FANDOM


brouillon


                            Comtes de Dillingen 


Adi7.jpg

Le comte Hartmann IV de Dillingen et Kyburg et son fils Hartmann V, évêque d'Augsbourg (1248-1286).

Nitker.jpg

L'évêque Nitker de Freising a deux blasons, le sien et celui de sa famille, les comtes de Dillingen.

Adi4.PNG

Généalogie des comtes de Dillingen.

Adi1.jpg

Le plus ancien sceau des Dillingen (1220)[1].

Selon Genealogie-Mittelalter, source très sérieuse, les Hupaldinger, qui ne portent le titre de Comtes de Dillingen qu'en 1111[2], sont les descendants du comte Luitfrid de Tours ou de Monza (805-865), comte d'Alsace, de Lombardie et comte de Tours, abbé de Münster-Gran Rheinfelden. C'est un Étichonide et les Hupaldinger sont donc une branche de cette maison. Sa sœur, Irmgard de Tours (804-851), est mariée à Lothaire Ier (795-855), roi d'Italie, de Lotharingie et empereur d'Occident.

Selon Christian Settipani et Onomastique et Parenté dans l'Occident médiéval (Oxford)Hupald Hupaldinger (840-après 890) est la même personne que Hucbald de Gouy, comte d'Ostrevant et Senlis.

Le personnage le plus célèbre de sa descendance est l'évêque Ulrich von Augsburg (890-973) qui en 955 fortifie Augsbourg et la défend avec courage contre l'armée innombrable des Huns. Il est à ce titre considéré comme un sauveur de l'Allemagne. C'est aussi un saint.

Les Hupaldinger, futurs comtes de Dillingen, se déplacent aux IXe/Xe siècles de Wittislingen au château de Dillingen, construit par Theobald, Dietpald Ier (892-955) avant 955.

Les Hupaldinger ont peut-être déjà des possessions dans le nord de la Suisse actuelle, avant le mariage de Hartmann Ier von Dillingen (1040-1121), vers 1065, avec Adélaïde de Winterthur (1050-1125). Cette famille s'enrichit d'un vaste domaine dans l'ancienne Thurgovie, de droits ou au moins de prétentions sur des terres dans les environs de Winterthour et sur le château fort de Kibourg[3].

Hartmann de Dillingen devint propriétaire du château et du domaine par alliance. Après avoir agrandi sa nouvelle résidence, il se nomma: comte de Kyburg. Cette famille devint, aux côtés des Habsbourgs et des Savoyards, une des lignées nobles les plus importantes du plateau Suisse. Après la mort du dernier comte de Kyburg en 1264 Rodolphe de Habsbourg s'assura l'héritage[4].

Les comtes de Dillingen sont grands maréchaux héréditaires du duché de Souabe, préfets et détenteur de l'advocatie d'Ulm, juges du tribunal de la Varenne[5] et détenteur de l'advocatie de Pürs,

NOTES Modifier

.

HUPOLD [III] von Dillingen , fils de [Manegold [II] Graf et sa femme ---] (-5 mars 1075). La principale source qui confirme sa filiation n'a pas encore été identifié. Graf von Dillingen . Les Annales Neresheimenses enregistrer le décès en 1074 de « Hupoldus vient Dillingæ et Kyburgæ pater Hartmanni " [1941] . La nécrologie de Neresheim enregistre la mort " III non Mar "de" Hupoldus vient fundatoris Hartmanni pater ".

m ADELHEID von Gerhausen , fille de --- (-3 Jan 23 juin ou après 1075). La nécrologie de Neresheim enregistre la mort " III non Jan "de" Adelheit com mater Hartmanni comitis de Dilingen " [1943] , l'absence de toute référence à son mari ce qui implique qu'il lui précédée. Il est plus probable que cette entrée se réfère à la mère de Hartmann [I] plutôt que son épouse. La plupart des entrées dans la nécrologie comprennent une qualification (" de noster / iunior / de Fundator principal ", etc.) en se référant aux différentes personnes nommées Hartmann. Dans le cas de Hartmann [II], il n'y a aucune exception à ceci: il est toujours décrit comme «iunior" pour le distinguer de son père. Dans tous les autres cas où il ya une référence à une Hartmann Graf sans aucune qualification, il est clair que Hartmann [I] est destiné. Pour compliquer encore la situation, même Nécrologie enregistre la mort " IX Kal juillet "de" Adelheit com mater comitis " [1944] . Les mêmes observations se appliquent à cette entrée qui est aussi probablement liée à Adelheid épouse de Hupold. On suppose que l'on se réfère à l'entrée de sa mort et un autre pour l'anniversaire d'un don qu'elle a fait.

Graf Hupold [III] et son épouse ont eu deux enfants:


ADALBERT [I] von Dillingen , fils de HARTMANN [I] Graf von Dillingen et sa femme Adelheid von Winterthur (-12 septembre 1151). Les Casus Monasterii Petrishusensis noms " Hartmannum iuniorem et Adilbertum ... et Oudalricum "en tant que fils de" vient Hartmannus principal de Dilinga "et sa femme [1971] . Graf von Kiburg 1096. " Adelbertus vient de Choiburk ... "témoin d'une charte datée le 12 juin 1112 en vertu de laquelle" Irmingart et Hadewich sororis ejus "biens donnés" dans comitatu Hartmanni in loco ... Husin "à Schaffhouse St Salvator [1972] . Graf von Dillingen 1134. Les Annales Neresheimenses enregistrer le décès en 1151 de « Adalbertus vient de Dillinga sive de Kugiburc advocatus noster " [1973] . La nécrologie de Neresheim enregistre la mort " II Id septembre "de" Adalbertus vient filius Hartmanni comitis de Dilingen ".

m que son second mari, MATHILDE von Mörsberg, veuve de MEGINHARD Graf von Sponheim , fille de ADALBERT Graf von Mörsberg et son épouse Mathilde de Mousson] (-12 Mar [1180]). La principale source qui confirme sa filiation et deux mariages n'a pas encore été identifié. Elle est devenue une religieuse à Neresheim. La nécrologie de Neresheim enregistre la mort " IV Id Mar "de" Mechtilde com Dilingen de la nc " [1975] .

Graf Adalbert [I] et son épouse ont eu trois enfants:

1. ADALBERT [II] (-18 janvier 1170). La principale source qui confirme sa filiation n'a pas encore été identifié. L'histoire du monastère de Salem répertorie les personnes présentes à un tribunal " Duce Friderico ", y compris" Alberto et Hartmanno comitibus de Kuiburc ", non datée mais datable à [1152] [1976] . La nécrologie de Neresheim enregistre la mort " XV Kal février "de" Adalbertus vient iunior de Dilingen " [1977] . Graf von Dillingen . " ... Hartmannus vient de Kugeburc et frater eius Adelbertus vient de Dilingen ... "témoin de la charte datée le 27 novembre 1155 en vertu de laquelle l'empereur Frédéric I a confirmé les possessions de l'église de Constance [1978] . Les Annales Neresheimenses enregistrer le décès en 1170 de « Albertus vient de Dillingen ".

2. HARTMANN [III] (-31 août 1180) Graf von Dillingen, Graf von Kiburg. L'histoire du monastère de Salem répertorie les personnes présentes à un tribunal " Duce Friderico ", y compris" Alberto et Hartmanno comitibus de Kuiburc ", non datée mais datable à [1152] [1980] . " ... Hartmannus vient de Kugeburc et frater eius Adelbertus vient de Dilingen ... "témoin de la charte datée le 27 novembre 1155 en vertu de laquelle l'empereur Frédéric I a confirmé les possessions de l'église de Constance. Il a fondé Kloster Diessenhofen. Il est devenu un moine à Kloster Neresheim. Les Annales Neresheimenses enregistrer le décès en 1180 de « Harthmannus vient de Dilingen sive de Kugiburc advocatus noster " [1982] . La nécrologie de Neresheim enregistre la mort " II Kal septembre "de" Hartmannus vient de Kugiburc mnc ".

m Richenza von Lenzburg , fille d'Arnold Graf von Baden et son épouse --- (-24 avril [1172]). A Habsbourg noms de la généalogie " Richenzam de Chiburg "que fille de" ... Arnoldus de Baden filius Richenze de Lentzburg " [1984] . La nécrologie de Neresheim enregistre la mort " VIII Kal mai "de" Richinza com Kyburge mater comitis de Dilingen " [1985] . Graf Hartmann [III] et sa femme a quatre enfants:


Adi14.jpg

Albert IV, Count of Habsburg.

Ulrich III von Dillingen und Kiburg (-1227, fraise Schänis) - Gräfen von KIBURG . Albert IV, Count of Habsburg né en 1188; mort le 13 décembre 1239; comte de Habsbourg et landgrave de Haute-AlsacE Marié en 1217 avec Edwige de Kybourg, comtesse de Kybourg, fille d'Ulrich III de Kybourg et d'Anne de Zähringen, et il eut:

[Rodolphe Ier du Saint-Empire]


b) ADALBERT [III] (-15 février 1214) . La principale source qui confirme sa filiation n'a pas encore été identifié. Graf von Dillingen . Crusader 1190. - voir ci-dessous . c) fille. La principale source qui confirme sa filiation et le mariage n'a pas encore été identifié. m Lutold [IV] von Regensberg (-nov 1213). d) [R ---. La principale source qui confirme sa filiation et le mariage n'a pas encore été identifié. m HERMANN [II] Graf von Frohburg (-avant 1213).] 3. ULRICH (-6 novembre 1186 ou après). La principale source qui confirme sa filiation n'a pas encore été identifié. Canon à la cathédrale de Bâle et à Berne Provost 1186. La nécrologie de Neresheim enregistre la mort " VIII Id novembre "des" Udalricus vient de Kugiberc, monachus Zwifuldæ ".


ADALBERT [III] von Dillingen, fils de HARTMANN [III] Graf von Dillingen et sa femme Richenza von Lenzburg (-15 février 1214, fraise Neresheim). La principale source qui confirme sa filiation n'a pas encore été identifié. Graf von Dillingen . Crusader 1190. Les Annales Neresheimenses enregistrer le décès en 1214 de « Adilbertus vient dans Dilingen de la noster " [1987] . La nécrologie de Neresheim enregistre la mort " XV Kal Mar "de" Adalbertus vient de Dilingen advocatus noster " [1988] . m --- von Bayern , fille de OTTO je Graf von Wittelsbach duc de Bavière et son épouse Agnes van Looz (-bur Neresheim). Le Genealogia ottonis II Ducis Bavariae se réfère à, mais ne nomme pas, la cinquième des cinq filles de " Otto dictus de Schiren ... dux Bawarie »comme épouse de" Albertus vient de Diligen »et leurs enfants" Hartmannum comitem et Richsam uxorem Alberti comitis de Bogen et --- uxorem Rapotonis comitis palatini Bawarie " [1989] . Graf Adalbert [III] et sa femme ont eu sept enfants:

Formation du comté de Dillingen Modifier

.

Adi.jpg

Fibule trouvée dans une tombe princière à Wittislingen (625).

Adalric de Sundgau.jpg

Etichon-Adalric d'Alsace. C'est l'ancêtre des Étichonides et les Hupaldinger sontune branche de cette maison.

Lothaire.jpg

L'empereur Lothaire est l'oncle du premier Hupaldinger.

Les Romains ont des installations militaires dans la région de Dillingen. La Chronik von Dillingen im Regierungsbezirke Schwaben und Neuburg des Königreichs Bayern parle de l'ancien château romain de Dillengen[6].

Des tombes de l'époque mérovingienne montrent que Wittislingen est colonisée très tôt par les Germains. En raison d'objets funéraires de grande valeur, trouvés dans cette localité du futur comté de Dillingen, on suppose que Wittislingen est peuplée dès VIIe siècle d'aristocrates. Le mobilier d'une tombe princière de Wittislingen est d'une exceptionnelle beauté et d'une importance primordiale pour l'histoire de l'art du haut moyen âge. Rud. Egger, B. Bischoff et W. Betz affirment que cette tombe de Wittislingen est très probablement celle d'une dame de la haute noblesse du VIIe siècle, d'origine franque, mais épouse d'un Alaman. Ce dernier a dû être l'un des membres de la famille noble qui s'est établie dans la région à l'époque mérovingienne et dont l'histoire peut être suivie pendant toute l'époque carolingienne. Une seigneurie apparaît dans la deuxième moitié du VIIIModèle:Exp siècle. Elle va des contreforts du Jura au Danube, avec peut-être une partie de la rive sud du Danube...

Toutefois, au Xe siècle, le saint évêque Ulrich von Augsburg (890-973), fils de Hupald Hupaldinger (840-890), premier des Comtes de Dillingen n'est pas l'un de ses illustres descendants, comme le racontent certains historiens locaux[7].

Selon Genealogie-Mittelalter, source très sérieuse, les Hupaldinger, qui ne portent le titre de Comtes de Dillingen qu'en 1111[8], sont les descendants du comte Luitfrid de Tours, ou de Monza (805-865), comte d'Alsace, de Lombardie et de Tours, abbé de l'abbaye de Moutier-Grandval, de la maison de Étichonides. Il est selon les Annales de Saint-Bertin, un partisan du roi de Lotharingie, Lothaire II. Sa sœur, Irmgard de Tours (804-851), est mariée à Lothaire Ier (795-855), roi d'Italie, de Lotharingie et empereur d'Occident. Donc, Lothaire II est son neveu. Le nom de la femme de Luitfrid de Tours n'est pas connu. Le comte Luitfrid de Tours et son épouse ont cinq enfants :



  • Hugo (835-869), comte dans le Sundgau, est abbé de l'abbaye de Moutier-Grandval.


  • Liutfrid II (840-902), illustris comes, Seigneur de Monza, comte dans le Sundgau (884), est lui-aussi abbé de l'abbaye de Moutier-Grandval.


  • N, mère de Hervé de Reims (ca 860-922), conseiller politique, évêque métropolite de Reims après une carrière guerrière, et surtout diplomatique de premier plan, selon Christian Settipani et Onomastique et Parenté dans l'Occident médiéval (Oxford).


Les premiers Hupaldinger Modifier

.

Adi6.jpg

Adalbero (A) à la cour de l'empereur Arnulf se charge de l'éducation du Dauphin, Louis IV.

Poppa.jpg

Poppa de Bayeux.

Adi10.PNG

L’abbaye de Saint-Gall.

Liutgard.jpg

Liutgarde de Saxe (845-885), belle-mère de Hupaldus.

Thietburga.JPG

Thietburga de Souabe, femme de Hupaldus (église paroissiale de Saint-Ulrich et Martin, à Wittislingen).

Ulrich d'augsburg.jpg

Le saint évêque, Ulrich von Augsburg, est un Hupaldinger.

Adi4.jpg

Tour en bois du Burg de Dillingen[9].

Adi.PNG

Les premiers comtes de Dillingen.

I. Hupald Hupaldinger (840-après 890) est selon Christian Settipani et Onomastique et Parenté dans l'Occident médiéval (Oxford) la même personne que Hucbald de Gouy, comte d'Ostrevant et Senlis. Hupald est la tige de la noble famille alémanique des Hupaldinger. Il est cité en tant que père de Hupaldus, seigneur de Wittislingen[10]. La Chronique d'Alberic de Trois-Fontaines' le nomme également Hucbaldus de Hainacq. Il épouse Heilwis de Frioul (855-895), fille d'Évrard ou Eberhard, marquis de Frioul, et de la carolingienne Gisèle, elle-même fille de l'empereur Louis le Pieux et de Judith de Bavière. De ce mariage, il a au moins trois fils et une fille :


II. Selon les Annales de Jumièges et Chronico Rotomagensi, Guy, comte de Senlis, avec Adèle de Vermandois, fils de Pépin, petit-fils de Bernard, roi d'Italie, est le père de :

  • Bernard, comte de Senlis (880-927).
  • Poppa de Bayeux (880-927 épouse More danico du jarl des Normands, Rollon et mère du duc de Normandie Guillaume Longue-Épée.


II. Heilwis, selon Christian Settipani et Onomastique et Parenté dans l'Occident médiéval (Oxford), se marie à Gautier de Laon, comte de Laon de la fin du IXModèle:Exp siècle. Il est fils d'Adalhelm, comte de Laon. Ils sont les parents de :

  • Raoul Ier, comte de Vexin.

Heilwis, selon Christian Settipani et Onomastique et Parenté dans l'Occident médiéval (Oxford), se remarie au comte Roger Ier de Laon. Ils sont les parents de :

  • Roger II de Laon, mort en 942, comte de Laon de 926 à 931, abbé laïc de Saint-Amand, comte de Douai de 931 à 941, puis comte de Bassigny de 941 à 942. Il est fils de Roger Ier, comte de Laon, et d'Helvide, fille de Évrard de Frioul, et veuve de Hupald Hupaldinger (840-après 890).


II. Adalbero, Adelbero (860-28 avril 909 à Augsburg) est l'évêque d'Augsbourg de 887 à 909. Il est l'oncle d'Ulrich[11]. Adalbero est le bras droit du roi d'Italie, Arnulf (850-899), qu'il accompagne, en 895, à son couronnement impérial à Rome. Arnulf lui confie l'éducation de son fils Louis IV (893-911), dit l'Enfant, en 893. Louis IV est le dernier roi carolingien en Germanie.


II.Hupaldus, ou Hupald II Hupaldinger (ca 865-16 juillet 909) dirige d'abord sa seigneurie à partir de la maison forte ancestrale des Hupaldinger à Wittislingen. Est-il le même personnage que cet Hupold qui apparaît après la divulgation Urkundenbuch (= collection imprimée de documents médiévaux) de Saint-Gall (883-899) ? Il est cité quelquefois dans les transactions juridiques de l'abbaye de Saint-Gall, en Thurgovie, où il occupe une place distinguée parmi les témoins séculaires. Comme un de ses fils, Ulrich von Augsburg (890-973), naît à Augsburg, il est possible que le comte y séjourne avec sa femme. Celle-ci, Dietpirch de Souabe (880-924), également connue sous le nom Theoberga, est la fille d'Adalbert II, Graf en Thurgau, Albgau, Hegau, am Untersee et und in der Bertholdsbaar. Elle est la sœur de Burchard Ier, Marchio de Rätien, duc de Souabe de 909 jusqu'à 911[12]. Elle meurt en l'an 924, le 21 mars, à Wittislingen, où elle est enterrée au milieu de l'église paroissiale, qui subsiste[13]. Dietpirch est citée en tant qu'épouse de Hupald dans la Vita S. Oudalrici. La Vita b. Hucbaldi nous dit que Theobergam, filiam Burcardi ducis Sueviæ de genere Veringarum, épouse de Hupaldus, lui a apporté Dillingen[14]. Vers 890, selon la Chronik von Dillingen im Regierungsbezirke Schwaben und Neuburg des Königreichs Bayern, le comte et sa famille s'installent à Dillingen[15]. Le comte est tué au Reichstag de Frankfort, lors d'une émeute. La nécrologie de Neresheim enregistre la mort de Hucpoldus comes père de Udalrici[16]. Ses restes reposent à l'abbaye de Neresheim. Le comte Hupald et son épouse, Dietpirch de Souabe, ont cinq enfants :


  • III. Ulrich von Augsburg (890-973) est novice et moinillon pour étudier au monastère de Saint-Gall. La Vita b. Hucbaldi' cite sanctum Udalricum, Diepoldum comitem, Luiggardim ducissam, comme des enfants de Hucbaldus et Theobergam. Évêque d'Augsbourg en 923, les Annales Sangallenses enregistre le décès en 973 de Udalricus episcopus et nepos ejus Adalber[17]. En 955, Ulrich fortifie Augsbourd et la défend avec courage Augsbourg contre l'armée innombrable des Huns. Il est à ce titre considéré comme un sauveur de l'Allemagne. C'est aussi un saint. Au château de Dillingen, appartenant à son petit-neveu Richwin ou Riwin Ier (ca 930-973), construit avant 955 par son neveu, Theobald, Dietpald Ier (892-955), Ulrich d'Augsbourg, frère de Luitgarde, séjourne à la Pâques 973. Il est accompagné du fils de cette Luitgarde, Aldabero, qui est abbé d'Ottobeuren et coadjuteur de cet évêque[18].


  • III. Une fille (897-926), religieuse à l'abbaye de Buchau, sur le lac Feder, en Souabe, en 926.


  • III.A. Leur fils, Theobald, Dietpald Ier (892-955), marié à Heilwig, est tué à la bataille du Lechfeld (10 août 955, en Souabe). Avant cela il devient seigneur de plusieurs comtés et construit le Burg (= château-fort) de Dillingen. Cela fait partie d'un programme de construction de Burgen, voulu par Henri Ier et Otto Ier pour protéger la vallée du Danube des invasions hongroises au Xe siècle dans le Reich allemand[19].


  • III.B. Leur autre fils, Manegold, comte, La nécrologie de Ulrich von Augsburg (890-973) enregistre la mort de Huopaldus comes de Kyburg et Dillingen, de pater Uodalrici, Dietpaldus et Manegoldus comites fratres eiusdem et Luitgardis ducissa Suevie soror eorundem. Le nom de la femme de Manegold ne nous est pas connu[20]. Manegold et sa femme ont un enfant :
    • Hupald, comte[21].
    • Fille mariée à Aribo von Werd (= Donauwörth, Bavière).


Ado10.jpg

Le Donauried en hiver, près de Dillingen an der Donau.

Liutgard et sa descendance Modifier

.

Adi1.PNG

Descendants de Liutgard von Dillingen.

Adi3.jpg

Château de Sperberseck (Sulmetingen).

Adi14-0.jpg

Hermann de Reichenau.

III. Liutgard von Dillingen (IXe siècle). La Vita b. Hucbaldi cite (dans l'ordre) sanctum Udalricum, Diepoldum comitem, Luiggardim ducissam comme des enfants de Hucbaldus et Theobergam. Herimannus cite Liudgardæ sororis suis (= Oudalrici épiscopi). La nécrologie d'Ulrich von Augsburg (890-973) enregistre la mort de Huopaldus com de Kyburg et Dillingen, de pater Uodalrici, Dietpaldus et Manegoldus comites fratres eiusdem et Luitgardis ducissa Suevie soror eorundem[23]. Peut-on parler de ducissa (= duchesse) Peier von Sulmetingen (ca 910-973 Isenburg)[24] est son mari. Du fait de cette alliance avec les Hupaldinger, les Sulmetingen, deviennent seigneurs de Sperberseck. Ils sont les descendants directs de Charlemagne. Peier et son épouse ont quatre enfants :


  • Liutgard II von Sulmetingen, mariée au comte Adalbero Ier de Ebersberg (907-969), margrave en Carniole, co-fondateur du monastère Ebersberg.
  • Adalbero von Sulmetingen (930-973). Herimannus cite Adalberonis clerico, sororis suae (= Oudalrici épiscopi) Liudgardæ ex Peiere Comito filio. La Vita S. Oudalrici cite Adalbero nepotism suis ([= Oudalrici) abpatium Utenbura. Abbé de Ottobeuren. Administrateur de l'évêché d'Augsbourg, en 972. Les Annales Sangallenses contiennent enregistrer les actes de décès en 973 de Udalricus episcopus et nepos ejus Adalbero[25].
  • Manegold von Sulmetingen. La Vita S. Oudalrici cite Manegoldo et Hupaldo nepotibus sancti épiscope Oudalrici, à Sulmetingen, en 973. Manegold et son épouse ont un enfant[27] :
    • Bertha von Sulmetingen (980-1032). Herimannus cite Reginboldus comes ... aviæ Meae [= Herimannus] Berthæ Patruus. La preuve que Manegold estt le père de Bertha n'est pas encore été trouvée. Cependant, il est le frère de Reginbald et la transmission de son nom à son fils rend également cette paternité probable. Herimannus enregistre la mort de Bertha avia mea 23 viduitatis anno, veuve de Wolfrad, Graf von Veringen (972-1010).


Cette Bertha von Sulmetingen (980-1032) est la grand-mère de Hermann de Reichenau (1013-1054), un bénédictin et important scientifique, compositeur et écrivain du Moyen-Age.

Dietpald et sa descendance Modifier

.


Dietpald Modifier

.

Adi0.jpg

L'oncle de Dietpald, l'évêque Ulrich d'Augsburg, à la bataille du Lechfeld (955), où Dietpald est tué.

Adi13.jpg

Une reconstitution d'une motte castrale construite contre les invasions hongroises du XModèle:Exp dans le sud de l'Allemagne.

Herman pusillus.jpg

Herman Pusillus et son fils Ezzo.

III.A. Le comte Theobald, Dietpald Ier (892-955) est tué à la bataille du Lechfeld (10 août 955) . La Vita b. Hucbaldi cite sanctum Udalricum, Diepoldum comitem, Luiggardim ducissam, comme des enfants de Hucbaldus et Theobergam. La Vita S. Oudalrici cite frater eius Dietpaldo[28]. Dietpald agrandit considérablement son comté. Il construit un premier château, un Burg à Dillingen, près d'un gué où le Danube est facilement franchissable. Ce type de château est classé dans les milieux universitaires comme château de type Ottonische. Cette motte castrale est faite d'imposantes buttes de terre surmontées avec des palissades en bois. Seul le château principal est un bâtiment en bois. Le châtelain y vit et stocke des provisions et des armes[29]. Le nom de la femme de Theotbald, Dietpald Ier n'est pas connu. Le Graf Theotbald et son épouse ont deux enfant :


  • IV.A. Richwin ou Riwin Ier (ca 930-973), comte en 955, selon la Vita b. Hucbaldi est fils de Diepoldo. La Vita S. Oudalrici cite Riwinum filium Dietpaldo, parle du château de Dillingen et nomme sa femme Hildegard. Herimannus enregistre la mort soudaine flebotomatus de Richwino comite fratris suis (= Oudalrici épiscope) Theodbaldi filius[30]. En 1042 Richwin de Dilingen combat au grand tournoi de la ville de Halle, en Saxe. Du fait de la vaillance de son père à la bataille du Lechfeld (10 août 955) l’empereur lui cadeau de terres comme biens héréditaires[31]. Richwin Ier et Hildegard sont les parents de :


  • IV.A. Heylwige (935-974), de la famille de saint Ulrich, évêque d'Augsburg, épouse Hermann Ier de Lotharingie (ca 930-996), surnommé Pusillus, issu de la famille des Ezzonides, est comte Palatin de Lotharingie et de plusieurs autres comté situées le long du Rhin, dont Bonngau, Eifelgau, Mieblgau, Zülpichgau, Keldachgau, Alzey, and Auelgau. Hermann Pusillus et Heylwige sont les parents de :
    • Richenza de Lotharingia, Abbesse de Nivelles.
    • Hermann II de Keldachgau, Vogt de Deutz († 1040)

Descendance de Richwin Modifier

.

Adi0.PNG

Descendance des Dillingen.

Adi16.jpg

Monnaie de Warmann von Konstanz, qui de 1026 à 1034 est évêque de Constance.

Adi15.jpg

Monnaie de Eberhard von Konstanz est de 1034 à 1046 évêque de Constance.

IV.A. Le Graf Richwin Ier (ca 930-973) et sa femme Hildegard ont un fils enfants :


  • V.A. [Riwin II (950-après 1007)


  • V.A. Warmann von Konstanz (ca 970-1034) est de 1026 à 1034 évêque de Constance. Hermann,dit le Boiteux (1013-1054), du monastère de Reichenau est de cette famille. Warmann de Constance assiste le 26 mars 1027 au couronnement de Conrad II, et son épouse Gisela de Souabe à Rome. De toute évidence, il jouit de la confiance de l'empereur, pour cela, il lui est confié non seulement la lutte contre son beau-fils rebelle, le duc Ernst II, mais aussi la tutelle du duc Hermann IV. A sa place l'évêque Warmann règne plusieurs années sur le duché de Souabe.


  • V.A. Eberhard I von Konstanz (ca 975-1046) est de 1034 à 1046 évêque de Constance. Il est le fils du comte Richwin Ier (ca 930-973) de Dillingen et sa femme Hildegarde[32]. Eberhard est un proche du roi Henri III qui vient régulièrement à Constance. L'évêque Eberhard accompagne le roi Henri III, en septembre 1046 pour la première campagne d'Italie. Il prend part en octobre au synode convoqué par Heinrich à Pavie, et au Conseil de Sutri. Il se rend avec le roi à Rome pour participer au couronnement de Henry comme empereur, mais il est mort quelques heures avant la cérémonie du couronnement dans la matinée du 25 décembre[33].


  • V.A. Irmentrud von Dillengen se marie à Rapoto II, Graf im oberen Traungau. Le Graf Rapoto II (ca 970-1020), de la famille des Rapotonen, et sa femme Irmentrud ont trois enfants, dont  :
    • Diepold, margrave de Cham et Vohburg, père de [Diepoldsberg II von Vohburg] († Août 7, 1078 dans la bataille de Mellrichstadt, Marquis était sur ​​le Nordgau et Giengen .


    • V.A. Hupald II von Dillingen (965-après 974), Comte en 974. Les sources sont contradictoires quant à la filiation d'Hupold II La Vita S. Oudalrici cite Hupoldus filius fratris sui [= Oudalrici] Manigoldi. Toutefois, selon la Vita b. Hucbaldi, Hupold II est le fils de Richwin : Riwinum, Qui genuit Hucbaldum ... nom de la femme de Hupold ne nous est pas connu[34]. Graf Hupald II et son épouse ont un enfant possible :
      • V.A. Hupald III (-5 Mar 1075). Comte.


    • V.A. Manegold II (avant 974-1053). La nécrologie d'Augsbourg St Ulrich enregistre la mort Huopaldus com de Kyburg et Dillingen, de pater Uodalrici, Dietpaldus et Manegoldus comites fratres eiusdem et Luitgardis ducissa Suevie soror eorundem. Le nom de la femme de Manegold n'est pas connu[35]. Graf Manegold II et son épouse ont deux enfants :
      • VI.A. Gunderada, Meisterinn zu Wörth.
      • VI.A. Manegold III (ca 1010-1074), marié à Mechthild[36].

Les comtes de Dillingen et Kyburg Modifier

.

Le domaine des K. s'accrut ensuite grâce à l'héritage des Zähringen, éteints en 1218. Soucieux probablement d'étendre son influence en Suisse orientale, Berthold V de Zähringen, dernier de son lignage, avait marié sa fille Anna à Ulrich III ( -> 5), fils de Hartmann III. Après la mort de Berthold, Ulrich réussit, avec l'appui d'Egeno d'Urach, autre beau-fils du défunt, à faire valoir, face à de nombreux rivaux, ses droits de principal héritier du patrimoine des Zähringen. Les K. entrèrent ainsi en possession de domaines situés en Bourgogne, avec les villes de Fribourg, Thoune et Berthoud, en Argovie et dans l'actuel canton de Zurich. En revanche, n'ayant pas bénéficié de l'appui des Hohenstaufen, ils ne purent mettre la main sur l'avouerie impériale de Zurich, pas plus qu'en 1226 sur celle de l'abbaye de Saint-Gall. Ils se détournèrent donc de plus en plus des Hohenstaufen et se rangèrent avant 1243 parmi les principaux soutiens de la papauté contre l'empereur.

Dès 1180, les K. tentent de consolider leur puissance seigneuriale (comté de Kyburg); ils fondèrent les villes de Diessenhofen et de Winterthour et se constituèrent une clientèle noble formée de leurs ministériaux, à laquelle se joindront d'anciens vassaux des Lenzbourg et, dès 1218, des Zähringen. Ils tentèrent aussi, en invoquant des droits sur les fiefs en déshérence, de s'approprier l'héritage de plusieurs anciennes familles nobles (comme les seigneurs de Weisslingen et de Rossberg), mais dès 1220, cette politique échoua, notamment en raison de la présence des Hohenstaufen. La priorité fut alors donnée à la consolidation ou à la neutralisation des biens et droits litigieux. Les K. fondèrent ainsi en 1225, au milieu du domaine des anciens barons de Weisslingen, près de Winterthour, le chapitre de chanoines de Heiligberg, auquel ils confièrent la garde de leur sépulture familiale, et en 1233 le couvent de Töss, à l'ouest de Winterthour, qu'ils dotèrent également de biens pris sur les possessions des Weisslingen et des Rossberg et qui marqua la frontière entre leur territoire et celui de leurs rivaux dans la région, les comtes de Rapperswil.

A cette époque, les K. recourent aussi à des stratégies matrimoniales pour parvenir à un équilibre des forces avec leurs rivaux. Vers 1227, Hartmann V, petit-fils d'Ulrich III, se fiança avec Anna de Rapperswil, son oncle Hartmann IV l'Ancien épouse Marguerite de Savoie, de la maison concurrente à l'ouest, tandis que Heilwig, sœur de Hartmann, future mère de l'empereur Rodolphe Ier de Habsbourg, épousait le comte Albert IV de Habsbourg. Malgré l'effacement dès 1245 de la menace que représentaient les Hohenstaufen et malgré de nombreuses fondations urbaines (Zoug et Baden vers 1230, Frauenfeld, Aarau, Mellingen et Lenzbourg, puis vers 1250 Sursee, Weesen, les bourgades de Laupen et Kyburg, ainsi que Richensee et Huttwil qui plus tard perdirent leur statut de ville), les comtes de K. ne réussirent pas à rattraper le retard pris par leur expansion territoriale. La famille chercha à renforcer son administration en attirant à sa cour un certain nombre de conseillers instruits, principalement des clercs, en établissant une nouvelle noblesse urbaine (par exemple les Truchsessen de Diessenhofen) et en mettant sur pied pour ses bailliages une administration recourant davantage à l'écrit et confiée à des fonctionnaires roturiers[37].

Hartmann Ier von Dillingen et Kyburg Modifier

.

Hartmann.jpg

Hartmann Ier von Dillingen et Kyburg (1040-1121).

Adi18.jpg

Burg Hohengerhausen.

Adi.gif

Château fort de Kybourg.

Adi0.gif

Siège de Nicée (1097).

Adi25.jpg

Ruine Hohenger construit par Hartmann II.

Adi20.jpg

Blason évêque Ulrich von Kyburg-Dillingen.

Adi21.jpg

Abbaye de Kreuzlingen, construite par Ulrich von Kyburg-Dillingen en 1125.

Adi23.jpg

Château Baldenstein. Le château est construit autour de 1050 à 1100 par le comte de Gammertingen.

Hartmann Ier von Dillingen et Kyburg (1040-1121) est le seul fils de comte Hupald III et d'Adélaïde de Gerhausen. La Vita. b Hucbaldi cite Hartmannum fundatorem Nernisheim comme étant le fils de Hupold III. Il est né peu de temps après 1040.

Hartmann épouse vers 1065 Adélaïde de Winterthur (1060-1118), fille de Adalbert de Winterthour-Kyburg. Par ce mariage, les comtes de Dillingen entrent en possession du comté Kiburg ou Kyburg. Les possessions s'étendent de la Suisse orientale (Zurich et Thurgovie) aux actuels cantons d'Argovie, Berne et Fribourg. Adelheid est issue d'un clan qui, vers 1050, perd ses possessions dans la région de Winterthour-Kyburg au profit des Nellenburg, branche des Udalriche qui prend alors le nom de Winterthur. Après l'extinction des Nellenburg, les comtes de Dillingen-K., font valoir les droits de la parenté d'Adélaïde de Winterthur (1050-1125), et prennent possession entre 1100 et 1150 d'une partie de l'héritage, au détriment d'autres héritiers comme Adalbert de Mörsburg, les comtes de Veringen ou l'évêque de Constance[38]. Hartmann Ier augmente le nombre de ses terres par une politique habile dans le nord-est de la Suisse, le Burgraviato, et la Thurgovie.

Hartmann est un opposant au roi Henri IV. C'est la querelle des Investitures, conflit qui oppose la papauté et le Saint-Empire romain germanique entre 1075 et 1122. Il fait construire pour protéger ses biens les Burgs de Kyburg et Hohengerhausen.

Ropertus et filii fratris mei Hezelonis de Honsteti, Erlewinus et Eberhardi dont don d'une propriété en pago Turgouva dans le comitatu Hartmanni comitis in loco Matzinga à Schaffhouse, par une charte datée du 14 mars 1094[39]. Les Annales Neresheimenses enregistrent la fondation du Kloster Neresheim, en 1095, sur ses biens allodiaux, près de Nordlingen. L'abbaye de Neresheim, vouée à saint Ulrich est fondée en 1096, comme maison des chanoines réguliers de saint Augustin par le comte Hartmann von Dillingen et son épouse Adélaïde.

Après la fondation de l'abbaye de Neresheim Hartmann encourage la mise en culture du Härtsfeld, plateau à l'est du Jura souabe en Bade-Wurtemberg.

Du temps d'Ernest, le premier abbé, il va à la croisade avec un de ses fils. Emich de Leiningen conduit sa bande en Hongrie où il est rejoint par le comte Hartmann de Dillingen-Kyburg avec un contingent de nobles souabes. Coloman leur refuse l'accès de son royaume et les croisés attaqurent la ville de Wieselburg. Ils sont écrasés par les Hongrois et les chefs, mais ayant de bons chevaux, réussissent à s'enfuir[40]. Hartmann de Dillingen-Kyburg est mentionné à trois reprises par Albert d'Aix. Ce dernier note que Heinricus de Ascha, Hartmannus comes, unus de majoribus Alemanniæ construisent une machine de siège appelé vulpem (= renard), qui s'effondre quand ils la poussent contre les murs au siège de Nicée, à la mi-1097[41].

Hartmann est le premier Hupaldingern a être appelé officiellement comte de Dillingen en 1111. Les Annales Neresheimenses enregistrent le décès en 1121 de Hartmannus Fundator noster comes Dillingæ et Kyburgæ. Il finit sa vie moine à l'abbaye de Neresheim. Comme sa femme Adelheid, morte en 1118, il est enterré dans l'abbaye de Neresheim. Deux épitaphes parle du fondateur de l'abbaye. Hartmann et Adelheid ont six enfants, trois fils et trois filles :


  • Hartmann II (1170-21 novembre 1134). Les Casus Monasterii Petrishusensis cite Hartmannum iuniorem et Adilbertum ... et Oudalricum en tant que fils du comes Hartmannus de Dilinga et sa femme. Les Annales Neresheimenses enregistrent le décès en 1134 de Hartmannus junior comes Dillingæ & Kyburgæ[42]. Hartmann II est probablement la même personne que le comte Hartmann de Gerhausen, Blaubeuren, le constructeur du château de Hohengerhausen. Dans les annales de Neresheim il est connu comme le jeune Hartmann, comte de Dillingen et Kyburg. Comme son père, il passé les dernières années de sa vie comme un moine à Neresheim, où il est probablement mort en 1134, sans descendance mâle.



  • Ulrich von Kyburg-Dillingen (ca 1185-1127). Les Casus Monasterii Petrishusensis noms " Hartmannum iuniorem et Adilbertum ... et Oudalricum "en tant que fils de" vient Hartmannus principal de Dilinga. Ulrich Ier von Kyburg-Dillingen est le successeur comme évêque de Constance de Mgr Gebhard von Zähringen, en 1111, succession approuvée par le roi Frédéric Barberousse. Il fonde l'augustinienne de Saint-Ulrich à Kreuzlingen. Un ancien hôpital, détruit en 1093, y est restauré en 1125 par lui et il fait également construire l'un des premiers monastères augustiniens dédié à Saint Ulrich et Saint Afra. Les Annales Neresheimenses enregistrent la mort en 1127 de Ulricus filius Hartmanni comitis episcopus Constantiensis'. La nécrologie de St Peter im Schwarzwald enregistre la mort de Udalricus eps Constantiensis en 1127 [44].
  • Adelheid von Kyburg-Dillingen (-9 Jan ----). La nécrologie de Neresheim enregistre la mort de Adelheit com filia Hartmanni comitis, probablement une sœur aînée de l'autre fille nommée Adelheid qui meurt avant la naissance de sa sœur[45].
  • Mathilde von Kyburg-Dillingen (-29 novembre ----). Le Casus Monasterii Petrishusensis enregistre que comes Hartmannus principal de Dilinga et son épouse ont trois filles, dont une genuit Uodalricum comitem de Gamirtingen et Adilbertum de Achalmin. Abbesse de Neresheim. La nécrologie de Neresheim enregistre la mort de Mahthild... filia Hartmanni comitis de Dilingen.


  • Adelheid von Kyburg-Dillingen (ca 1085-1131). L'Ortlieb Chronicon des comtes Zwiefalten cite Adelheit Comitissa uxor Oudalrici comitis de Gamertingin, filia Hartmanni comitis de Dilinginparmi la liste des religieuses de Zwiefalten. Elle fonde l'abbaye bénédictine de Zwiefalten après la mort de son mari, Ulrich I von Gammertingen (1070-1110), comte de Gammertingen. Elle est une nonne à Zwiefalten. La nécrologie de Neresheim enregistre la mort de Adelheit com filia Hartmanni comitis Senioris de Dilingen, Udalrici comitis de Gamertingen vidua Zwifalten.

Adalbert Ier (avant 1080-1151) Modifier

.

Adi24.jpg

Ruines de Burg Mörsberg construit par le beau-père d'Adalbert Ier.

Adalbert Ier (avant 1080-1151), Graf von Kyburg (1091-1151) et von Dilingen (1134-1151). Les Casus Monasterii Petrishusensis citent Hartmannum iuniorem et Adilbertum ... et Oudalricum en tant que fils du comes Hartmannus de Dilinga et sa femme. En raison de la montée en puissance des Staufer, en Souabe, Adalbert Ier se consacre plus à l'agrandissement de ses terres suisses.

Néanmoins c'est du temps des deux frères Hartmann II et Adalbert que l'influence des Dillingen est à son apogée. Adalbert agrandit la propriété dans ce qui est maintenant le nord de la Suisse par son mariage, après 1135, avec Mathilde de Mörsberg, fille de Adalbert de Mörsberg 1080-1125), bâtisseur de château de Mörsberg, en 1111. Elle est veuve de Meginhard de Sponheim (1085-1135).

Adalbert Ier (avant 1080-1151) participe à la lutte entre Guelfes et Hohenstaufen. Vraisemblablement, la gestion des biens Kyburg lui est transférée, vers 1091, parce qu'il se dit toujours dans les documents Comte de Kyburg. Après la mort de Hartmann, en 1134, son frère, il récupère l'héritage de son père et probablement réside à Dillingen. Adalbert Ier meurt le 12 septembre 1151. Sa femme finit sa vie comme nonne à Neresheim, le 12 mars 1152. Son héritage va à ses deux fils Adalbert II et Hartmann III (1137-1180), Graf von Kyburg und Dillingen. Ils sont les ancêtres des deux lignes de Dillinger comtale, les comtes de Dillingen et les comtes de Kyburg de la maison de Dillingen.

Adalbert II & Hartmann III (1137-1180) Modifier

.

Blason kyburg.png

Blason des Dillingen-Kyburg.

Adi25-0.jpg

Lenzburg en 1624.

Hartmann III (1137-1180), Graf von Kyburg und Dillingen, frère cadet d'Adalbert, unit l'ensemble de l'héritage, partagé à nouveau ses fils, et Adalbert II. (+ 1170, sans enfant) le Jura, Hartmann III reçoit les régions suisses, puis après la mort de son frère en 1170 l'ensemble de la propriété.

Hartmann III fonde en 1152 Diessenhofen. En 1178, le comte de Kyburg fait du village une ville et nomme un Ministerialis (= chevalier non libre au service d'un grand seigneur).

Par son mariage avec Richenza, héritière de Bade, fille du comte Arnold IV von Baden, Hartmann pourrait III. ses biens, le pouvoir et le prestige après la mort de son père par le Lenzburger patrimoine augmentent considérablement. Richenza qui mourut jeune, probablement autour de 1170, était dans le monastère Beromuenster enterré. Par fondation des villes, qu'il avait posé sur le calendrier (1178 Diessenhofen , 1180 Winterthur , peut-être Frauenfeld à la fin du XIIe siècle), il a augmenté la valeur de leurs nouvelles possessions. Il a combiné pendant dix ans après la mort de son frère Adalbert II. († 1170), le Jura et couché dans les possessions de Suisse aujourd'hui. Hartmann III. mourut dans la seconde moitié de 1180. Dans les annales Neresheimer il est aussi comte de Dillingen, comte de Kyburg et Vogt appelé le monastère Neresheimer. Après sa mort, les deux lignes se séparent à nouveau. Son fils Adalbert III. continue la ligne Dillinger, son fils Ulrich Kyburger la ligne.

Le domaine est partagé entre les petits-fils de Hartmann de Dillingen: Adalbert (décès1170) reçut la partie souabe, Hartmann III de K. , la partie située dans le nord de la Suisse.

Lutold V. (avant 1218 † 1 Juin [27] en 1250), mariée avec l'un de l' ouest de la Suisse provenant Berta de Neuchâtel [12] . Lutold l'Ancien (probablement V.) est mentionné AG dans le cadre d'une vente à Rietheim et est considéré comme le fondateur de la nouvelle manoir New Regensberg.

Dès le milieu du XIIe s., les K. se trouvèrent dans la sphère d'influence des Hohenstaufen; en épousant Richenza, fille d'Arnold de Baden-Lenzbourg, Hartmann III vise peut-être moins la dot que l'entrée dans l'entourage des Hohenstaufen. A l'extinction des Lenzbourg en 1172/1173, les comtes de K. furent admis comme héritiers, avec les Hohenstaufen et les Zähringen, mais on ne sait pas exactement ce qu'ils obtinrent. Il paraît assez assuré qu'ils reçurent une part aux alleux que possédait Arnold de Lenzbourg dans la région du lac de Walenstadt, dans le Gaster et aux alentours de Baden. D'autres biens et droits, comme l'avouerie sur Schänis et sur le chapitre de Beromünster, échurent probablement d'abord aux Hohenstaufen avant d'être repris par les K. La succession des Lenzbourg semble avoir laissé de nombreux motifs de litige, puisqu'en 1254 encore, Elisabeth de Chalon revendique Lenzbourg et diverses possessions en Suisse orientale, qu'elle réussit à faire passer à son époux, Hartmann V le Jeune, selon un procédé auquel les K. eurent fréquemment recours, en l'accompagnant parfois de donations à des couvents, pour régler des différends sur des droits de propriété[46].


Adi35.jpg

L'empereur Frédéric II (à gauche) rencontre al-Kamil (à droite).

Alix († 1242) épouse en premières noces Werner de Kyburg-Dillingen († 1228), comte de Kyburg (Suisse) et en secondes noces en 1229, Gautier, sire de Vignory.

Adalbert III Modifier

.

Adi20.PNG

Carte des grandes familles occupant le territoire suisse vers 1200.

Otto de bavière32.JPG

Le duc Otton de Bavière.

Adalbert III. était fille de Otto I, le premier duc de la maison de Wittelsbach, mariée, probablement Heilica dit. 1189-1190 a pris Adalbert accompagné par son frère Ulrich von Kyburg avec l'empereur Frédéric Barberousse sur la troisième croisade en partie. Après la mort de l'empereur Henri VI, il était du côté du duc Philippe de Souabe , comte palatin du 1208 Otto VIII. de Wittelsbach , était un cousin de sa femme assassinée. 1211 Adalbert a fondé le monastère Oberschönenfeld à Augsbourg et imputé à la cistercien monastère Kaisheim . Il est mort en 1214. Son mariage avec Heilica un fils et quatre filles sont attestés. Sa fille Sophia était prieure du couvent dominicain Maria Medingen , qui avait été fondée par Hartmann IV., son frère.


1. HARTMANN IV (-11 décembre 1258) Graf von Dillingen . Reichsvogt von Ulm. " Hartmannus vient de Diligen et Filius meus Albertus "don des biens à l'église de Mergelstetten par une charte datée 1256 [1990] . " Hartmannus vient de Dilingen "de biens donnés en Söflingen à Ulm St Damian, avec le consentement de" domini et filii nostri Hartmanni ... Augustensis ecclesie episcopi ... et filiarum nostrarum Udilhildis comitisse de Zolre, Willibirgis comitisse de Helfinstein et Agnetis de Heligenstein ", par une charte datée le 13 janvier 1258 [1991] . La nécrologie de Neresheim enregistre la mort " IV Id décembre "de" Hartmannus vient de Dilingen advocatus noster Fundator monasterii Melingenis ".


m WILLIBURGIS , fille de [FRIEDRICH IV von Truhendingen et sa femme ---] (-26/27 Jan avant 1246). La principale source qui confirme sa filiation et le mariage n'a pas encore été identifié. La nécrologie de Neresheim enregistre la mort " VI Kal février "de" Willibirg com de Dilingen " [1993] . La nécrologie de Zwiefalten enregistre la mort " VII Kal février "de" Willibirc com de Dilingen " [1994] . Graf Hartmann [IV] et son épouse ont eu neuf enfants:

a) FRIEDRICH (-après 1227, fraise Wettingen). La nécrologie de Wettingen enregistre l'enterrement de " Fridericus com de Dilingen bienfaiteur »dans« sépulcre Comitum de Kiburg " [1995] . Sa filiation semble confirmé dans un passage plus tard, quels noms " Hartmannus com de Dilingen, pater Friderici, bienfaiteur " [1996] . b) LUDWIG (-3 juin 1251, fraise 4 août 1251). La nécrologie de Neresheim enregistre la mort " non III juin "de" Ludewicus vient filius Hartmanni comitis de Dilingen " [1997] . c) ADALBERT [IV] (-31 mars 1257). Le Annales Neresheimenses record qui " vient de Albertus Dilinga "construit l'église de Lauingen en 1252 [1998] . " Hartmannus vient de Diligen et Filius meus Albertus "don des biens à l'église de Mergelstetten par une charte datée 1256 [1999] . La nécrologie de Neresheim enregistre la mort " XI Kal avril "de" Albertus vient de Dilingen filius Hartmanni comitis advocatus noster " [2000] . Les Annales Neresheimenses enregistrer le décès en 1257 de « Albertus vient de Dilingen " [2001] .


e) UDILHILD (-12 mai après 1289) . " Hartmannus vient de Dilingen "de biens donnés en Söflingen à Ulm St Damian, avec le consentement de" domini et filii nostri Hartmanni ... Augustensis ecclesie episcopi ... et filiarum nostrarum Udilhildis comitisse de Zolre, Willibirgis comitisse de Helfinstein et Agnetis de Heligenstein ", par une charte datée le 13 janvier 1258 [2007] . " ... vient Fridericus et Udelhildis Comitissa de Zolre "bien vendu" dans une villa Stein apud Werdeam "à l'abbé de Césarée dans le Diocèse de Würzburg par une charte datée du 21 août 1262 [2008] . Elle est devenue une nonne. La nécrologie de Stetten enregistre la mort " V Id mai "de" Schwester Udelhild com de Zollern fondatrice huius loci " [2009] . m (avant le 13 janvier 1258) FRIEDRICH [V] Graf von Zollern , fils de FRIEDRICH [II] Graf von Zollern Burggraf von Nürnberg et sa femme Elisabeth --- (-24 mai 1289).

f) WILLIBIRG (-6 août avant 1268) . " Hartmannus vient de Dilingen "de biens donnés en Söflingen à Ulm St Damian, avec le consentement de" domini et filii nostri Hartmanni ... Augustensis ecclesie episcopi ... et filiarum nostrarum Udilhildis comitisse de Zolre, Willibirgis comitisse de Helfinstein et Agnetis de Heligenstein ", par une charte datée le 13 janvier 1258 [2010] . " Ulricus ... vient, Willibirgis ... Comitissa de Helfinstain "confirmé les dons à Kloster St Damian, Söflingen faite par" domino nostro Hartmanno episcopo Augustensi et ... comite Hartmanno de Dilingen patre ipsius ", par une charte datée du 25 mai 1259 [2011] . La nécrologie de Neresheim enregistre la mort " VIII Id "de" comitis Willibirc filia Hartmanni ". m que sa première femme, ULRICH [II] Graf von Helfenstein , fils de --- (-après 1294). 1241-1290. g) AGNES (-30 novembre ----). La nécrologie de Neresheim enregistre la mort " 11 décembre Kal "de" Agnes puella filia Hartmanni comitis de Dilingen " [2013] . h) AGNES . " Hartmannus vient de Dilingen "de biens donnés en Söflingen à Ulm St Damian, avec le consentement de" domini et filii nostri Hartmanni ... Augustensis ecclesie episcopi ... et filiarum nostrarum Udilhildis comitisse de Zolre, Willibirgis comitisse de Helfinstein et Agnetis de Heligenstein ", par une charte datée le 13 janvier 1258 [2014] . m (avant le 13 janvier 1258) Degenhard von Gundelfingen-Hellenstein , fils de --- (-après 1293). 1251-1293. i) fille . La principale source qui confirme sa filiation et le mariage n'a pas encore été identifié. m que sa première femme, HUGO [VI] Pfalzgraf von Tübingen , fils de RUDOLF [II] Pfalzgraf von Tüblingen et sa femme --- von Ronsberg (- [1267]). 2. ADALBERT (-14 décembre ----). La nécrologie de Neresheim enregistre la mort " XIX Kal Jan "de" puer Adalbertus filius adalberti comitis de Dilingen ". 3. ULRICH (-2 juin ----). La nécrologie de Neresheim enregistre la mort " non IV juin "de" puer Udalricus filius adalberti comitis de Dilingen ". 4. RICHIZA (-20 juin ----) . La principale source qui confirme sa filiation n'a pas encore été identifié. Les De Advocatis Altahensibus noms " Reichizam "comme épouse de" Albertus vient ", précisant que le couple était sans enfant [2017] . La nécrologie de Aldersbach enregistre la mort " XII Kal juillet "de" Rihza com de Bogen " [2018] . La nécrologie de Windberg enregistre la mort " XII Kal juillet "de" Reihza coma " [2019] . m ADALBERT [V] Graf von Bogen , fils de ADALBERT [IV] Graf von Bogen et son épouse Ludmila de Bohême (-15 janvier 1242 ).

5. UDILHILDE (-après 19 mars 1231) . Le Genealogia ottonis II Ducis Bavariae se réfère à une fille sans nom de « Albertus vient de Diligen »comme« uxorem Rapotonis comitis palatini Bawarie " [2020] . " Rapoto Comes Palatinus "don des biens à Aspach monastère sur son lit de mort, confirmée par" uxor sua Oudilheldis Cometissa "décédé la même année, par une charte datée 1231. m RAPOTO [II] Graf von Ortenburg , fils de RAPOTO je Graf von Ortenburg [Sponheim] et sa femme Elisabeth von Sulzbach (-19 mars 1231). Pfalzgraf von Bayern 1209.

6. fille. La principale source qui confirme sa filiation et le mariage n'a pas encore été identifié. m LUDWIG Graf von Württemberg , fils de LUDWIG [II] Graf von Württemberg et sa femme Willibirg von Kirchberg. 1194/1225.

7. SOPHIA . La principale source qui confirme sa filiation n'a pas encore été identifié. Prieure au Medingen.

Hartmann IV (1095-1158) Modifier

.

Adi9.jpg

Hartmann IV et son fils Hartmann (fresque sur l'église du monastère des Sœurs Franciscaines à Dillingen).

Adi11.jpg

Le plus ancien document venant des Comtes de Dillingen, délivré à Dillingen en 1220, Don au monastère de Kaisheim (Archives de l'Etat Augsburg).

Hartmann IV de Dillingen (1095-1158) est le fils aîné du comte [Adalbert III von Dillingen] et Heilika de Bavière , fille du duc Otto Ier de Bavière (1117-1183)

Adalbert fils Hartmann IV. (+ 1258) a commencé à partir de sa collection pour former une règle (recouvrement des droits, l'organisation des marchés, monnaie, occupation des bureaux de la Cour de donner et Steward), y compris une Burgenbau augmenté ses fonctionnaires du ministère sont entrés. Il a également occupé le poste de gouverneur de Ulm. En tant que fondateur du monastère il est sorti aussi. Lorsque ses fils Ludwig (+ 1251) et Adalbert IV (+ 1256/57). avant de mourir - que V. Hartmann (1248-1286 évêque d'Augsbourg, + 1286) et a survécu à deux filles - étaient le fief des comtes de Dillingen sur le royaume et le duché de retour; l'allodial a été divisé, avec apparemment quelques possessions sur le IV de Hartmann. , étaient fils, le comte von Helfenstein et le comte palatin de Tübingen. Bishop Hartmann a donné son héritage, le comté de Dillingen , 1258 dans le diocèse d'Augsbourg. Le départ des comtes de Dillingen à partir de la zone frontalière souabe-bavaroise a donné lieu à un certain vide du pouvoir sur le WITTELSBACHER et Wurttemberger favorisée dans son lieu bientôt.

Les comtes de Kybourg, héritiers de la maison de Zaeringen, éteinte par la mor du duc Berthold V, vexaient dans toutes les circonstances les bourgeois de la ville de Berne; ainsi, ils attaqent les Bernois, alors que ceux-ci voulaient jeter un pont sur l'Aar. Pour faire cesser ces vexations, les Bernois eurent recours à la médiation de Pierre de Savoie, qui termina le différend à l'avantage de Berne.

Cependant, des sujets de haine s'étaient déjà élevés entre les maisons de Kybourg et de Savoie au sujet du douaire de la sœur de Pierre, veuve du comte de Kybourg. Cette princesse, quoiqu'elle n'eût point donné d'héritier à son époux, avait toutefois acquis son affection, et outre les avantages qui lui avaient été assurés par son contrat, passé à Moudon en 1218, elle avait reçu de brillants apanages du comte Hartmann. L'un de ces apanages était la seigneurie de la ville de Fribourg, qu'Hartmann-le-Jeune, successeur de son oncle, convoitait depuis longtemps. Ce prince convoitait même la suzeraineté de Berne, ville impériale, qui, par conséquent, ne relevait que de l'Empereur. Aussi fut-il vivement irrité lorsqu'il vit les Bernois appeler l'intervention de Pierre de Savoie. Il continua donc à exercer toutes espèces de vexations à leur égard[47].

Leurs députés se plaignent de l'oppression d'Hartmann de Kybourg, et représentent que Pierre de Savoie, prince dévoué à l'Empire, était seul capable par la proximité de ses états, de protéger la ville de Berne contre les projets de la maison de Kybourg. Ces députés réussirent dans leur mission, et le 7 mai 1250, rapportèrent un diplôme à Pierre de Savoie, par lequel le comte de Waldeck l'invitait à prendre, au nom de l'Empire, la défense des villes libres de Bâle, de Berne et de Morat, contre les molestations du comte de Kybourg, promettant de l'indemniser de tous ses frais et dépens pour le soutien de cette cause[48].

Le fils de Adalbert III. est né en 1180. Il a assisté à la fin du règne de Frédéric Barberousse, la courte période sous Henri VI., Le Doppelkönigtum sous Philippe de Souabe et de la Welf Otto IV. , la règle de Frédéric II, et les premières années du règne de Conrad IV. Dans divers documents Hartmann se produit IV. comme témoin de Frédéric II. en apparence. Un document de 1214 le mentionne avec le titre de marchio Dilingen (margrave de Dillingen). Même plus fréquemment, surtout dans les années 1225 à 1228, Hartmann est relatif aux attestations de Henry VII. , appelé., fils et co-régent de Frédéric II. Lorsque Henry de son tuteur, le duc de Bavière Louis Ier , le Kelheim, tourné, a donné lieu à une rupture avec le comte de Dillingen, sur le côté du duc de Bavière, son oncle, renversé. Cette page avait un changement à l'avantage de Hartmann et il était sur ​​le côté de l'empereur, que son fils en 1235 à Worms détrôné et emprisonner gauche. Hartmann était aussi dans le sillage de Frédéric, que le logeait à Augsbourg en fin d'automne 1235.

Par le mariage d'une fille d'Otto II de Bavière avec le futur roi Conrad IV., les comtes de Dillingen sont venus à la famille de l'empereur dans une relation de famille. Hartmann IV. Accompagné l'empereur sur l'expédition punitive contre le Babenberg Frédéric le Guerrier et a témoigné plusieurs documents, y compris celui dans lequel la ville de Vienne a été placée sous le Reich.

En conséquence des concessions Frédéric II. En 1231, dans Statutum in favorem principum avait accordé le prince, le royaume renoncé sur le territoire des comtes de Dillingen à l'exercice de divers droits souverains. Hartmann IV construit à partir de la résultante autour du château en règlement Dillingen, dans lequel il décrit la souveraineté de la raison - et dirigeants exercé. Il laissa fixer le lieu, tenant sa cour impose des tarifs découragent marché. Il avait aussi des pièces frappées, probablement dans Ulm , où il lié droits souverains étaient lourdes.

Selon la tradition, il fonde en 1241, le monastère franciscain à Dillingen et probablement le couvent dominicain. Même avant 1239 fondée Hartmann IV. Le couvent dominicain Maria Medingen dans Mödingen. Pour la mise en place d'un monastère cistercien vendu Hartmann IV. Le Noble Henri de Rapperswil un domaine en Wettingen . La chapelle de la Vierge à Wettingen était couché sur la tombe d'un de ses fils et d'autres membres de sa race. Les monastères Kaisheim , Neresheim et d'autres monastères, il a donné ses dons généreux.

Les possessions du comté ont été largement diffusée et consistaient en Allodialgut , fiefs et plaidoyers . Dans Ulm était le comte de Dillingen Reichsvogt. Les Chevaliers de Söflingen et revêtu par Wittislingen greffes le long des lignes de la cour royale, le premier comme délégué syndical , ce dernier comme donner en cadeau .

Après le dépôt de l'empereur par le pape Innocent IV. au concile de Lyon en 1245 Hartmann IV. tourné vers les comtes souabes de Conrad IV. de et soutenu l' anti-roi Heinrich Raspe . Cela a conduit à des hostilités avec l'empereur. 1246, 1247 et 1249 est tombé Conrad IV. Dans le comté de Dillingen, Neresheim ya été brûlé. 1254 une paix publique souabe était en Urach fermé et Conradin , le fils de Conrad IV., a assuré le duché de Souabe.

Hartmann IV était. Willibirg marié à (ou Willibirgis) qu'une famille noble de haut (les comtes de Wurtemberg , ou Edelfreien de Truhendingen provenait).

L'église paroissiale de Goldswyl avait aussi passé dans la possession des seigneurs de Ringgenberg; mais Cuno et son fils Philippe, se trouvant dans une position fort gênée, furent obligés de l'hypothéquer aux deux frères Hartmann, comte de Kybourg, et de vendre au couvent tous les biens qu'ils possédaient entre Goldswyl (Goldewir) et Ringgenberg (Ringgenweyl ou Rincbenvile), le château excepté, pour une somme de cinquante livres et un cheval Ce marché fut conclu sur le grand chemin de Goldswyl, non loin de l'église, le 4 septembre 1240[49].

Hartmann IV de Kyburg agrandit en 1250 dans le château de Mörsberg, et y décède le 27 novembre 1264.

1200 résident Hartman "IV. de Dilingen-Kyburg- Wittislingen dans le château pour Dilingen. Sa femme était Wilburgis, une comtesse de Kellmünz. 1220 était l'herbe Hartmann IV. des Dilingen du monastère de Saint-Georges dans la Forêt Noire ...[50].

Au moins huit enfants sont nés de ce mariage :

  • Ludwig (+ 1251)
  • Saint-Adalbert IV (+ 1256/57)

Adalbert IV (1220 - 1257) Modifier

.

Adi5.jpg

Le château de Dillingen au XIIIModèle:Exp siècle.

Adi17.jpg

Maquette du château de Kybourg.

Dernier comte de Dillingen Adalbert IV von Dillingen (1230-1257) Le fils de Hartmann IV. Et sa femme Willibirgis von Truhendingen. Son nom apparaît pour la première en 1238 dans un document. Dans un document de 1255, il est aussi illustris nunc vient de Dilingen appelé. Cependant il a été transféré au bureau de comptage dans la durée de vie de son père, avant de mourir en 1257 sans enfant,. Après sa mort, la querelle est devenue une partie du royaume en arrière et Richard de Cornouailles , le roi 1257-1272 romano-allemand, inféodé en 1261 le duc de Bavière Ludwig du Strict avec tous les fiefs de Albertus de Dylon (Albert Dillingen).


Ulrich de cella.jpg

Ulrich von Zell, en latin Olricus de Cella.

V. Hartmann , évêque d'Augsbourg, peintures du 19ème siècle dans le église de l'hôpital du Saint-Esprit à Dillingen Extinction de la ligne Conscient de l'extinction de la dynastie Hartmann IV a donné. Et son plus jeune fils Hartmann V. mai 1257, fondée par eux en 1237 l'hôpital Dillinger [3] certains de leurs biens à Dillingen et Wittislingen. Le dernier descendant mâle des Comtes de Dillingen était Hartmann V. († 1286), le seul fils survivant de Hartmann IV. Il a été de 1248 à 1286 l'évêque d'Augsbourg en 1258 et a donné le château et la ville de l' évêché d'Augsbourg .

Par le mariage avec la comtesse Willibirg de Dillingen atteint les comtes de Helfenstein dans de grandes parties de la possession des Comtes de Dillingen. Le nom de comté Dillingen ne apparaît que dans les documents du 14e siècle, après l'extinction de la famille des comtes de Dillingen.

Évêque Hartmann (1215-1286) Modifier

.

Adi26.jpg

Hartmann, évêque d'Augsburg.

Adi2.jpg

Bractéate représentant l'évêque d'Augsbourg (1248-1286) Hartmann. Les deux tourelles symbolisent son château de Dillingen.

Hartmann (1215-1286) est de 1248 à 1286 évêque d'Augsbourg. C'est le seul fils survivant de Hartmann IV de Dillingen (1095-1158) et Willibirgis de Truhendingen, fille du comte Friedrich IV.

Les Annales Neresheimenses citent l'élection comme évêque d'Augsbourg en 1248 de comitis Hartmannus filius Hartmanni. Hartmannus comes de Dilingen donnent des biens en Söflingen à Ulm Saint-Damian, avec le consentement de domini et filii nostri Hartmanni ... Augustensis ecclesie episcopi ... et filiarum nostrarum Udilhildis comitisse de Zolre, Willibirgis comitisse de Helfinstein et Agnetis de Heligenstein par une charte datée du 13 janvier 1258. Hartmannus ... ecclesie Augustensis episcopus fait don du château et la ville de Dillingen à l'évêché d'Augsbourg par une charte datée du 29 décembre 1258. Les Annales Neresheimenses nous disent que Neresheim revient à Ludovicus comes de Oettingen en 1258. Les Annales Neresheimenses enregistrent le décès en 1286 de episcopus Hartmannus Augustensis, filius Hartmanni comitis de Dilingen[51].

Hartman, en 1248, est évêque d'Augsbourg. C'est un ennemi des Hohenstaufen et un partisan des Habsbourg. Après 1256 il existe une rivalité entre lui et le duc Louis II pour le au Bailliage d'Augsburg. Cet évêque est très soucieux du sort des monastères et en particulier des hôpitaux dans son diocèse.

Le fief allodial est divisé, avec apparemment peu de biens pour le fils de Hartmann IV de Dillingen (1095-1158). Le comte Ulrich II von Helfenstein (1220-1294) et le comte palatin Hugo IV, Pfalzgraf von Tübingen (1210-1267), héritent de la plupart des biens.

L'évêque Hartman donne néanmoins ses propres domaines, consistants dans la ville de Dillingen, dans le comté de Wittislingen & de plusieurs autres terres, en 1258, au diocèse d'Augsbourg. Le départ des Comtes de Dillingen de la zone frontalière souabo-bavaroise crée un certain vide du pouvoir dans cette région[52].

Après la mort de Hartmann V de Kyburg (1228-1263), en 1263, les possessions des comtes de Dillingen et de Kybourg sont réclamées par Rodolphe de Habsbourg (1218-1291), fils d'Albrecht IV et Heilwig, comtesse de Kyburg. Avec l'extinction de cette maison Rudolf obtient, malgré les prétentions du comte Pierre de Savoie, les villes de Winterthur, Diessenhofen, Frauenfeld, Fribourg et le comté de Thurgovie.

Hartmann V de Kyburg Modifier

.

Adi27.jpg

Le château de Rapperswil, construit par Rudolf II et Rudolf III von Rapperswil.

[[File:Adi-0.jpg|thumb|260px|Blasons à l'entrée du château de Kyburg]
Adi19.PNG

Le blason des comtes de Neue Kyburg.

Hartmann V de Kyburg (1228-1263) est le seul fils de comte Werner de Kyburg et Alix (Bertha) de Lorraine, fille du duc Frédéric II.

En 1250/1251, Hartmann IV de Dillingen (1095-1158), qui n'a pas d'enfant mâle, remet à son neveu Hartmann V la partie occidentale des possessions de la famille, avec Berthoud pour centre. Hartmann V de Kyburg (1228-1263), qui s'appuie sur les Habsbourg, se heurte régulièrement à la ville de Berne (dont Pierre II de Savoie est le protecteur), tandis que son oncle cherche plutôt à éviter les conflits avec Zurich ou avec les Regensberg et est souvent appelé à prononcer des arbitrages. Après le décès de Hartmann V en 1263, Rodolphe de Habsbourg (1218-1291), tuteur de sa fille Anna, se charge de l'administration de la partie occidentale du territoire des Kybourg, puis également des autres parties après le décès en 1264 de Hartmann IV, dont il évince la veuve, Marguerite de Savoie, et sa famille (jusqu'en 1273)[53].

Hartmann V de Kyburg (1228-1263) se marie avant le 2 septembre 1248 avec Anne de Rapperswil (1210-1243), fille du comte Rodolphe III Rapperswil (1185-1251), qui a fini la construction de la ville et du château de Rapperswil. Il est le fondateur de l'église paroissiale et de la ville de Rapperswil, voyage à Jérusalem en 1217. Il fait don au monastère Ruti, en 1229, de l église de Bollingen y compris la dîme... Leur fils Werner II meurt le 6 avril 1253.

Hartmann V se remarie le 27 janvier 1254 avec Elizabeth de Chalon, fille de Hugues, seigneur de Salins. Elle décède le 9 juillet 1275 chez les Clarisses de Fribourg. Ils ont deux enfants :

  • Anna de Kyburg, mariée en 1271 à Eberhard, comte de Habsbourg-Laufenburg, comte de Kyburg.
  • un fils qui vit un an (1264-1265)

Hartmann l'aîné de Kyburg (1197-1264) Modifier

.

Adi19.jpg

Margherita de Savoie (1212-1273), épouse de Hartmann l'aîné

Adi36.jpg

Couvent de Töss - Winterthur.

Fils cadet du comte Ulrich de Kyburg (1175-1227) et Anna de Zähringen, fille du duc Berthold IV, Hartmann l'aîné (1197-1264).

Hartmann l'aîné est le dernier membre masculin de la famille des Dillingen-Kybourg, après son neveu, Hartmann V de Kyburg (1228-1263), le fils de Werner, son frère, qui en 1263 est déjà mort.

En 1233, le pape Grégoire IX récompense Hartmann l'aîné pour ses efforts visant à éradiquer l'hérésie. Hartmann l'aîné a des possessions dans le comté de Kyburg avec son neveu Hartmann V. Il fonde avec lui en 1234 le couvent dominicain de Töss, à Winterthur, qui est crucial pour la poursuite du développement de la ville jusqu'à la Réforme.

Les Kiburg sont dans la 2e moitié des années 40 du XIIIModèle:Exp siècle des partisans des Staufer. Ils aident la construction de châteaux par leurs vassaux. Ils construisent un certain nombre de châteaux et fondent les villes (Aarau, Mellingen, Frauenfeld... ) et villages dans le nord de la Suisse. Ils sont à l'origine de plusieurs institutions religieuses (couvent dominicain de Töss, à Winterthur, Heiligenberg, Sainte-Catherine, et Schaffhouse.

En 1247 il va avec son neveu à la cour papale à Lyon.

En 1249 il combat le roi Conrad IV.

Le comte Hartmann l'aîné (1197-1264) prend vers 1250/1251 la Suisse orientale pour limiter les ambitions de son neveu Hartmann V de Kyburg (1228-1263).

Les deux Hartmann ont un grand nombre de fonctionnaires dans l'est de la Suisse.

Hartmann l'aîné (1197-1264) se marie à Margherita de Savoie (1212-1273). Marguerite est la fille de Thomas Ier de Savoie et de Marguerite de Genève, comte et comtesse de Savoie. Par ses deux mariages, elle se rattache à la maison de Kyburg. Elle est fiancée dès son enfance (à six ans) à Hartmann de Kybourg, le 1er juin 1218 à Moudon. On ne connaît pas la date précise du mariage mais le contrat de mariage est écrit à la date des fiançailles. Il semble que ce mariage ait eu surtout des visées politiques, en créant un lien entre le canton de Vaud et la Savoie, lien qui se renforce l'année suivante avec le traité de Burier, qui officialise la mainmise de la Savoie sur les deux rives du Léman. Elle se remarie, après 1250, avec Eberhard de Laufenbourg, nouveau comte de Kybourg. Elle meurt le 4 avril 1270 et est enterrée, en tant que membre de la maison de Savoie, dans l'abbaye d'Hautecombe.

Succession des Comtes de Dillingen et Kyburg Modifier

.

Adi17.PNG

Les Neue-Kyburg.

Adi30.jpg

Fratricide de Thoune, en 1322 : Eberhard II Comte de Kyburg (1299-1357) assassine son frère Hartmann II.

Après la mort des Hartmann en 1263 et 1264 Anne de Kyburg est la seule fille, l'héritière encore mineure. Rodolphe de Habsbourg (1218-1291), dont la mère Heilwig de Kyburg est une fille de Ulrich III de Kyburg, assume la tutelle et donc la gestion de la domination. En 1273, Rudolf peut se prévaloir contre les revendications de la Savoie, de la veuve de Hartmann V de Kyburg (1228-1263), Margherita de Savoie (1212-1273), qui sont pourtant bien fondées.

Après l'extinction des comtes de Kiburg leur héritage revient dans une moindre mesure (Thun-Burgdorf) au comte Eberhard von Habsburg-Laufenburg mari d'Anna, la fille de Hartmann V, cependant Rodolphe de Habsbourg (1218-1291) est l'héritier principal.

Du fait de son mariage avec Anna, Eberhard, comte de Habsbourg-Laufenburg († 1284), a dès le départ des revendications sur une partie de la propriété Hartmann IV. La nouvelle dynastie des comtes de Neue-Kyburg veut le château et le village de Kyburg. Ainsi, leurs intérêts deviennent ceux des Habsbourg en Argovie et pas ceux de la Savoie. Toutefois, Eberhard s'appelle encore Habsbourg-Laufenburg, mais son fils Hartmann (1275-1301) est dit de Kyburg.

Adi8.jpg

Winterthur et blason des Dillingen.

Notes et références Modifier

.

  1. Genealogische Abfolge, von Arnold Schromm
  2. La famille de Kibourg
  3. La famille de Kibourg
  4. Musée château de Kyburg
  5. Cours d'histoire des états européens, depuis le bouleversement de l'Empire romain d'Occident jusqu'en 1789, Max.Samson-Fréd Schoell, Gide Fils, 1831.
  6. Chronik von Dillingen im Regierungsbezirke Schwaben und Neuburg des Königreichs Bayern, Wilhelm Weiß, Kränzle, 1861.
  7. Joachim Werner, Das Alamannische Fürstengrab von Wittislingen. Munich, C. H. Beck, 1950. Münchner Beiträge zur Vor und Frühgeschichte, von J. Werner, Bd. 2.
  8. La famille de Kibourg
  9. Schloss und Stadt Dillingen, Arnold Schromm
  10. Noblesse souabe. Comtes de Dillingen.
  11. Adalbéron (Adelbero)
  12. Heinz Bühler : Die Vorfahren des Bischofs Ulrich von Augsburg (923-973). In: Jahrbuch des Historischen Vereins Dillingen an der Donau Bd. 75, Dillingen 1973.
  13. Chronik von Dillingen im Regierungsbezirke Schwaben und Neuburg des Königreichs Bayern, Wilhelm Weiß, Kränzle, 1861.
  14. Noblesse souabe. Comtes de Dillingen.
  15. Chronik von Dillingen im Regierungsbezirke Schwaben und Neuburg des Königreichs Bayern, Wilhelm Weiß, Kränzle, 1861.
  16. Noblesse souabe. Comtes de Dillingen.
  17. Noblesse souabe. Comtes de Dillingen.
  18. Chronik von Dillingen im Regierungsbezirke Schwaben und Neuburg des Königreichs Bayern, Wilhelm Weiß, Kränzle, 1861.
  19. Schloss und Stadt Dillingen, Arnold Schromm
  20. Noblesse souabe. Comtes de Dillingen.
  21. Wirtembergische Geschichte, Volume 1, Ch.F. Stälin, 1841.
  22. Wirtembergisch Franken, 1872, p.163.
  23. Noblesse souabe. Comtes de Dillingen.
  24. Wirtembergisch Franken, 1872, p.163.
  25. Noblesse souabe. Comtes de Dillingen.
  26. Noblesse souabe. Comtes de Dillingen.
  27. Noblesse souabe. Comtes de Dillingen.
  28. Noblesse souabe. Comtes de Dillingen.
  29. Schloss und Stadt Dillingen, Arnold Schromm
  30. Noblesse souabe. Comtes de Dillingen.
  31. Chronik von Dillingen im Regierungsbezirke Schwaben und Neuburg des Königreichs Bayern, Wilhelm Weiß, Kränzle, 1861.
  32. Eberhard von Dillingen, Bischof von Konstanz
  33. Maurer: Die Konstanzer Bischöfe vom Ende des 6. Jahrhunderts bis 1206 (Germania sacra; NF 42,1; Die Bistümer der Kirchenprovinz Mainz. Das Bistum Konstanz; 5). Walther de Gruyter, Berlin/New York 2003, ISBN 3-11-017664-5, S. 182.
  34. Noblesse souabe. Comtes de Dillingen.
  35. Noblesse souabe. Comtes de Dillingen.
  36. Wirtembergische Geschichte, Volume 1, Ch.F. Stälin, 1841.
  37. La famille de Kibourg
  38. La famille de Kibourg
  39. Noblesse souabe. Comtes de Dillingen.
  40. Articles traitant de la première croisade
  41. Noblesse souabe. Comtes de Dillingen.
  42. Noblesse souabe. Comtes de Dillingen.
  43. Noblesse souabe. Comtes de Dillingen.
  44. Noblesse souabe. Comtes de Dillingen.
  45. Noblesse souabe. Comtes de Dillingen.
  46. La famille de Kibourg
  47. Histoire du Canton de Vaud, Auguste Verdeil (1795-1856), Lausanne, Martignier et Compe, 1849-1852
  48. Histoire du Canton de Vaud, Auguste Verdeil (1795-1856), Lausanne, Martignier et Compe, 1849-1852
  49. L'Oberland Bernois sous les rapports historique, scientifique et topographique: journal d'un voyageur, Volumes 1 à 2, P. Ober, J. Wyss, 1834, P.353.
  50. Chronik von Dillingen im Regierungsbezirke Schwaben und Neuburg des Königreichs Bayern, Wilhelm Weiß, Kränzle, 1861.
  51. Noblesse souabe. Comtes de Dillingen.
  52. Genealogische Abfolge, von Arnold Schromm
  53. La famille de Kibourg

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard