Fandom

Wiki Guy de Rambaud

Charles Coustant de Belle-Assise

331pages sur
ce wiki
Ajouter une page
Commentaire0 Partager
Henry Herlaut2.jpg

Henry Herlau(t), échevin de Paris, est debout à droite.

A124..jpg

L'hôtel du Mess à Compiègne, ayant appartenu à la famille Coustant.

Charles Coustant de Belle-Assise est né le 25 janvier 1676, à Compiègne, paroisse Saint-Antoine et est mort le 1er janvier 1752 à Compiègne, paroisse Saint-Antoine. Il est inhumé le lendemain sous son banc dans la nef de l'église Saint-Antoine de Compiègne[1].


Descendant d’un frère de Guillaume d'Ercuis, précepteur de Philippe IV de France, dit le Bel[2][3], Charles Coustant est tout d’abord avocat au Parlement de Paris[4][5][6], Lieutenant criminel en survivance[7], lieutenant criminel attourné de Compiègne, conseiller élu en l'élection en 1715[8][9], maître échevin de la ville de Compiègne et procureur du roi au bailliage et autres juridictions de Compiègne[10]. Puis, il reçoit un brevet de gouverneur de Compiègne le 30 novembre 1717, de gouverneur attourné de Compiègne le 5 août 1719[11]. Il est aussi bailli général des douanes du Val de Grâce[12].

A la fin de sa vie, Charles est aussi subdélégué de Messieurs les prévôts des marchands et échevins de Paris[13], bailli pour les rivières d'Aisne et d'Oise[14], procureur général du roi au bailliage de Compiègne[15]. Il est également bailli général des Dames du Val de Grâce et gouverneur et administrateur de l'hôpital général de Compiègne[16][17]. Il est écuyer, seigneur de Belle-Assise, de Jouy, et de Sainte-Christine…[18][19].

Son fils Antoine est le dernier maître particulier de la Forêt royale de Compiègne, avant son rattachement à la Capitainerie des chasses[20][21]. Par un bref, un pape fait au XIXe siècle de ses descendants des comtes et ce titre est héréditaire[22]

Sa familleModifier

.

Blason loisel.jpg

Blason de ses ancêtres Loysel.

Acc100.png

Blason des premiers Coustant.

Blason brunel.jpg

Blason de la famille de sa mère, les Brunel.

A134.jpg

Nouveau blason des Coustant au XVIIModèle:Exp s. Les trois fleurs de lys d'or viennent des Brunel.

Le Nobiliaire universel, de Magny, l’Armorial général, de d’Hozier, le Bulletin héraldique de France d’octobre 1890 et l’Annuaire de la Noblesse... font descendre cette famille d’un proche parent de Guillaume d'Ercuis, précepteur de Philippe IV de France, dit le Bel.

Raoult III Coustant (1639 - 1703), son père, fils d'une Loysel, se marie avec Charlotte Brunel, petite-fille de Marguerite de Bronze, le 30 septembre 1664, d'une famille noble du Senonnais. Raoult III est notaire en 1680, et bourgeois de Compiègne en 1681, à la naissance de sa fille Marie Barbe[23]. Il doit faire négocier une transaction avec ses sœurs le 21 août 1682, malgré le peu d’importance des héritages de leurs parents. Il achète une charge anoblissante de conseiller du roi et est nommé lieutenant criminel en l'élection de Compiègne et gouverneur-attourné le 7 mars 1695[24]. Raoult III Coustant fait enregistrer son blason, lors de la création de l'Armorial général de France, en vertu de l'édit du mois de novembre 1696[25] Les représentants de la famille Coustant produisent des armoiries irrégulières. D'Hozier leur attribue celles qui sont enregistrées officiellement. Mais il n'y a aucune induction à tirer de cette divergence, qui se reproduit sans cesse et systématiquement dans ce grand travail du juge d'armes de France, et qui ne conclut rien contre l'identité des familles, de l'avis même de d'Hozier[26]. Un autre Coustant, curé de Canly, se fait également inscrire dans ce recueil. Le 11 septembre 1703, nous pouvons voir figurer comme témoin à son décès, Jean-Baptiste Seroux d'Argincourt, le nouveau lieutenant-général en l'élection de Compiègne. Charles Coustant est le neveu de Pierre Coustant[27].

Du fait de son ancêtre Pierre Leclerc du Vivier, il est cousin lointain de bien des familles et personnages illustres.

D’après les registres de l'état-civil de Compiègne[28], Charles a onze frères et sœurs, dont six seulement seront mentionnés dans les généalogies écrites :

  • Claude Coustant est baptisé paroisse Saint-Antoine, le 9 juin 1669.
  • Antoine Coustant, notaire royal, marié, le 24 janvier 1715, à Catherine du Feu, présent au mariage de sa nièce avec le baron Nicolas Mottet de La Motte, le 6 avril 1723. Cet Antoine est à l'origine des Coustant de Vendée.
  • Marie Coustant, né le 26 avril 1672, est gouverneur-attourné de Compiègne en 1715 (son frère le remplace en 1719). Il figure sur de nombreux documents d’archives [29].

Représentant des bourgeois et du roi à CompiègneModifier

.

A128.jpg

Coustant est avocat au Parlement de Paris.

Acc101.jpg

Hôtel de ville de Compiègne.

Charles Coustant est tout d’abord avocat au Parlement de Paris[30], puis il est nommé lieutenant criminel en survivance[31]. Le lieutenant civil et lui se partagent la justice et la police de la ville et de ses environs. Il est juge des affaires criminelles du Présidial de Compiègne. L’un de ses jugements est dénoncé par Gustave Louis Chaix d'Est-Ange. Ce généalogiste et juriste est une nouvelle fois injuste envers les Coustant. Dans son Dictionnaire des familles anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle, il est le seul généalogiste et historien à douter des liens entre les premiers Coustant et les Coustant de Compiègne. Là, il semble ne pas trouver normale la condamnation de l’assassin de plusieurs mendiants et justifie ces meurtres par la pauvreté, mais aussi la cleptomanie :

Traduit de l'affaire Héron, Jean Myriam Héron, fermier de son état, aurait été un braconnier assassin de la ville de Compiègne. Il aurait chassé sur des terres seigneuriales et aurait tué quelques mendiants témoins. Charles Marie Coustant aurait saisi l'affaire et n'aurait pas du tout pris en compte la pauvreté, mais aussi la cleptomanie du fermier qui fut pendu après une forme de procès.

Ce jugement et d’autres lui permettent d’être élu lieutenant criminel attourné de Compiègne[32], et d’avoir donc aussi une procuration des Compiégnois. Il est pourvu de la charge de conseiller élu en l'élection en 1715. Puis continuant à le représentant des bourgeois de Compiègne et celui du roi, il est maître échevin de la ville et procureur du roi au bailliage et autres juridictions de Compiègne[33].

Gouverneur Modifier

.

Aas.jpg

Abbaye Saint-Corneille.

Charles Coustant reçoit un brevet de gouverneur de Compiègne le 30 novembre 1717[34], mais il est aussi gouverneur-attourné de Compiègne le 5 août 1719[35]. Or depuis 1153, la ville de Compiègne a reçu de Louis VII sa charte de commune. Les gouverneurs-attournés gèrent les intérêts communs sous la surveillance du représentant du roi. En 1678, ils portent de longues robes de soie qui sont par la ville et coûtent 190 livres. Les gouverneurs-attournés sont élus par une cinquantaine de notables[36].

Charles Marie Coustant de Belle-Assise est aussi bailli général des douanes du Val de Grâce[37]. C’est une fonction importante : le bailli général est un juge suprême pour l’ensemble de l’abbaye et de ses biens et juridictions. Là, il doit s’agir du transport des marchandises sur les rivières Aisne et Oise. La mense abbatiale, le revenu qui est dans le partage de l'abbé, de l’Abbaye Saint-Corneille est réunie par la reine Anne d'Autriche à l'abbaye royale du Val de Grâce. Il est donc normal de retrouver des Mottet, la famille du mari de sa fille aînée, et des Coustant occupant des fonctions dans ces deux endroits à la fois.

Ses biens Modifier

.


L’hôtel du Four Modifier

.

A125.jpg

L’hôtel du Four dont hérite et où habite Charles Coustant de Belle-Assise.

Charles Coustant hérite du fait de son mariage de l’hôtel du Four et y habite. L’histoire de cette demeure est en partie liée à celle de sa famille[38] :

  • Vers 1690 l’hôtel est acheté par Jérôme de More, notaire royal à Compiègne, qui marie l’une de ses filles à Charles Coustant de Belle-Assise.
  • Le titre de propriété (au sens moderne de ce terme) le plus ancien est l’acte de vente de la maison 7 rue Saint-Antoine par les héritiers de Charles Coustant, conseiller avocat du roi, déjà mentionné dans le contrôle du logement de 1751 sous le nom de Coutan, (dont partie recueillie d’une demoiselle Élisabeth Demore).
  • L’hôtel est partagé entre les héritiers d’Antoinette Mottet, veuve Moreau le 3 avril 1755.
  • C’est son fils Louis Coustant de Jouy qui vend en 1762 l’hôtel du Four au baron Louis Segoing qui est mariée à une Mottet, sa nièce.

Ses autres biens Modifier

.

A129.jpg

Plan de la forêt de Compiègne.

Charles Coustant de Belle-Assise, vers 1700, est seigneur de Belle-Assise, fief né de défrichages au mois de novembre 1601 de parties de la forêt de Laigue qui entourent la ferme de Belle-Assise, située sur le territoire du village de Rethondes.

Charles est seigneur de Jouy, et de Sainte-Christine à Villers-sur-Coudun. Le fief de Sainte-Christine à Villers-sur-Coudun appartenant à Charles Coustant de Belle-Assise, vers 1700, correspond aux terres entourant un vieux manoir, dont il ne reste qu’une ferme où on trouve une niche abritant par le passé une statue de sainte Christine en bois[39].

Charles exploite aussi des mines près de la forêt de Compiègne[40] et est le légataire universel de Marie Lamy, veuve de Denis de Crouy, conseiller du roi.

Il déménage en 1708, vit toujours à Compiègne, mais dans le quartier de la paroisse Saint-Jacques. Il est propriétaire vers 1728 d'une maison, sise rue Jeanne d'Arc, tout contre la Porte du Pont. Cette maison est expropriée et détruite et il reçoit 840 livres d'indemnités.

La fin de sa vie Modifier

.

Acc103.jpg

Val de Grâce.

Acc105.jpg

Intérieur de l'église Saint-Antoine à Compiègne.

Charles Coustant de Belle-Assise est subdélégué dans cette ville de Compiègne des prévôts des marchands et échevins de Paris, pour les rivières Aisne et Oise[41]. C’est une fonction importante : ces rivières transportent beaucoup de marchandises et il existe une excellente route entre Compiègne et Paris. C'est une juridiction contentieuse, composée d'un lieutenant-juge et subdélégué, d'un substitut du procureur du roi du Bureau de Paris et d'un greffier.

Charles est nommé gouverneur et administrateur de l'hôpital général de Compiègne, dont les bâtiments ont été construits à partir de 1660, sur un vaste terrain[42].

Il le gère avec la Table-Dieu[43] et les filles-dévotes[44].

Charles Marie Coustant de Belle-Assise est conseiller-procureur du roi au bailliage de Compiègne et également bailli général des Dames du Val de Grâce à Paris[45].

Charles décède le 2 janvier 1752 à Compiègne, et est inhumé sous son banc, dans l'église Saint-Antoine de Compiègne et pas dans le cimetière Saint Antoine, au sud de l'église, comme l'affirme par la suite Paul Guynemer, bibliothécaire de la ville[46]. Le bulletin de la société historique de Compiègne de 1910 écrira :

Nous admirons ce Charles-Marie Coustant, procureur du roi, qui se fait enterrer sous son ban, sous la place même où il a prié toute sa vie[47].

Pendant la Révolution, l’église Saint-Antoine est vendue et devient un dépôt de foin. Les lourds chariots éventrent les tombeaux.

Mariage et descendance Modifier

.


Mariage Modifier

.

BLASON DEMORE.jpg

Le vrai blason des de More.

Charles Coustant de Belle-Assise (1676-1752) se marie en 1701 avec Marie-Barbe de More (1676-1732), fille d’un gouverneur-attourné en 1703, Jérome de Mor(e), notaire royal de Compiègne et auteur du terrier de Vic-sur-Aisne[48]. Les de More portent : D'or à la tête de maure de sable, arrachée et tortillée de gueule, colletée d'argent. Maître Jérome de Mor(e) a épousé Marguerite Charpentier[49]. Son frère est lieutenant-général en l'élection de Compiègne.

Elle est par sa mère la petite-fille d’un lieutenant-général de l’élection. Le grand-père de Marie-Marguerite Charpentier est en effet d'abord esleu en 1627, habitant le quartier Saint-Pierre, puis lieutenant-général en l'élection de Compiègne. Le 24 août 1680, il va à l'enterrement de son ami maître Raoul III Coustant à Compiègne au cimetière Saint-Jacques. En août 1676, il est aussi avocat au Parlement de Paris, bailly général des terres du marquisat de Monchy. Louis Charpentier, sieur de Bournonville est lieutenant civil et criminel de M. le bailli de Senlis à Compiègne...[50]. Jean Charpentier, son père, est greffier de l'hôtel de ville, ainsy qu'il s'ensuit...[51].

Sa descendance Modifier

.


A123.jpg

Allées et carrefour en forêt de Compiègne, par J.B. Oudry.

Acc106.jpg

Armorial écrit par Charles Segoing, ancêtre de sa femme.

Coustant mess.jpg

Hôtel du Mess.

Antoine François Coustant (1706-1788), né le 12 septembre 1706 et baptisé à Compiègne, paroisse Saint-Antoine. Son père lui achète en 1736 une charge de Maître particulier des Eaux et Forêts de Compiègne. Celui-ci a un rôle de surveillance et de contrôle. Une fois par semaine, il préside l'audience où il juge souverainement. Il siège l'épée au côté, assisté d'autres officiers en robe. Le maître particulier fait une visite générale, tous les six mois, des forêts, bois, buissons, et rivières. Il surveille les gardes, les riverains, marchands de bois, bûcherons, ouvriers et voituriers… Cette charge est payée 50.000 livres, devant Duval et Déruelle, notaires au Châtelet de Paris. Antoine François Coustant est le dernier Maître particulier de la forêt royale de Compiègne, avant son rattachement à la capitainerie des chasses[52]. Il est écuyer, conseiller du roi, avocat en parlement, maître particulier de la maîtrise des eaux et forêts de Compiègne, ayant eu de son union avec Geneviève Charlotte Segoing, arrière-petite-fille de Charles Segoing - armes : D’azur, à la cigogne d'argent, becquée et membrée de gueules, émergeant d'une onde d'argent, la patte dextre levée, engoulant un lézard de sinople, et accompagnée en chef de deux étoiles d'or. Le contrat de mariage est du 19 février 1743[53]. C’est une parisienne de la paroisse Saint-Paul, fille de Jean Constantin Segoing (1674-1741), un employé des fermes qui ne laisse pas en mourant une fortune considérable pour un fermier général. Mais, si le sixième de l’avoir paternel qui revient à sa fille cadette n’atteint pas 1.500 livres de rente qui correspondent à 30.000 livres de capital, cette même somme multipliée par six enfants cela donne 180.000 livres, si la part de l’aîné est égale, ce qui est très improbable au XVIIIe siècle. A la même époque, le grand-père de Chateaubriand doit faire vivre sa famille avec 5.000 livres par an de revenus. La mère de Geneviève Charlotte, Madeleine Françoise de la Rivière de la Borde (1681-1745) a été reçue en juin 1691 et élevée à la Maison royale de Saint-Cyr, ce qui implique des origines nobles anciennes, mais déjà de graves soucis pécuniaires. Au début de leur mariage, les jeunes mariés habitent paroisse Saint-Antoine, car leur fille y est baptisée en 1747. Elle a pour parrain son grand-père Charles Coustant, seigneur de Belle-Assise. Leur fils est mort au berceau en 1750. Il loue le futur hôtel de Mess, puis voulant y mourir tranquille, à près de 80 ans, il l’achète, en 1784. Le prix est de 10.000 livres, plus 500 de pot-de-vin, transportées sur-le-champ, à Paris, par le carrosse de Compiègne. Le futur hôtel du Mess pendant un siècle a été la propriété de ses cousins Charpentier. Sa grand-mère Marie Marguerite était une Charpentier. C’est une vague nièce, Charlotte Vincent qui vient d’en hériter. Son mari, un certain Jacques François Pallas, payé 660 livres par an pour être l’un des seize Huissiers de la Chambre du Roi, s’empresse de le vendre. Antoine François Coustant est présent à l'enterrement de son beau-frère le baron Nicolas Mottet de La Motte en 1768, et décédé le 23 août 1788.



  • Aas7.jpg

    L'abbaye Saint-Corneille au XVIIIe siècle.

    François Coustant (1709-1765), né le 9 avril 1709, et baptisé à Compiègne, paroisse Saint-Jacques. Antoine est profès à 22 ans, à Saint-Faron de Meaux le 15 novembre 1731[54], prêtre, puis religieux bénédictin à l'abbaye de Sainte-Claire de Belleuil, vicaire de la paroisse du crucifix, établie en la nef de l’église de l’Abbaye Saint-Corneille, auteur d'une Relation inédite des fêtes données à Compiègne, en 1744, pour la convalescence du roi Louis XV, manuscrit dont une copie est conservée dans la bibliothèque du palais de Compiègne[55]. Il marie la fille d’Antoine François, son frère, à Compiègne, paroisse Saint-Jacques, le 1er mai 1764. Louise Félicité Esmangart de Beauval est née treize mois après la naissance de sa cousine Agathe de Rambaud, à Versailles[56]. Elle est morte cinq mois après la mort de sa cousine. Toutes les deux sont au service des enfants de France. Elles auront la même nostalgie du temps d’avant la Révolution et imputeront tous leurs ennuis aux conséquences de 89.



  • Louis Coustant (1712-1749), né le 13 août 1712 et baptisé à Compiègne, paroisse Saint-Jacques Antoine. Il se marie avec Élisabeth Reine de France. Il est docteur de la faculté de médecine de Montpellier[57].



  • Blason la vallée.jpg

    Blason des de La Vallée de Calfeu.

Louis Coustant de Jouy (1717-1790), né le 30 octobre 1717 et baptisé à Compiègne, paroisse Saint-Jacques. Il reçoit son prénom du fils de Louis de Crevant, duc d'Humières, gouverneur de Compiègne, qui le tient sur les fonds avec Madame Esmangart de Beauval, sa tante[58]. Il est écuyer, seigneur de Jouy et de Belle-Assise par cession de son père, conseiller du roi et avocat de Sa Majesté au bailliage de Compiègne, subdélégué du prévôt des marchands et des échevins de la ville de Paris[59]. Il vend l’hôtel du Four à Louis Segoing en 1762. Il est présent à l'enterrement de son beau-frère le baron Nicolas Mottet de La Motte en 1768 et et parrain de son petit-neveu Louis Mottet, le 23 décembre 1772. Il se marie le 22 septembre 1774 avec Louise Thérèse de La Vallée, fille de Marc Antoine de La Vallée, seigneur de Calfeux, Lardé… conseiller du roi et de Mgr le duc d'Orléans, Louis Philippe d'Orléans (1725-1785), lieutenant de la maîtrise particulière des eaux et forêts de Laigue, et de Marie-Catherine Saiget. Les la Vallée ont comme armes : De gueules, au chevron abaissé d'argent, accompagné en chef d'une étoile à six rais d'or. Louis Coustant de Jouy et Louise Thérèse de La Vallée sont les grands-parents de Paul Maxime de la Brunière (1816-1846).



  • Acc107.jpg

    Père-Lachaise - Division 44 - Coustant d'Yanville.

    Henry d'yanville.jpg

    Son arrière-petit-fils, le Comte Henry d'Yanville aux guides d'un tandem.

    Acc108.jpg

    Château du Tillet.

    César Robert Coustant d'Yanville (1720-1775), le 28 septembre 1720 et baptisé à Compiègne, paroisse Saint-Jacques. Il se marie le 12 novembre 1750 avec Marie Martine Élisabeth Denison, fille de François Denison et de Marie-Élisabeth Faroux[60]. Les armes des Faroux : De sable à la fasce d'or, chargée d'un rocher de sable. Denis Marie Coustant, grenetier des Célestins de Saint-Pierre en Chatre, bénit cette union. Il est dit sur les actes, seigneur d'Yanville. L'orthographe de ce nom a beaucoup varié; on la trouve sous les formes Yenville, Hyenville, Dienville… César-Robert Coustant est qualifié de Dianville, dans l'acte d'achat de la charge de président trésorier de France, passé par son fils le 22 avril 1782, par-devant Maître Desmarest, notaire à Compiègne. Le bisaïeul de sa femme, messire Pierre Denison, échevin de la ville de Paris en 1651, avait joué un rôle important dans les guerres de la Fronde, et avait, par son influence, obtenu du célèbre conseiller Broussel, nommé par les factieux, qu'il résignât sa charge de Pprévôt des marchands de Paris]][61]. Ce Denison soulage la misère des pauvres si nombreux à Paris. Les armes des Denison sont : D'azur, au rocher de cinq coupeaux d'or, battu par une mer d'argent et surmonté d'un soleil d'or. César Robert Coustant est écuyer, seigneur de Sainte Christine, Villers, Haute Fontaine… Il est d'abord avocat au Parlement de Paris et Substitut du procureur général, au bailliage de Compiègne. Il soutient comme tel, en 1760, avec son frère Louis Coustant de Jouy, au nom des gens du roi, un long procès, contre le président en l'élection, au sujet des juridictions respectives de leurs charges. Il devient conseiller-procureur au bailliage de Compiègne. Il meurt le 29 janvier 1775, et est enterré près de la chapelle de Saint-Claude, en l'église de Saint-Jacques, dont il est Premier marguiller. César Robert Coustant d'Yanville et Marie Martine Élisabeth Denison sont les arrière-grands-parents d’Édouard de Verneuil et les deux filles de l’une de leurs arrière-petites-filles et comte de Vidart se marient avec les deux fils du Prince Alphonse Gabriel Octave de Broglie. L’une d’entre elles, Pauline est à l’origine de la branche des Broglie-Revel[62]. Le château du Tillet entre dans la famille Coustant dans la seconde moitié du XVIIIModèle:Exp siècle. Sans doute, le premier propriétaire est Charles-François-Marie, son fils. César est aussi l'arrière-grand-père du comte Henry Coustant d'Yanville, père de Raymond Coustant d'Yanville (1862-1941), chevalier de l’ordre de Malte.



  • Mottet château.jpg

    Châteaux des Mottet : La Motte à Champlieu.

    Agathe de Rambaud.jpg

    Agathe de Rambaud, l'une de ses arrière-petites-filles, en 1835.

    Marie Madeleine Coustant (1705-1771) est née le 12 janvier 1705 et baptisée à Compiègne, paroisse Saint-Antoine. A 18 ans, elle et ses jeunes sœurs prêtent 20.000 livres pour construire un hôpital[63]. Son mari, Nicolas Mottet de La Motte (ou de la Mothe) naît en 1693, dans le 1er arrondissement de Paris et baptisé paroisse de Saint-Germain-l'Auxerrois[64]. C’est un membre de la Famille Mottet. Claude Nicolas est le fils de Louis Mottet de La Motte (1651-1733) (1661-1735) et Marguerite Herlaut de La Motte (1667-1732), nièce de Nicolas-Jérôme Herlaut[65]. Nicolas Mottet de La Motte est seigneur du fief de Donneval de la Motte[66] à Orrouy, pas très loin de Verberie, au sud de la forêt de Compiègne. On le sait grâce à l'acte de mariage de son fils Louis Melchior à Rochefort. Il fait construire le château de La Motte au début du XVIIIModèle:Exp siècle avec les matériaux du manoir de Donneval, dans les anciens fiefs des Moreau et des Herlaut. Nicolas Mottet de La Motte est seigneur de la Motte, l’un des huit barons fieffés de l'Abbaye de Saint-Corneille, officier dans la vénerie du roi[67]. Magdelaine Coustant est enterré avec lui en l’église de l’Abbaye Saint-Corneille[68]. Il est intéressé aux Fermes du Roi, prévôt de la juridiction des Dames du Val de Grâce, maître des ponts de Paris et secrétaire du Roy, avocat en Parlement de Paris...[69] Ils sont les parents de :
    • François Mottet (1728-1808), lieutenant du maire de Compiègne (1789), président du district de Compiègne en nivôse an III.
    • Benoît Mottet de La Fontaine, mariée, en 1787, à Marie Marguerite Villon de Fécamp (1761-1827), fille de Louis Victor Villon, marquis de Fécamp.



De Diderot (discussion) octobre 2, 2014 à 14:21 (UTC)


NOTES ET RÉFÉRENCES Modifier

.

  1. Annuaire de la noblesse de France et des maisons souveraines de l'Europe, Morant, Georges de (Cte). Borel d'Hauterive, André-François-Joseph (1812-1896). Révérend, Albert (1844-1911), 1869 (A26), p.299 et suivantes.
  2. Annuaire de la noblesse de France et des maisons souveraines de l'Europe, Morant, Georges de (Cte). Borel d'Hauterive, André-François-Joseph (1812-1896). Révérend, Albert (1844-1911), 1869 (A26), p.299 et suivantes.
  3. Le nobiliaire universel, ou, Recueil général des généalogies historiques et véridiques des maisons nobles de l'Europe, Ludovic de Magny, Charles Joseph Moreau de Pravieux, Institut Héraldique, 1892, v. 21.
  4. Bulletin de la Société historique de Compiègne, 1911 (T14), p.183.
  5. Annuaire de la noblesse de France et des maisons souveraines de l'Europe, Morant, Georges de (Cte). Borel d'Hauterive, André-François-Joseph (1812-1896). Révérend, Albert (1844-1911), 1869 (A26), p.299 et suivantes.
  6. LES ARMES ET LES COULEURS DE COMPIÈGNE, Communication de Jean-Claude Brault
  7. Annuaire de la noblesse de France et des maisons souveraines de l'Europe, Morant, Georges de (Cte). Borel d'Hauterive, André-François-Joseph (1812-1896). Révérend, Albert (1844-1911), 1869 (A26), p.299 et suivantes.
  8. Annuaire de la noblesse de France et des maisons souveraines de l'Europe, Morant, Georges de (Cte). Borel d'Hauterive, André-François-Joseph (1812-1896). Révérend, Albert (1844-1911), 1869 (A26), p.299 et suivantes.
  9. LES ARMES ET LESCOULEURS DE COMPIEGNE, Communication de Jean-Claude Brault
  10. Annuaire de la noblesse de France et des maisons souveraines de l'Europe, Morant, Georges de (Cte). Borel d'Hauterive, André-François-Joseph (1812-1896). Révérend, Albert (1844-1911), 1869 (A26), p.299 et suivantes.
  11. Annuaire de la noblesse de France et des maisons souveraines de l'Europe, Morant, Georges de (Cte). Borel d'Hauterive, André-François-Joseph (1812-1896). Révérend, Albert (1844-1911), 1869 (A26), p.299 et suivantes.
  12. Annuaire de la noblesse de France et des maisons souveraines de l'Europe, Morant, Georges de (Cte). Borel d'Hauterive, André-François-Joseph (1812-1896). Révérend, Albert (1844-1911), 1869 (A26), p.299 et suivantes.
  13. Annuaire de la noblesse de France et des maisons souveraines de l'Europe, Morant, Georges de (Cte). Borel d'Hauterive, André-François-Joseph (1812-1896). Révérend, Albert (1844-1911), 1869 (A26), p.299 et suivantes.
  14. Annuaire de la noblesse de France et des maisons souveraines de l'Europe, Morant, Georges de (Cte). Borel d'Hauterive, André-François-Joseph (1812-1896). Révérend, Albert (1844-1911), 1869 (A26), p.299 et suivantes.
  15. Bulletin de la Société historique de Compiègne, 1911 (T14), p.183.
  16. Annuaire de la noblesse de France et des maisons souveraines de l'Europe, Morant, Georges de (Cte). Borel d'Hauterive, André-François-Joseph (1812-1896). Révérend, Albert (1844-1911), 1869 (A26), p.299 et suivantes.
  17. A.D. Oise, registres paroissiaux Compiègne, actes 3E159/30 1751-1752, p.152.
  18. Annuaire de la noblesse de France et des maisons souveraines de l'Europe, Morant, Georges de (Cte). Borel d'Hauterive, André-François-Joseph (1812-1896). Révérend, Albert (1844-1911), 1869 (A26), p.299 et suivantes.
  19. Bulletin de la Société historique de Compiègne, 1911 (T14), p.183.
  20. Annuaire de la noblesse de France et des maisons souveraines de l'Europe, Morant, Georges de (Cte). Borel d'Hauterive, André-François-Joseph (1812-1896). Révérend, Albert (1844-1911), 1869 (A26), p.299 et suivantes.
  21. LES ARMES ET LES COULEURS DE COMPIEGNE Communication de Jean-Claude Brault
  22. Annuaire de la noblesse de France et des maisons souveraines de l'Europe, Morant, Georges de (Cte). Borel d'Hauterive, André-François-Joseph (1812-1896). Révérend, Albert (1844-1911), 1869 (A26), p.299 et suivantes.
  23. Bulletin de la Société historique de Compiègne, 1911 (T14), p.182.
  24. Bulletin de la Société historique de Compiègne, 1911 (T14), p.183.
  25. Annuaire de la noblesse de France et des maisons souveraines de l'Europe Morant, Georges de (Cte). Éditeur scientifique, Borel d'Hauterive, André-François-Joseph (1812-1896). Éditeur scientifique, Révérend, Albert (1844-1911), 1869 (A26), p.299 et suivantes.
  26. Les hommes illustres du département de l'Oise : Bibliothèque du Beauvaisis : notices biographiques, critiques, analyses littéraires, citations d'ouvrages, documents particuliers, etc., recueillis et publ. par Ch. Brainne, A Desjardins (Beauvais), Brainne, Charles (1825-1864). Éditeur, p.366 et suivantes.
  27. Société historique de Compiègne, Bulletin de la, 1875 (T2), p.378.
  28. Annuaire de la noblesse de France et des maisons souveraines de l'Europe Morant, Georges de (Cte). Éditeur scientifique, Borel d'Hauterive, André-François-Joseph (1812-1896). Éditeur scientifique, Révérend, Albert (1844-1911), 1869 (A26), p.299 et suivantes et Les hommes illustres du département de l'Oise : Bibliothèque du Beauvaisis : notices biographiques, critiques, analyses littéraires, citations d'ouvrages, documents particuliers, etc. / recueillis et publ. par Ch. Brainne, A Desjardins (Beauvais), Brainne, Charles (1825-1864). Éditeur, p.366 et suivantes.
  29. - BB 29 : Registre, 1715-1719, (16 Octobre) (29 Juillet) la dernière feuille est détachée, 81 feuillets, délibérations de la ville : étant gouverneurs : Brugniart, Charles Esmangard, Daricoher, Marie Coustant ; - Règlement de l'évêque de Soissons pour l'hôpital ; - Don annuel de 100 livres aux arquebusiers, accordé par le roi, en 1709, pour le rétablissement de leur hôtel auquel l'Électeur de Bavière a contribué ; - Lettres de noblesse pour François Leroux, lettres de confirmation de l'hôpital, enregistrement de diverses nominations : inspecteur des huilles...
  30. Bulletin de la Société historique de Compiègne, 1911 (T14), p.183 et Inventaire sommaire des Archives départementales antérieures à 1790 : Oise, Oise (France). Archives départementales, Archives départementales de l'Oise, Armand Rendu, Ernest Roussel, Émile Coüard, Imprimerie de D. Pere, 1897, l'article: t.2, p.266.
  31. Annuaire de la noblesse de France et des maisons souveraines de l'Europe, Morant, Georges de (Cte). Borel d'Hauterive, André-François-Joseph (1812-1896). Révérend, Albert (1844-1911), 1869 (A26), p.299 et suivantes.
  32. Bulletin de la Société historique de Compiègne, 1911 (T14), p.183.
  33. Les hommes illustres du département de l'Oise : Bibliothèque du Beauvaisis : notices biographiques, critiques, analyses littéraires, citations d'ouvrages, documents particuliers, etc., recueillis et publ. par Ch. Brainne, A Desjardins (Beauvais), Brainne, Charles (1825-1864). Éditeur, p.366 et suivantes.
  34. Les hommes illustres du département de l'Oise : Bibliothèque du Beauvaisis : notices biographiques, critiques, analyses littéraires, citations d'ouvrages, documents particuliers, etc., recueillis et publ. par Ch. Brainne, A Desjardins (Beauvais), Brainne, Charles (1825-1864). Éditeur, p.366 et suivantes.
  35. Annuaire de la noblesse de France et des maisons souveraines de l'Europe Morant, Georges de (Cte). Éditeur scientifique, Borel d'Hauterive, André-François-Joseph (1812-1896). Éditeur scientifique, Révérend, Albert (1844-1911), 1869 (A26), p.299 et suivantes et Inventaire sommaire des Archives départementales antérieures à 1790: Oise, Oise (France). Archives départementales, Archives départementales de l'Oise, Armand Rendu, Ernest Roussel, Émile Coüard, Imprimerie de D. Pere, 1897, l'article: t.2, p.266.
  36. Les institutions municipales de Compiègne au temps des gouverneurs-attournés, par Carolus Barré, p.1 et p.24.
  37. Annuaire de la noblesse de France et des maisons souveraines de l'Europe, Morant, Georges de (Cte). Borel d'Hauterive, André-François-Joseph (1812-1896). Révérend, Albert (1844-1911), 1869 (A26), p.299 et suivantes.
  38. Résumé de la "communication faite à la Société historique de Compiègne", le 7 mai 2005, Jean-Claude Brault.
  39. Bulletin de la Société historique de Compiègne – 1913, page 258.
  40. Inventaire sommaire des Archives départementales antérieures à 1790: Oise, Oise (France). Archives départementales, Archives départementales de l'Oise, Armand Rendu, Ernest Roussel, Émile Coüard, Imprimerie de D. Pere, 1897, l'article: t.2, p.266.
  41. Annuaire de la noblesse de France et des maisons souveraines de l'Europe Morant, Georges de (Cte). Borel d'Hauterive, André-François-Joseph (1812-1896). Éditeur scientifique, Révérend, Albert (1844-1911), 1869 (A26), p.299 et suivantes.
  42. Bulletin de la Société historique de Compiègne, 1911 (T14), p.183 et Les hommes illustres du département de l'Oise : Bibliothèque du Beauvaisis : notices biographiques, critiques, analyses littéraires, citations d'ouvrages, documents particuliers, etc. / recueillis et publ. par Ch. Brainne, A Desjardins (Beauvais), Brainne, Charles (1825-1864). Éditeur, p.366 et suivantes.
  43. La Table-Dieu des pauvres, vient en aide aux malades mais surtout aux prisonniers, aux mendiants, et à leur domicile, aux miséreux de Compiègne
  44. Les filles-dévotes, ni moniales, ni laïques, appelées parfois semi-religieuses relèvent de ce que l'on peut nommer le courant séculier de la vie consacrée, qui a été longtemps occulté. L’hôpital général de Compiègne est tenu par des les filles-dévotes, puis par les sœurs de l'Enfant-Jésus.
  45. Les hommes illustres du département de l'Oise : Bibliothèque du Beauvaisis : notices biographiques, critiques, analyses littéraires, citations d'ouvrages, documents particuliers, etc. / recueillis et publ. par Ch. Brainne, A Desjardins (Beauvais), Brainne, Charles (1825-1864). p.366 et suivantes.
  46. Annuaire de la noblesse de France et des maisons souveraines de l'Europe, Morant, Georges de (Cte). Borel d'Hauterive, André-François-Joseph (1812-1896). Révérend, Albert (1844-1911), 1869 (A26), p.299 et suivantes.
  47. Bulletin de la société historique de Compiègne de 1910 (T13), p.92.
  48. Bulletin de la Société historique de Compiègne, 1911 (T14), p.183 et AD Aisne H519.
  49. Annuaire de la noblesse de France et des maisons souveraines de l'Europe Morant, Georges de (Cte). Borel d'Hauterive, André-François-Joseph (1812-1896). Révérend, Albert (1844-1911), 1869 (A26), p.299 et suivantes.
  50. Le maréchal d'Humières et le gouvernement de Compiègne Par Roger de Magnienville, Louis de Crevant, 1881, p.119.
  51. Le maréchal d'Humières et le gouvernement de Compiègne par Roger de Magnienville, Louis de Crevant, 1881, p. 119.
  52. Annuaire de la noblesse de France et des maisons souveraines de l'Europe, Morant, Georges de (Cte). Borel d'Hauterive, André-François-Joseph (1812-1896). Éditeur scientifique, Révérend, Albert (1844-1911), 1869 (A26), p.299 et suivantes et LES ARMES ET LES COULEURS DE COMPIÈGNE Communication de Jean-Claude Brault
  53. Annuaire de la noblesse de France et des maisons souveraines de l'Europe, Morant, Georges de (Cte). Borel d'Hauterive, André-François-Joseph (1812-1896). Révérend, Albert (1844-1911), 1869 (A26), p.299 et suivantes.
  54. Nouveau supplément à l'Histoire littéraire de la Congrégation de Saint-Maur, Henry Wilhelm, René Prosper Tassin, Ulysse Robert, Antoine Dubourg, Augustin Marie Pierre Ingold, A. Picard et fils, 1908, v.1, p.137.
  55. Bulletin de la Société historique de Compiègne, 1911 (T14), p.183 et Annuaire de la noblesse de France et des maisons souveraines de l'Europe. Morant, Georges de (Cte). Borel d'Hauterive, André-François-Joseph (1812-1896). Révérend, Albert (1844-1911), 1869 (A26), p.299 et suivantes.
  56. Les hommes illustres du département de l'Oise : Bibliothèque du Beauvaisis : notices biographiques, critiques, analyses littéraires, citations d'ouvrages, documents particuliers, etc. / recueillis et publ. par Ch. Brainne, A Desjardins (Beauvais), Brainne, Charles (1825-1864). p.366 et suivantes.
  57. Bulletin de la Société historique de Compiègne, 1911 (T14), p.183.
  58. Bulletin de la Société historique de Compiègne, 1911 (T14), p.183.
  59. Annuaire de la noblesse de France et des maisons souveraines de l'Europe, Morant, Georges de (Cte). Borel d'Hauterive, André-François-Joseph (1812-1896). Révérend, Albert (1844-1911), 1869 (A26), p.299 et suivantes.
  60. Les hommes illustres du département de l'Oise : Bibliothèque du Beauvaisis : notices biographiques, critiques, analyses littéraires, citations d'ouvrages, documents particuliers, etc. / recueillis et publ. par Ch. Brainne, A Desjardins (Beauvais), Brainne, Charles (1825-1864). p.366 et suivantes.
  61. Annuaire de la noblesse de France et des maisons souveraines de l'Europe, Morant, Georges de (Cte). Borel d'Hauterive, André-François-Joseph (1812-1896). Révérend, Albert (1844-1911), 1869 (A26), p.299 et suivantes.
  62. Annuaire de la noblesse de France et des maisons souveraines de l'Europe, Morant, Georges de (Cte). Borel d'Hauterive, André-François-Joseph (1812-1896). Révérend, Albert (1844-1911), 1869 (A26), p.299 et suivantes.
  63. Inventaire sommaire des Archives départementales antérieures à 1790: Oise, Oise (France). Archives départementales, Archives départementales de l'Oise, Armand Rendu, Ernest Roussel, Émile Coüard, Imprimerie de D. Pere, 1897, l'article: t.2, p.203.
  64. Les hommes illustres du département de l'Oise : Bibliothèque du Beauvaisis : notices biographiques, critiques, analyses littéraires, citations d'ouvrages, documents particuliers, etc. / recueillis et publ. par Ch. Brainne, A Desjardins (Beauvais), Brainne, Charles (1825-1864). p.366 et suivantes.
  65. Annuaire de la noblesse de France et des maisons souveraines de l'Europe. Morant, Georges de (Cte). Borel d'Hauterive, André-François-Joseph (1812-1896). Révérend, Albert (1844-1911), 1869 (A26), p.299 et suivantes.
  66. Bulletin de la Société historique de Compiègne, 1911 (T14), p.183 et Titre mis dans l'acte de tutelle du 11 avril 1765 des enfants de Jacques Moreau de Champlieu. (Archives familiales de Madame Magdeleine Houssay)
  67. Bulletin de la Société historique de Compiègne, 1911 (T14), p.183 et Les hommes illustres du département de l'Oise : Bibliothèque du Beauvaisis : notices biographiques, critiques, analyses littéraires, citations d'ouvrages, documents particuliers, etc. / recueillis et publ. par Ch. Brainne, A Desjardins (Beauvais), Brainne, Charles (1825-1864). Éditeur, p.366 et suivantes.
  68. Société historique de Compiègne, Bulletin de la, 1875 (T2), p.378.
  69. Bulletin de la Société historique de Compiègne, 1911 (T14), p.183.



Liens externesModifier

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau Fandom

Wiki au hasard