de Walcourt. En 1629, il est huissier au Conseil et a des adjoints[25]. Jean est notaire et huissier du Conseil provincial. Il se marie en 1602 à Barbe Balduin. Ils sont les parents entre autres de :

¤¤¤¤ Ernest Zoude, né à Namur, le 19 décembre 1610, clerc du greffe en 1632, il remplace son père comme huissier en 1636 au conseil provincial. Il a ayant résidé à Andenne. En 1641, Zoude est un vieil huissier, bien connu à Namur. Le 25 février 1644, Catherine Wanson, veuve de Jean de Brabant, rend à Anne Waneson, sa sœur, femme d'Ernest Zoude, et à leur fille Marguerite, la censé de Berlacomine (fol. 395 v°.)[26]. Jean de Brabant est fils de Jacques, Receveur de Fosses à Jandrenouille, Procureur à la cour de Namur, Bourgeois de Namur. Il descend de Jehan de Brabant, décédé vers 1395, Bailli de Perwez (1368), qui combat en 1371 à la bataille de Basweiler, dans la rotte du sénéchal de Brabant Jean Godenards[27]. Ernest Zoude et Anne Waneson ont quatre enfants. On a aussi le frère d'Ernest : en 1629, Jean Périlleux transporte à Philibert Zoude une rente sur le terne Maquet (fol. 81.)[28].


¤¤¤ Frédégond Zoude (1580 - 1641), dit Fraigo, auteur des Zoude du Namurois[29]. En 1630, il résidant à Auvelais (de nos jours section de Sambreville), veuf de Marguerite Goutart. Il vend des biens sur rente à son cousin Georges, Bourgeois de Moustier-sur-Sambre. Marguerite Goutart est certainement de la famille de Nicolas Goutart, bourgeois du dict Namur, en 1577. On a aussi Hughes, fils de Nicolas de Bau et de Catherine Goutart, qui se marie le 18 juillet 1569. Marguerite Goutart, veuve de Nicolas du Bau, fait un procès à Guillaume Bekman, bourgmestre de Liège, en matière de propriété de marchandises ayant appartenu à Nicolas du Bau, 1613. On a aussi le 10-6-1601, Anthoine Le Veau, second esleu de Namur, mary et bail de Marguerite Goutart, paravant veuve de feu Guillaume Marcque. Le premier Frédégond est le père de :

¤¤¤¤ Frédégond II Zoude (1603 - 1641) est maître batelier, armateur, constructeur de . Il se marie, avant 1637, à Jeanne de Saint Hubert, fille de Georges Germain Hubert de Saint Hubert et Barbe de La Croix, d'une famille de la bourgeoisie de Namur. Georges Germain est un membre de la famille Hubert de Saint Hubert qui se remarie avec Éléonore de Courtenay, selon le Dictionnaire universel de la noblesse de France...[30]. Le frère de Jeanne de Saint Hubert, le chevalier Georges Hubert de Saint Hubert se voit accorder des lettres-patentes du roi Louis XIV, le dernier décembre 1649. Le roi s'exprime ainsi, selon le Nobiliaire universel de France, ou Recueil général des généalogies historiques des maisons nobles de ce royaume. :

Louis, par la grâce de Dieu , etc., etc. Le feu Roy, notre très-honoré seigneur et père, ayant été bien informé des grâces particulières qu'il a plu à la divine bonté, en faveur de la Sainte-Vierge, de départir à notre bien amé le sieur chevalier de Saint-Hubert, étant issu de la ligne et génération du glorieux saint Hubert d'Ardennes (657-727), fils de Bertrand, duc d'Aquitaine, de guérir toutes les personnes blessées et mordues de loups ou chiens enragés, et autres bestes atteintes de la rage, en touchant au chef, sans aucune application de remèdes ; comme de tout temps de père à fils, de génération en génération, ils ont toujours garanti et exempté de ladite rage, en ayant, ledit chevalier de Saint Hubert...[31].

La famille de Saint Hubert occupe depuis longtemps un rang distingué parmi les fondeurs de Dinant[32]. Dans une charte du 6 juillet 1257. rédigée en latin, on peut lire le nom de Godefroid le batteur dict de Saint-Hubert...[33]. Mais, son beau-frère est Gentilhomme de la maison du Roi et sa femme a paraît-il comme son frère le don héréditaire de guérir[34]. On peut parler de tradition industrielle familiale du côté des Zoude et des Hubert de Saint Hubert. La place de cette famille à la cour de France va ouvrir bien portes. Frédégond II et Jeanne ont au moins deux fils : Hubert et Georges.

Azo15

Namur, le confluent de la Sambre et de la Meuse. Les deux rivières sur lesquels vivent les Zoude depuis au moins 500 ans !

LES ZOUDE A NAMUR Modifier

.

Zoude blasons

Il existe une existe une grande variation dans les blasonnements et le dessins relatifs à cette famille[35].

Zoude mouette

Zoude: d'azur à l'oie sauvage essorante, tenant par le bec une limace, le tout de sable, mais existe aussi le tout d'argent[36].

Cette famille se divise en deux branches :




Avec ses sous-branches :

¤ Michel Zoude (1665 - 1759), échevin de Namur, maître de forges, est l'auteur de la sous-branche des Zoude de Ferooz et de Courrière.


¤ Gilles de Zoude (1668 - 1740), est l'auteur de la sous-branche des Zoude de Saint-Hubert, qui suit.



Voir aussi :

Georges Zoude (1639 -1704) et ses enfants Modifier

.

AZO8

Maison de Georges Zoude, 15/17 rue des Brasseurs, datant de la 1re partie du XVIIIe siècle[37].

Georges Zoude (1639 -1704) est le fils cadet sz Frédégond II Zoude et de Jeanne Hubert de Saint Hubert. Il est né le 4 décembre 1639, à Moustier-sur-Sambre, et décédé le 17 septembre 1704, à Namur, à l’âge de 64 ans.

Georges est Maître batelier et armateur[38].

Georges se marie en 1659 à Namur avec Marguerite Penas(se), née le 6 mai 1637 à Namur, et décédée le 22 janvier 1708, à l’âge de 70 ans. Marguerite Penas(se) est la fille de bourgeois souvent cités à Namur. Georges Zoude et Marguerite Penas(se) sont les parents entre autres de :

¤ Michel Zoude (1665 - 1759), échevin de Namur, maître de forges, est l'auteur de la sous-branche des Zoude de Ferooz et de Courrière.

¤ Gilles de Zoude (1668 - 1740), Sergent de la Cour de Justice, est l'auteur de la sous-branche des Zoude de Saint-Hubert.

¤ Pierre Zoude (1671 - 1708), qui suit.


Georges Zoude est commanditaire d'une maison rue des Brasseurs, à Namur, comme plusieurs autres membres de la famille Zoude[39].

Pierre Zoude (1671 - 1708) et ses enfants Modifier

.

Zoude verriers

La branche des verriers adopte d'autres armes, que celles des Zoude, en rapport avec son industrie.

Pierre Zoude (1671 - 1708) est lui-aussi maître-batelier. Il se marie, le 26 avril 1701, à Namur, avec Martine Parmentier, née le 26 février 1665, à Corbion, et décédée le 16 novembre 1733 à Namur, à l’âge de 68 ans. Elle est la fille de Dieudonné Parmentier. Pierre Zoude et Martine Parmentier sons les parents de Sébastien Zoude (1707 - 1779), qui a une nombreuse descendance.

La branche des verriers adopte d'autres armes, que celles des Zoude, en rapport avec son industrie : D'azur au four de verrerie d'argent, maçonné de sable et enflammé de gueules, à deux lions couronnés d'or et lampassés de gueules, accroupis et brochants sur le four, le tout sur une terrasse de sinople.

Voir aussi :

LES SOUS-BRANCHES DES ZOUDE Modifier

.

Zoude michel blason

Blason de Michel Zoude, maître de forges, mais aussi du chevalier Gilles et de Sébastien Zoude[40].

Article détaillé : Les sous-branches des Zoude

Article détaillé : Sébastien Zoude et sa descendance

LES ZOUDE A TOURNAI, PUIS VALENCIENNES Modifier

.

Blason bidart

Blason Le Bidart.

Article détaillé : Les Zoude de Tournai, puis de Valenciennes

NOTES Modifier

.

  1. Les Ardennes en 1885, 71 photos des Ardennes belges, don R. Bonaparte, 1885.
  2. Anciens pays et assemblées d'états: Standen en landen, Volume 61 de Anciens pays et assemblées d'états, International Committee of Historical Sciences. Commission for the History of State Assemblies. Belgian Section, Numéro 61 de La famille Douxchamps: histoire sociale et professionnelle d'une famille namuroise, UGA, 1973.
  3. La Noblesse belgePartie 1, Misch et Thron, 1923.
  4. Bulletin de la Société archéologique et historique de l'Orléanais, 1905. p.196.
  5. A° 1760, document avant appartenu au chanoine Victor Barbier
  6. Bulletin de la Société archéologique et historique de l'Orléanais, 1905. p.196.
  7. Le Parchemin (bulletin belge d'entraide et documentation héraldique, généalogique et onomastique) 4e année n° 6, article ZOUDE (n° 951 . 4.97), Niffle-Anciaux de Faveaux.
  8. Bulletin de la Société archéologique et historique de l'Orléanais, 1905. p.196.
  9. Heirwegh Jean-Jacques, 'Revue belge de philologie et d'histoire, 1981, Volume 59, Numéro 2. pp. 443-451.
  10. Bulletin de la Société archéologique et historique de l'Orléanais, 1905. p.196.
  11. A.E.N. Cour du Faix, 1480-82, fol. 24 et 26; 1482-88, fol. 256'° en 258.
  12. Bulletin de la Société archéologique et historique de l'Orléanais, 1905. p.196.
  13. Dictionnaire des noms de famille en Wallonie et à Bruxelles, Jean Germain, Jules Herbillon, ÉditeurLannoo Uitgeverij, 2007.
  14. Musée des Beaux-Arts d'Anvers
  15. Cabinet des estampes de Bruxelles - cfr 120)
  16. Le Parchemin (bulletin belge d'entraide et documentation héraldique, généalogique et onomastique) 4e année n° 6, article ZOUDE (n° 951 . 4.97) écrit par M. Niffle-Anciaux de Faveaux.
  17. Le Parchemin (bulletin belge d'entraide et documentation héraldique, généalogique et onomastique) 4e année n° 6, article ZOUDE (n° 951 . 4.97) écrit par M. Niffle-Anciaux de Faveaux.
  18. SUPERSTITIONS ANCIENNES ET MODERNES: PREJUGÉS VULGAIRES Qui ont induit les Peuples a des usages & a des pratiques contraires a la Religion. Avec des Figures qui représentent ces pratiques, JEAN FREDERIC BERNARD, 1733. p.195.
  19. Le guetteur wallon, 4me ANNEE — N° 10, NOVEMBRE 1927.
  20. Anciens pays et assemblées d'états: Standen en landen, Volume 61 de Anciens pays et assemblées d'états, International Committee of Historical Sciences. Commission for the History of State Assemblies. Belgian Section, Numéro 61 de La famille Douxchamps: histoire sociale et professionnelle d'une famille namuroise, UGA, 1973.
  21. Cour du Faix, 1586, Le Parchemin (bulletin belge d'entraide et documentation héraldique, généalogique et onomastique) 4e année n° 6, article ZOUDE (n° 951 . 4.97) écrit par M. Niffle-Anciaux de Faveaux.
  22. Annales de la société archéologique de Namur, Tome 34 page 139 (121).
  23. Dictionnaire généalogique et héraldique des familles nobles du Royaume de Belgique, Volume 2, Felix-Victor Goethals, Polack-Duvivier, 1849. p.474.
  24. Inventaire analytique des informations judiciaires du Conseil de Namur, 1504-1794, Archives de l'État à Namur, Cécile Douxchamps-Lefèvre, Archives Générales du Royaume, 1984.
  25. Inventaire analytique des informations judiciaires du Conseil de Namur, 1504-1794, Archives de l'État à Namur, Cécile Douxchamps-Lefèvre, Archives Générales du Royaume, 1984.
  26. Les fiefs du comté de Namur, Volumes 4 à 5, Publications de la Société de Namur, Stanislas Bormans, Éditeur Wesmael-Charlier, 1875.
  27. E. de Buisseret, Généalogie de la famille de Brabant de Perwez, in Brabantica, t. 2, pp. 113-144.
  28. Les fiefs du comté de Namur, Volumes 4 à 5, Publications de la Société de Namur, Stanislas Bormans, Éditeur Wesmael-Charlier, 1875.
  29. Le guetteur wallon, 4me ANNÉE — N° 10, NOVEMBRE 1927.
  30. Dictionnaire universel de la noblesse de France..., Jean-Baptiste-Pierre Courcelles, Au Bureau général de la noblesse de France, 1821.
  31. Nobiliaire universel de France, ou Recueil général des généalogies historiques des maisons nobles de ce royaume. T. 12 ; avec le concours de MM. de Courcelles, l'abbé de l'Espines, de Saint-Pons,... Viton de Saint-Allais, Nicolas (1773-1842), Bachelin-Deflorenne (Paris) 1872-1878.
  32. Bulletins, Volumes 23 à 24, Société historique et archéologique de Tournai 1890.
  33. de Saint Hubert
  34. SUPERSTITIONS ANCIENNES ET MODERNES: PRÉJUGES VULGAIRES Qui ont induit les Peuples a des usages & a des pratiques contraires a la Religion. Avec des Figures qui représentent ces pratiques, JEAN FREDERIC BERNARD, 1733. p.195.
  35. Armorial du Namurois
  36. Armorial du Namurois
  37. Namur, Volume 17 de Patrimoine architectural et territoires de Wallonie, Ghislain Geron, Thérèse Cortembos, Editions Mardaga, 2011.
  38. Inventaire des archives du Conseil provincial de Namur, t.3, Les archives du greffe /F. Courtoy, C. Douxchamps-Lefèvre.
  39. Namur, Volume 17 de Patrimoine architectural et territoires de Wallonie, ISSN 2030-6547, Ghislain Geron, Thérèse Cortembos, Editions Mardaga, 2011.
  40. Armorial du Namurois

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard