Fandom

Wiki Guy de Rambaud

Adolphe Zoude

331pages sur
ce wiki
Ajouter une page
Commentaire0 Partager
ZOUDE 3.jpg

Elodie Delgrange (1835 - 1884).

Aztv2.PNG

Adolphe Zoude passe trois ans à La Guadeloupe pour y installer quatre usines centrales (fabriques de sucre) : Zavallos (1844), Bellevue (1845), Marly (1845) et Grande Anse (1845)[1].

Aztv10.JPG

Un atelier chez Cail en 1862.

Aztv9.JPG

Fonte de canons dans les usines Cail en 1875.

Adolphe Zoude est né le 28 décembre 1820 à Tournai. Il se marie le 17 avril 1849, à Valenciennes, avec Louise Lucile Mallez (1820 - 1853), fille d'un maître orfèvre. C'est une famille de la bourgeoise valenciennoise. Ils vont posséder plusieurs châteaux, dont celui de Beuvrages-lez-Valenciennes. Émile Weill-Mallez (1833 - 1904) est industriel dans le textile et député du Nord d. Il est le beau-frère d'Hector Sirot-Mallez (1835 - 1898), maître de forges et fabricant de sucre, autre député du Nord. Hélas ils n'ont pas d'enfants et Louise Lucile Mallez décède en 1853.

Adolphe Zoude se remarie le 6 novembre 1854, à Valenciennes, avec Elodie Delgrange (1835 - 1884), d'une vieille famille valenciennoise, apparentée à Jean Mineur et Jean-Pierre Stirbois. Son contrat de mariage est passé devant Maître Mabilles, à Valenciennes, le 11 octobre 1854.

Adolphe Zoude est membre de la section des sciences et manufactures en 1872 (depuis 1860)[2].

Adolphe Zoude construit en 1841 pour le compte du Colonel Theodore Lucassen, administrateur des Indes néerlandaises et industriel des fabriques de sucre[3]. Il en construit deux autres pour Otto Carel Holmberg de Beckfelt. Ils sont six techniciens français. Il est le plus jeune (22 ans) et le seul natif de Tournai[4]. Ce Colonel Theodore Lucassen est le grand-père de la femme de Jean Leclerc de Pulligny, lui-aussi un membre de ma famille, mais côté paternel.

Adolphe Zoude est entré, en 1842, comme chaudronnier en cuivre dans les ateliers de la Société Ch. Derosne et Cail, à Paris. Il monte, pour le compte de cette maison, plusieurs appareils, tant en France qu'a l'étranger,

La demande croissante de rails, de locomotives et autres matériels contribue au succès de la métallurgie nordiste. En 1844, l'établissement parisien Société Ch. Derosne et Cail, après avoir ajouté la fabrication de machines à vapeur et de ponts métalliques à celle de matériel de sucrerie, crée une succursale à Denain.

Mais ce Zoude n'y vas pas. Derosne et Cail, en 1843, publient un ouvrage intitulé : La fabrication du sucre aux Colonies. Adolphe Zoude passe donc trois ans, de 1844 à 1847, à La Guadeloupe pour y installer quatre usines centrales (fabriques de sucre) : Zavallos (1844), Bellevue (1845), Marly (1845) et Grande Anse (1845)[5].

A son retour, en 1847, il est envoyé à Valenciennes comme contremaître de l'atelier qu'à cette époque la maison Cail organise dans celte ville[6].

Les améliorations qu'il introduit dans la chaudronnerie en cuivre et dans la fabrication des formes en tôle pour sucreries et raffineries (cette fabrication est d'environ 40,000 formes par année) le font nommer, en 1852, chef d'atelier de la maison de Valenciennes[7].

En 1861, nous avons la fondation de la compagnie Fives-Lille. L’usine métallurgique Cail s’étend alors sur dix hectares. Un siècle plus tard, la superficie est dix fois plus importante.

La Société impériale d'agriculture, sciences et arts de l'arrondissement de Valenciennes adresse sept certificats délivrés à Adolphe Zoude et constatant qu'il est digne, à tous égards, des sympathies et de la bienveillance de la Société d'encouragement.

La Société d'encouragement pour l'industrie nationale tient le 23 avril 1862, sous la présidence de M. Dumas, sénateur, une séance générale destinée à récompenser, par des médailles, les plus méritants parmi ceux qui ont été signalés dans l'année. Au nombre des personnes récompensées, nous remarquons avec plaisir, sous le n° 25 du Bulletin n° 112, le nom de Adolphe Zoude.

1871. L’Etat autorise les entreprises privées à construire du matériel de guerre. L’usine de Cail arme le gouvernement serbe dans le cadre de la course aux armements en Europe.

SA DESCENDANCE Modifier

.

Zoude agm.jpg

Jeanne Marie Zoude.

Zoude frotin.JPG

Le Capitaine-adjudant-major Pierre Frotin.

Aztv30.JPG

Usine des Jacquot à Fourmies.

POZIER CHATEAU 2.jpg

Le château des Pozier dans l'Oise.

Schumacher.jpg

Frédéric Schumacher.

Zoude marcel.JPG

Marcel Zoude.

Adolphe Zoude et Elodie Delgrange (1835 - 1884) ont plusieurs enfants, dont :


¤ Jeanne Marie Zoude (1861 - 1955) épouse en 1892 à Valenciennes (Nord) Pierre Frotin (1850 - 1925), capitaine adjudant major. Ils sont les parents de :

¤¤ Marie-Louise Frotin (1893 - 1985), mariée en 1922 à Beauvais (Oise) avec Henri Coëffet (1888 - 1970), industriel et négociant, d'où descendance...


¤ Adolphe II Zoude (1862 - 1927), constructeur, épouse Berthe Schumacher, soeur de Frédéric Schumacher, le célèbre designer et industriel américain, fondateur de la Maison Schumacher & Co,en 1889. Ils sont les parents de :

¤¤ Jean Zoude (1895 - après 1977) qui est admis en 1922 au concours de l'Institut catholique des arts et métiers de Lille et a la légion d'honneur en 1954.


¤ Jules Adolphe Zoude (1863 - 1913) est industriel chaudronnier et fabrique des cuves en cuivre pour les brasseries. Il est marié en 1892 avec Geneviève Dremaux (1866 - 1949), croix de guerre, médaille des déportés. Ils sont les parents de :

¤¤ André Zoude (1893 - 1943), ingénieur brasserie. Il reprend l'affaire de son père. André Zoude est déporté au camp de représailles de Holsminden, en 1917, pour avoir caché des armes. Il est tué lors du bombardement de La Madeleine, à Lille.

¤¤ Robert Zoude (1894 - 1976), ingénieur SNCF.

¤¤ Marguerite Zoude (1901 - 1991) se marie, en 1927, avec Paul Jacquot (1893 - 1978), héritier de Jacquot père & fils & Cie. Son usine à Fourmies, La Sans Pareille, produit à la Belle Epoque le fil de laine le plus fin du monde, mais les filatures du nord ont déjà de grosses difficultés avant 1927. Il reste de cette époque une jolie maison en brique et pierre bleue, 6 rue Baligand. Le temps des médailles d’or et des diplômes de la maison Jacquot aux expositions de Paris en 1878, de Melbourne en 1881 et d’Amsterdam en 1883, est bien révolue[8].

¤¤ Anne Marie Zoude (1905 - 1998) se marie, en 1927, avec Paul Dervaux, industriel dans le textile, à Tourcoing.

¤¤ Jean Zoude (1906 - 1998) ingénieur métallurgie.

¤¤ Pierre Zoude (1908 - 1999), ingénieur commercial.


¤ Lucien Zoude (1865 - 1???) est négociant à Beauvais, où on a la maison Zoude frères.


¤ Pol Zoude (1869 - 1932) se marie, en 1893, à Boulogne-sur-Mer, avec Berthe Louise Henriette Pruvost (1875 - 1961), fille d'industriels. Il est négociant. A Beauvais il crée la Société en nom collectif Pol Zoude & Neveu, 20, rue Sadi-Camot (mercerie en gros, durée : 5 ans, capital : 100.000 francs), en 1927. Ils sont les parents de :

¤¤ Yvonne Zoude (1893 - 1960) se marie, en 1917, à Beauvais, avec Jean-Noël Pozier, médecin, fermier au Buffet (Creil), propriétaire du Château de Marseille-en-Beauvaisis et de terres. Il est le fils d'Octave Pozier et de d'Anna,soeur de Frédéric Schumacher, le célèbre designer et industriel américain, fondateur de la Maison Schumacher & Co,en 1889. Leurs fils, Robert Pozier va hériter de Frédéric Schumacher. Toute la famille se retrouve en Amérique. Yvonne Zoude (1893 - 1960) se remarie avec Walter Letendre, frère de Conrad Letendre (1904-1977), organiste, pédagogue, théoricien et compositeur québécois.

¤¤ Marcel Zoude (1895 - 1969) - cousin et parrain de l'auteur de l'article - ingénieur-électricien[9]. Marcel Zoude fait la Première Guerre mondiale comme officier dans l'artillerie. Il est propriétaire d'un grand garage après la guerre, avec son frère. Il est sous-directeur d'EDF pour le département de l'Oise. Il se marie en 1934, mais n'a pas d'enfants.

¤¤ Robert Zoude (1895 - 1???) se marie, en 1933, à Courbevoie, avec Mireille Marie Thérèse Dupret. Il est ingénieur, industriel. Leur fille, Monique, se marie, avec Xavier Lemau de Talancé, ingénieur, descendant d'un secrétaire du roi en 1750, dans le Lyonnais, selon l'ANF. D'où descendance...

NOTES Modifier

.

  1. Bulletin de la Société d'encouragement pour l'industrie nationale, Imprimerie de Madame Huzard, 1862.
  2. Revue agricole, industrielle et littéraire du Nord, Société d'agriculture, des sciences et des arts (Valenciennes), 1872-07.
  3. Sugar, Steam and Steel: The Industrial Project in Colonial Java, 1830-1885, G. Roger Knight, University of Adelaide Press, 2014. p. 46.
  4. Sugar, Steam and Steel: The Industrial Project in Colonial Java, 1830-1885, G. Roger Knight, University of Adelaide Press, 2014. p. 46.
  5. Bulletin de la Société d'encouragement pour l'industrie nationale, Imprimerie de Madame Huzard, 1862.
  6. Bulletin de la Société d'encouragement pour l'industrie nationale, Imprimerie de Madame Huzard, 1862.
  7. Bulletin de la Société d'encouragement pour l'industrie nationale, Imprimerie de Madame Huzard, 1862.
  8. Le patrimoine des communes du Nord, Editions FLOHIC.
  9. Le Canado-Américain, Volume 1, Association Canado-Américain, 1958.

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau Fandom

Wiki au hasard